Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

Articles avec #tueuses en serie catégorie

Retour sur l'affaire Elizabeth Wettlaufer : l'infirmière canadienne qui a tué huit patients

 

Les meurtres de la tueuse en série canadienne Elizabeth Wettlaufer ont pris fin après qu'elle se soit confessée à un ami d'enfance.

Le 16 septembre 2016, Wettlaufer travaillait au Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) de Toronto. Cette infirmière de 49 ans fait alors part à ses collègues de récit chaotique de plusieurs patients âgés décédés sous ses soins. Ses paroles laissent l'équipe psychiatrique confuse et alarmée.

Elizabeth Wettlaufer a-t-elle joué un rôle actif dans leur mort ?
La réponse a finalement conduit à la révélation de certains des crimes les plus effrayants ayant eu lieu au Canada. L'affaire a immédiatement conduit à une enquête sur les problèmes de santé décrits comme des "défaillances systématiques dans les soins de longue durée".

Dans un récit écrit, Wettlaufer a déclaré qu'en septembre 2007, elle avait "eu envie de tuer par overdose" James Silcox, 84 ans, un geste qui, selon elle, avait été "inapproprié". Elle a écrit un article similaire sur la mort de Maurice Granat, 84 ans. Elizabeth Wettlaufer a également décrit en détail les derniers moments d'autres personnes âgées dont elle s'était occupée entre 2007 et 2014.

Selon la criminologue Elizabeth Yardley, dans le cas d'Elizabeth Wettlaufer "Il y a un sentiment de droiture... presque une sorte de complexe de Dieu".

Les membres du personnel du CAMH ne savaient pas si le récit de la tueuse était réel ou s'il s'agissait de simples divagations, mais ils l'ont signalé aux autorités. Rob Hagerman, inspecteur-détective de la Police provinciale de l'Ontario, a été chargé de l'affaire.

Le detective Hagerman et son équipe se sont concentrés sur l'ancien lieu de travail d'Elizabeth, Caressant Care, un établissement résidentiel où elle a été employée de 2007 à 2014, pour tenter de découvrir si elle y avait réellement tué des patients. Une enquête plus approfondie a montré qu'elle a également travaillé dans un autre établissement de soins à London, en Ontario, en 2014 ou elle a affirmé avoir tué sa dernière victime. Là, Elizabeth Wettlaufer était responsable de la distribution des médicaments aux patients âgés. Cela lui donnait accès à des médicaments potentiellement dangereux.

Retour sur l'affaire Elizabeth Wettlaufer : l'infirmière canadienne qui a tué huit patients

Le 5 octobre 2016, la police l'a arrêté pour l'interroger. Malgré son apparence discrète, elle a révélé qu'elle avait pu donner délibérément une surdose à des personnes âgées vulnérables. Elle  injectait à ses victimes des doses mortelles d'insuline. Ses victimes étaient des personnes âgées et vulnérables, âgées de 75 à 96 ans. Leurs proches pensaient qu'elles étaient mortes de causes naturelles. Interrogée au sujet d'un résident âgé mort sous sa surveillance, Wettlaufer a déclaré : "J'ai eu le sentiment intérieur que c'était son heure."

À la fin de l'entretien de deux heures et demie, elle a avoué avoir tué huit personnes. Outre Silcox et Granat, les victimes étaient Gladys Millard, 87 ans, Helen Matheson, 95 ans, Mary Zurawinski, 96 ans, Helen Young, 90 ans, Maureen Pickering, 79 ans, et Arpad Horvath, 75 ans. Elle a également tenté de tuer quatre autres personnes et en a agressé deux autres, en 2017, et en 2018. Une 15e victime a survécu à une tentative d'étouffement.

Les victimes d'Elizabeth Wettlaufer
Les victimes d'Elizabeth Wettlaufer

 

Bien que les dates des décès coïncident avec celles où Wettlaufer travaillait dans les établissements, la police n'avait toujours pas assez d'éléments pour porter des accusations. Un examen de son ordinateur a révélé qu'elle avait effectué des recherches sur les victimes, mais cela n'a pas suffi pour procéder à une arrestation. Elle a été libérée sous la surveillance de ses parents.

Elizabeth Wettlaufer, est née en 1967 à Woodstock, en Ontario. Sa famille appartenait à un groupe baptiste fondamentaliste très strict, selon son ancien ami Glen Hart. Celui-ci se souvient que c'était une fille qui était constamment la cible d'intimidateurs. À l'âge adulte, elle a lutté contre des problèmes de santé mentale et des problèmes personnels, notamment sa sexualité. Selon Hart, la relation familiale était compliquée. Elle faisait des démarches pour faire son coming-out et ses parents lui disaient : "Non, tu ne peux pas être lesbienne". À la fin de son adolescence, ses parents l'ont envoyée suivre une thérapie de conversion à l'homosexualité.

"La thérapie de conversion gay est une torture. C'est bouleversant, et je n'ai suivi la thérapie de conversion que pendant deux jours", a déclaré Hart, ajoutant qu'il a fait son coming out à l'âge de 27 ans. "Elizabeth y a été soumise à plusieurs reprises pendant des semaines".

En 1997, elle a épousé Daniel Wettlaufer, un chauffeur de camion longue distance. Ils n'ont pas eu d'enfants et ont divorcé 11 ans plus tard. Après la fin de son mariage, "Wettlaufer a eu une relation avec une personne du même sexe, par intermittence", a déclaré Kevin Talsma, sergent-chef de la police de Woodstock. "Elle avait aussi une dépendance à l'alcool". Elle volait également des médicaments sur son lieu de travail.

Si ses relations ratées et sa dépendance à la drogue ont favorisé le sentiment d'être hors de contrôle, la criminologue Elizabeth Yardley a suggéré que s'emparer du pouvoir de mettre fin à la vie de quelqu'un d'autre était une question de maîtrise. "Je pense que c'est l'une des occasions dans sa vie où elle a eu le sentiment de contrôler complètement le monde autour d'elle et elle aime bien ce sentiment de pouvoir".

Pendant les interrogatoires, Wettlaufer a également fait état d'une sorte d'influence divine qu'elle a décrite comme une "poussée rouge". Selon Yardley, la vague rouge est l'idée que Dieu lui disait quoi faire pour lui permettre de fuir la responsabilité de ses actes.

En 2016, Elizabeth Wettlaufer a confié à son ami Glen Hart que "quelqu'un était mort à cause de quelque chose que j'ai fait au travail". A la suite de cet aveu, l'homme a contacté la police.

"Je devais faire ce que je devais faire", dira-t-il plus tard. Hart ne savait pas que le CAMH avait déjà Elizabeth dans le collimateur.

Wettlaufer a été arrêtée le 24 octobre 2016. Elle a été accusée de huit chefs d'accusation de meurtre. Lorsque la nouvelle de l'arrestation a été rendue publique, il y a eu une frénésie médiatique.

Le 1er juin 2017, Wettlaufer a plaidé coupable à huit chefs d'accusation de meurtre. Le 27 juin, elle a été condamnée à huit peines de prison à vie. Le juge l'a qualifiée d'"ombre de la mort".

 

_____________

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>