Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

Publié le par Criminologie
Publié dans : #Tueurs en série, #Tueurs en série USA, #Tueur de masse, #Années 60, #Richard Speck, #le tueur du 14 juillet
Richard-speck-tueur-en-serie-tueur-de-masse-portrait-psycho-criminologie.com

 

Nombre de victimes :  8 + 3 blessées
Type de victimes :   élèves infirmières
Période :   1966
Nom :  Richard Speck
Date de naissance : 6 décembre 1941
Lieu de naissance :  Kirkwood (Illinois) 
Décès :  5 décembre 1991 à Joliet (Illinois)
Parents : Benjamin Franklin Speck, Mary Margaret Carbaugh
Famille :  2 frères et 5 sœurs
Sexualité : Hétérosexuel
Type de tueur :   Tueur de masse
Type d'arme :  Poignard, calibre .22
Modus operandi : A pénétré dans un immeuble et mis en joug 8 infirmières. Il les a entraîné à
tour de rôle dans une pièce adjacente, les a violé puis tué. 

 Les faits 

 Richard Speck est un tueur de masse qui a commis un massacre, le 14 juillet 1966 en tuant plusieurs femmes dont cinq étudiantes infirmières qui vivaient dans le même immeuble. Il les a poignardé, les a étranglé. Il en blessa trois autres. Il fut retrouvé cinq jours plus tard par la police et condamné à mort par la justice.

 

Richard-speck-tueur-en-serie-tueur-de-masse-enfant-psycho-criminologie.com

 Enfance

 Richard Speck est le septième enfant d'une fratrie de huit. Il vit à Monmouth dans le comté de Chicago où ses parents, Benjamin Franklin Speck et Mary Margaret Carbaugh ont élu domicile. Le père exerce divers métiers et passe de bucheron à cultivateur, puis devient emballeur. 
 Richard est très proche de ce père qu'il admire, mais qui meurt à l'âge de 53 ans alors qu'il a à peine six ans. Il se rapproche de sa sœur, Carolyn, née en 1943 avec laquelle il partage le fait d'être les plus jeunes, mais aussi d'avoir le moins de différence d'âge. Son frère aîné, Robert, décède à 23 ans d'un accident d'automobile. Il était né en 1929.
 Après  la mort de son mari, Mary Carbaugh tombe amoureuse d'un vendeur d'assurance de voyage, originaire du Texas, Carl Rudolph Lindberg. Les deux amants se sont rencontrés lors d'un trajet en train. Elle épouse celui-ci le 10 mai 1950 à Palo Pinto, au Texas.
 Les enfants étant en pleine année scolaire, Carolyn et Richard rejoignent, après les autres membres de la fratrie, leur mère et son nouveau mari, dans le comté de Worth. Puis ce sera Santo et l'est de Dallas.
 Durant les douze années suivantes, la famille vit au gré des déménagements dans les quartiers pauvres de Dallas.
 Le beau-père de Richard Speck commence à boire plus que de raison et devient violent verbalement. Il menace et agresse le jeune homme et s'absente du domicile à plusieurs reprises.
 Richard est alors collégien.
  Il porte normalement des lunettes, mais se montre si complexé qu'il les enlève alors qu'il se trouve à la Long Jr High School.  Il a peur de voir le regard des autres et préfère demeurer presque aveugle plutôt que de chausser ses verres.
 En 1958, il a 16 ans et quitte le lycée au second semestre alors qu'il étudie à la Crozier Technical High School.
 Peut-être pour soigner sa timidité et pour imiter son beau-père, Richard Sperks se met lui aussi à boire, et ce, dès l'âge de 12 ans.
A 15 ans, il s’enivre déjà presque tous les jours.

 

Richard-speck-tueur-en-serie-tueur-de-masse-portrait2-psycho-criminologie.com

 En 1955, il a 13 ans et est arrêté pour violation de propriété. C'est le début d'une longue série qui verra une dizaine de faits comme des infractions mineures s'inscrire sur son casier judiciaire. Cela durera jusqu'en 1960 où il finit par trouver un travail en tant qu'ouvrier pour la compagnie 7Up Bottling.
 Il y restera trois ans.
 C'est durant cette période qu'il épouse Shirley Annette Malone à peine âgée de 15 ans (il en a 20) qui est enceinte après seulement trois semaines de relation. La jeune femme emménage avec lui alors que sa mère se sépare de son beau-père qui part vivre en Californie.

 Le 5 juillet 1962, sa fille, Robbie Lynn naît, mais Richard Speck est absent à l'accouchement. Sa femme n'a aucune idée de l'endroit où il peut se trouver. En fait, il vient d'être arrêté après avoir cambriolé une épicerie pour y voler des cigarettes, de la bière et 3$.

 Il est reconnu par la justice coupable de vol avec effraction et est condamné à trois ans de prison de Huntsville, au Texas.
 Après 16 mois d'enfermement, il est relâché, mais demeure en liberté conditionnelle.  Il ne lui faut pas moins d'une semaine pour commettre une nouvelle infraction en menaçant une femme d'un couteau à la main. Il est 2h20 du matin quand il s'approche d'elle dans le parking souterrain de l'immeuble où elle habite et l'agresse. Celle-ci alerte les personnes présentes en hurlant. Richard Speck s'enfuit, mais la police lui met la main dessus quelques minutes plus tard à quelques rues de là.
 Il part à nouveau en prison pour voies de faits, mais aussi pour manquement à sa liberté conditionnelle. Seulement il est libéré six mois plus tard en raison d'une erreur du système judiciaire.
 A sa sortie, il travaille trois mois comme chauffeur dans la compagnie "Meat Company", et est renvoyé après une série de six accidents.
 Sur la recommandation de sa mère, en décembre 1965, Richard Speck se sépare de sa femme. Celle-ci demande le mois suivant le divorce.
 Richard se venge en poignardant un homme dans un combat au couteau au "Ginny's Lounge". De nouveau il est accusé de voies de faits, mais grâce à l'avocat trouvé par sa mère, il parvient à avoir une peine légère de 3 jours et 10$ d'amende.

 

Richard-speck-tueur-en-serie-tueur-de-masse-arrestation-psycho-criminologie.com

 Le 5 mars 1966, il achète une voiture et dès le lendemain cambriole un magasin d'alimentation où il dérobe 70 cartons de cigarettes. Après qu'il ait déchargé son butin, il abandonne le véhicule qui sera retrouvé par la police.
 Un mandat est lancé contre lui.
 Apeuré, car il sait que cette fois il retournera pour un long moment en prison, il demande à sa sœur Carolyn de le conduire à la gare d'autobus où il prend un car pour Chicago.
 Là, il se réfugie chez son autre sœur, Martha Thornton et y demeure quelques jours avant de retourner dans la ville de son enfance, Monmouth, où il séjourne chez des amis.
 Son frère Howard qui est charpentier lui trouve un emploi. Richard Speck devient ponceur de plaques de plâtres.
 Le 16 mars 1966, son divorce est effectif. Il est furieux quand il apprend que son ex-femme va épouser le 18 un nouvel homme. Pour se consoler, il se met de nouveau à boire plus que de raison et arpente les bars de la ville.
 Alors qu'il prend du bon temps avec quelques amis durant un week-end, Richard Speck se fait arrêter en compagnie de ceux-ci par la police de Gulf-Port pour avoir menacé un homme avec un couteau. Il est libéré après une nuit en cellule de dégrisement.

 

Richard-speck-tueur-en-serie-tueur-de-masse-tatouage-psycho-criminologie.com

 Le 3 avril 1966, il agresse chez elle Virgile Harris, une femme divorcée de 65 ans en pleine nuit. Il bondit sur elle avec un couteau, la ligote, la viole puis fouille la maison et lui vole 2.5$...
 A la police, lors de sa déposition, elle dira que son agresseur lui a parlé avec une voix douce et traînante typique de l'accent du sud.
 Une semaine plus tard, il s'en prend à Mary Kay Pierce, 32 ans, qui travaille au bar "The  Frank's Place" dans le centre-ville de Monmouth qu'il fréquente.
 Mary Kay est portée disparue le 13 avril. Son corps est retrouvé le même jour dans un taudis proche du bar. L'autopsie déclarera qu'elle a succombé à un coup donné dans l'abdomen qui a fait rompre son foie. Richard Speck est brièvement interrogé par la police puis relâché. Les autorités lui demandent cependant de rester à leur disposition.
 A peine sorti du poste, Richard quitte l'hôtel où il loge et s'enfuit hors de la ville.
 Il retourne chez sa sœur Martha à Avondale au nord-ouest de Chicago où elle vit avec son mari Gene et ses deux filles ados. Martha est infirmière en pédiatrie et son mari, chef aiguilleur dans une gare. A sa sœur qui l'interroge sur le motif de son départ de l'hôtel, Richard invente avoir refusé de vendre des stupéfiants à un syndicat du crime.
 Gene qui a servi dans l'armée navale propose à Richard un boulot comme apprenti-matelot. Il rejoint alors l'équipage de l'Inland Steel.

 
 

Richard-speck-tueur-en-serie-tueur-de-masse-carte-de-marin-psycho-criminologie.com

 Les meurtres

 Le 3 mai 1966, Richard Speck est admis à l'hôpital pour une appendicite après avoir été évacué par un hélicoptère de la garde côtière. Il est opéré en urgence au St Joseph, dans la ville d'Hancock.
 Sauvé, il retourne chez sa sœur Martha à Chicago pour se reposer. Le mois suivant, il retourne à son travail et rejoint l'équipage du B. Randall Clarence jusqu'au 14 juin où, enivré, il se dispute avec un officier supérieur et est ramené à terre.
 Suspendu, il retourne à Chicago.
Richard Speck profite alors de ces jours de congé forcés pour rendre visite à Judy Laakaniemi, une aide-soignante de 28 ans avec laquelle il s'est lié d'amitié durant son séjour à l'hôpital. Celle-ci est en instance de divorce et accueille avec plaisir cette visite qui lui change les idées. Le 27, Judy lui donne 80$, pour l'aider un peu financièrement alors qu'il repart à Chicago où il restera deux semaines. 
 Le 30 juin, son beau-frère Gene l'emmène au NMU (National Maritime Union) afin de lui faire faire une carte pour embaucher sur le bateau Sinclair. Mais lorsqu'il arrive dans la salle d'embarquement, sa place est déjà prise et il est obligé de rebrousser chemin. Fauché, il trouve refuge près du Manoir Hell, dans une station de remplissage au 9954 avenue Torrence.

 

Richard-speck-tueur-en-serie-tueur-de-masse-hopital-psycho-criminologie.com

 

 Le lendemain, après avoir récupéré ses bagages à la salle d'embauche du Sinclair, il appelle sa sœur Martha, puis passe sa journée à boire dans les bars se trouvant à proximité. En sortant, il agresse au couteau une femme de 53 ans, Ella Mae Hooper.
 Richard Speck l'emmène dans une chambre de l'auberge navale et la viole.
Après avoir diné, il retourne boire au Shipyard's Inn jusqu'aux alentours de 22h20, avant de le quitter. Entièrement vêtu de noir, armé d'un couteau de chasse et du calibre 22 qu'il a volé à sa victime, il se rend à l'immeuble où logent les élèves-infirmières, sur la 100ème rue.

 Il est 23h, ce 13 juillet quand il fait irruption au 2319 est 100ème rue. 
 Là, il viole et tue 5 étudiantes infirmières et 3 infirmières diplômées qui étaient en stages au South Chicago Community Hospital. Certaines ont été tuées par balle, d'autres étranglées. Mais une des infirmières, Corazon Amurao parvient à s'échapper et à se réfugier sous un lit tandis que Richard Speck emmène une de ses amies pour la tuer. Elle reste cachée là jusqu'à 6 heures du matin avant de se précipiter à la fenêtre et de crier aux passants qui se rendent à leur travail "Elles sont toutes mortes ! Toutes mes amies sont mortes !".

 

Richard-speck-tueur-en-serie-tueur-de-masse-scene-de-crime-psycho-criminologie.com
Une des scènes de crime

 Le lieutenant Emil G. Giese est chargé de l'enquête. L'équipe de la police retrouve une première empreinte, plutôt de mauvaise facture, puis une seconde bien meilleure qui leur permet d'identifier Richard Speck.
 Recherché par la police avec un mandat d"arrêt contre lui, il est repéré deux jours plus tard par un vagabond, Claude Lunsford, qui se trouve avec un autre vagabond aux abords de l'hôtel Starr sur Madison West. C'est en voyant un portrait robot dans le journal du soir qu'il comprend que celui qui dort dans une des chambres de l'hôtel et qu'il a vu plus tôt est l'assassin.
 Il appelle la police.
 Seulement, celle-ci doute des propos du SDF et n'intervient pas.
 C'est parce qu'il va faire une tentative de suicide en se taillant les veines aux avant-bras que Richard Speck va être arrêté. Retrouvé en sang dans sa chambre par une femme de ménage, le réceptionniste joint les urgences qui transportent Speck à l'hôpital Cook County dans la nuit du 17 juillet. Le Dr LeRoy Smith le reconnaît immédiatement grâce au tatouage qu'il porte sur l'épaule et qui figurait dans un article du journal "Born to Raise Hell".
 Il appelle la police qui cette fois intervient et l'arrête.

 

 

 

Richard-speck-tueur-en-serie-tueur-de-masse-proces-psycho-criminologie.com

 Procès

 Le sélection du jury débute le 3 avril 1967 à Peoria, dans l'Illinois.
 Richard Speck est identifié positivement par la seule infirmière survivante, Cora (Corazon) Amurao. Lorsqu'on demande à celle-ci si elle peut identifier l'assassin de ses camarades, Amurao se lève de son siège, marche directement devant Speck et pointe son doigt vers lui.

 Le lieutenant Emil Giese témoigne au sujet des empreintes digitales. Il fournit les preuves scientifiques dont l'accusation a besoin pour la condamnation et, avec le témoignage d'Amurao, place les preuves contre Speck hors de tout doute raisonnable, ce qui a convainc les jurés.

 

Richard-speck-tueur-en-serie-tueur-de-masse-proces3-psycho-criminologie.com

 Le 15 avril, après 49 minutes de délibération, le jury déclare Richard Speck coupable et  recommande la peine de mort. Le 5 juin, le juge Herbert J. Paschen condamne celui-ci à la chaise électrique, mais accorde un sursis immédiat en attendant l'appel automatique de la Cour suprême de l'Illinois, qui confirme sa condamnation à mort le 22 novembre 1968.
 Il écope cette fois de 400 ans de prison (huit peines consécutives à 50 ans à 150 ans).
 Lors de sa demande de liberté conditionnelle par ses avocats, celle-ci lui est refusée à maintes reprises le 15 septembre 1976, puis en 1977 1978, 1981, 1984, 1987 et 1990.

 Si la police le soupçonne de trois autres meurtres, il ne sera jamais inculpé pour ceux-là par manque de preuves directes.

 

Richard-speck-tueur-en-serie-tueur-de-masse-proces2-psycho-criminologie.com

 La vie en prison

 Incarcéré au centre correctionnel de Stateville à Crest Hill, dans l'Illinois, Richard Speck reçoit le surnom de «birdman» d'après le film Birdman of Alcatraz, parce qu'il garde une paire de moineaux qui s'est réfugié dans sa cellule.
 Sperks est décrit comme un solitaire qui conserve une collection de timbres et aime écouter de la musique. Ses contacts avec le directeur comprend des demandes de nouvelles chemises, une radiot. 
 Speck n'est pas un prisonnier modèle; il est souvent pris avec des drogues ou de l'alcool distillé. La punition pour de telles infractions ne l'ont jamais arrêté. "Comment pourrais-je avoir plus d'ennuis, je suis là pour 1200 ans!"

 Speck accorde une seule interview de presse, en 1978, à l'éditorialiste du Chicago Tribune, Bob Greene. Au cours de cet entretien, il avoue les meurtres pour la première fois et  déclare qu'il pense sortir de prison «d'ici à l'an 2000», moment où il espère gérer sa propre épicerie. Lorsque Greene lui demande s'il se comparait à des assassins célèbres comme John Dillinger, il répond: «Moi, je ne suis pas comme Dillinger ou qui que ce soit d'autre."

 Speck déclare qu'au moment des tueries, il n'a eu «aucun sentiment», mais que les choses ont changé: «Je n'avais aucun sentiment cette nuit-là, ils ont dit qu'il y avait du sang partout, je ne m'en souviens pas. Je suis désolé pour ces filles, et pour leurs familles, et pour moi, si je devais recommencer, ce serait un simple cambriolage."  La  dernière pensée de Speck pour le peuple américain" est : "Dites-leur simplement de garder leur haine pour moi, je sais que ça leur remonte le moral et je ne sais pas ce que je ferais sans ça."

 

 

Richard-speck-tueur-en-serie-tueur-de-masse-prison-psycho-criminologie.com
Speck en prison

 En mai 1996, Bill Kurtis, présentateur d'actualités à la télévision de Chicago, reçoit des bandes vidéo réalisées au Stateville Correctional Center en 1988 par un avocat anonyme. En les montrant publiquement pour la première fois devant la législature de l'État de l'Illinois, Kurtis souligne les scènes explicites de sexe, de consommation de drogue et d'argent qui circulent parmi les prisonniers, qui n'ont apparemment pas peur d'être capturés; Au centre se trouve Richard Speck, qui fait une fellation à un détenu, partageant une grande quantité de cocaïne avec un autre, paradant en culotte de soie, arborant des seins féminins (prétendument cultivés en utilisant des traitements hormonaux de contrebande) et se vantant «Si seulement ils savaient combien je m'amuse, ils me relâcheraient».

 Derrière la caméra, un prisonnier demande à Richard Speck s'il a tué les infirmières. Speck répond, "Bien sûr que je l'ai fait." Lorsqu'on lui demande pourquoi, Speck hausse les épaules et dit en plaisantant: «Ce n'était pas leur nuit." Interrogé sur ce qu'il pense de lui-même dans les années qui ont suivi, il dit: "Comme je l'ai toujours ressenti ... je n'avais aucun sentiment ... Si vous me demandez si je me sens désolé, non." Il décrit en détail l'expérience qui consiste à étrangler quelqu'un: «Ce n'est pas comme la télévision ... ça prend plus de trois minutes et il faut avoir beaucoup de force."

 

Richard-speck-tueur-en-serie-tueur-de-masse-video-en-prison-psycho-criminologie.com
Richard Speck en prison

 L'après-procès

 Richard Speck meurt d'une crise cardiaque le 5 décembre 1991, à la veille de son 50e anniversaire.

 L'examen du cerveau de Speck a suggéré que deux domaines - l'hippocampe, qui implique la mémoire, et l'amygdale, qui traite de la rage et d'autres émotions fortes - empiétaient les uns sur les autres, leurs frontières étaient floues. Un neurologue qui a examiné les photos des échantillons de tissus, ainsi que les résultats d'un EEG administré à Speck dans les années 1960, a déclaré: «Je n'ai jamais entendu parler de ce type d'anomalie dans l'histoire de la neurologie. " Il a attribué la nature homicide de Richard Speck à une combinaison des anomalies du cerveau, à la violence que Speck a subie de la part de son beau-père alcoolique, mais aussi au fait qu'elle était due à sa propre consommation d'alcool.

 Speck a été incinéré et ses cendres ont été dispersées dans un endroit secret dans la région de Joliet.

 

Richard-speck-tueur-en-serie-tueur-de-masse-infirmieres-victimes-psycho-criminologie.com
Les victimes de Richard Speck

 

Les victimes

Mary Kay Pierce, Gloria Davy, Patricia Matusek, Nina Schmale, Pamela Wilkening, Suzanne Farris, Mary Ann Jordan, Merlita Gargullo, Valentina Pasion

Richard-speck-tueur-en-serie-tueur-de-masse-victimes-psycho-criminologie.com

 Profil

 Le Dr Marvin Ziporyn, psychiatre à temps partiel de la prison du comté de Cook a suivi Richard Speck tout au long de sa détention avant son procès. Sur son compte-rendu il note la dépression, l'inquiétude, la culpabilité, la honte parmi les émotions ressenties par l'assassin mais aussi un amour profond pour sa famille.
 A décharge, il diagnostique une personnalité obsessionnelle-compulsive et soutient que Speck considère les femmes comme des saintes jusqu'à ce qu'il se sente trahi par elles, après quoi l'hostilité se développe. Il lui trouve également des lésions au cerveau résultant de blessures subies dans son enfance. Selon lui, Richard Speck était compétent pour assister à son procès, mais il était fou au moment du crime en raison des effets de l'alcool et des drogues accentués par ses lésions cérébrales. 
 Le Dr Ziporyn a été désavoué quand les autorités ont appris qu'il écrivait un livre sur son patient. Il a été remercié, mais a sorti sa biographie de Speck en 1967.
 Son profil appuyé par deux autres confrères n'a pas été remis en question par les différentes parties du procès.

 

Richard-speck-tueur-en-serie-tueur-de-masse-Corazon Amurao-temoin-psycho-criminologie.com
Corazon Amurao, l'infirmière rescapée

 

©Toute reproduction du texte interdite

______________________________________________________________

Le personnage de Richard Speck à la TV :

- Mad Men, S5E04 "Rendez-vous mystère"
- American Horror Story S1E02
- Mindhunter, S1E09
- Law & Order: SVU and Chicago PD (crossover), ep : " Worldwide Manhunt " et " The Song of Gregory Williams Yates"  
- CSI: Crime Scene Investigation, S7E18

 

Extrait de l'interview de Richard Speck en prison :

- Extrait

 

A lire :

Langue : Français
Nombre de pages : 378
Prix : 0.89€
ACHETER

 

 

Films à voir :

Chicago Massacre (Audio français)
Avec : Cory Nemec
Durée : 92mn
Prix du DVD : 2€ (occasion)
ACHETER

 

____________________________________________________________________

Tags : richard speck, richard speck mindhunter, richard speck documentaire, richard speck ahs, richard speck american horror story, richard speck histoire, richard speck biographie, richard speck bird mindhunter, richard speck livres, richard benjamin speck, richard speck documentary, richard speck dallas, richard speck netflix, richard speck wiki, richard speck in dallas, richard speck movie 2007, richard speck film, richard speck tueur de masse, richard speck tueur en série, richard speck victimes, tueurs en série connus, tueurs en série livre, tueurs en série célèbres, tueurs de masse célèbres, tueurs en série aux etats unistueurs en série usa
 

Commenter cet article

Tania 02/01/2019 05:54

Est-ce lui le père de Marilyn Munroe par hasard ..?