Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

Articles avec #tueurs en serie usa catégorie

Publié le par Criminologie
Publié dans : #Tueurs en série, #Tueurs en série Canadien, #Tueurs en série USA, #Années 90, #Keith Jesperson
Keith-hunter-jesperson-le-tueur-au-smiley-psycho-criminologie.com

 

Nombre de victimes :   8, peut-être 14 (160 selon lui, mais il s'agit probablement d'affabulation)
Type de victimes : prostituées, sa petite-amie  (1 noire, les autres blanches)
Période : 23 juin 1990/10 mars 1995 
Surnoms : The Happy Face Killer, le tueur au smiley
Nom :   Keith Hunter Jesperson
Date de naissance :  6 avril 1955  
Lieu de naissance : (Chilliwak, Colombie-Britannique - Canada)
Sexualité : Hétérosexuel
Mariage : Rose Hucke ( 1975– 1990)
Parents : Leslie et Gladys Jesperson
Famille :  2 frères et 2 sœurs - enfants (1 garçon, 2 filles)
Taille : 2m02 
Niveau d'études :  Lycée
QI : 102
Type de tueur : sadique, de type mixte avec motif sexuel (l'origine de son sadisme sexuel est attribué à son oncle Charlie)

Modus operandi : Ses victimes étaient choisies soit lors de son trajet ou lors d'un repos sur une aire de stationnement. Il semble qu'il ait jouer avec ses victimes à des jeux de suffocation après les avoir violé.  Il étranglait ses victimes jusqu'à ce qu'elles perdent conscience, puis les ramenait à la vie avant de répéter l'opération. 
Méthode d'assassinat : strangulation
Type d'armes utilisées :   Ses mains, corde

Chilliwack colombie brittanique canada
Photo : courtesy Tourism Chilliwack
 

  Jeunesse

  C'est un 6 avril de l'année 1955 que naît celui que l'on va appeler plus tard "le tueur au Smiley". Keith Hunter Jesperson voit le jour à Chilliwack dans la région de la Colombie-Britannique, au Canada.
  Il est le troisième enfant du couple Leslie et Gladys Jesperson qui compte deux autres fils et deux filles.
  Leslie est un alcoolique dominateur tout comme l'est son propre père, ce qu'il niera plus tard en affirmant ne pas avoir été un père abusif ( cela sera contredit dans le livre de Jack Olsen).
  
  La famille déménage très tôt pour Selah dans l'état de Washington.
  Keith Hunter Jesperson est un enfant solitaire, rejeté par sa famille et par les autres enfants en partie à cause de sa grande taille. Ses frères le surnomme "Igor" ou "Ig", un nom qui va le suivre tout au long de sa scolarité. Il a souvent des ennuis, se comporte mal et se voit sévèrement puni par son père. Cela se résume par des coups et notamment la ceinture que son père lui donne devant les autres. Son père ira même jusqu'à lui asséner un choc électrique à 220 volts.
  Très tôt, il montre une escalade dans le sadisme en torturant et en tuant de petits animaux. Il prend plaisir à regarder les animaux s'entretuer avant de lui-même leur prendre la vie. Il taille des planches et cloue des corbeaux dessus, des petits chiens et piquent des chauves-souris avec des aiguilles.

 

Keith-hunter-jesperson-selah-washington-psycho-criminologie.com
La ville de Selah

   Puis, il décide que ce n'est pas suffisant. Ses fantasmes se portent sur ses semblables et il veut savoir ce que cela fait d'ôter la vie à des êtres humains. Jesperson a 10 ans quand il tente de concrétiser la chose. Dans un parc de jeu, il frappe son frère Brad à la tête, faisant couler le sang et le faisant pleurer.  Peu de temps après, Keith injure une femme en la traitant de «salope». Le fils de celle-ci âgé de 16 ans, sort de sa voiture et vient lui donner une correction. Il lui donne deux coups de pied avec ses bottes de cow-boy avant de repartir.  
   A l'époque, Keith est l'ami d'un jeune garçon prénommé Martin avec qui il fait les quatre cents coups. Le garçon est le plus turbulent des deux, mais quand ils se font prendre, Martin n'hésite pas à enfoncer Jesperson. La rage qui monte en lui finit par sortir et Jesperson attaque son ami, le frappe violemment jusqu'à ce que son père, le voyant faire, les écarte l'un de l'autre.
   Les brimades à la maison se poursuivent aussi. Leslie demande à ses fils de payer pour leur chambre, et la pension afin de leur enseigner la valeur de l'argent. (plus tard, Keith découvrira qu'il payait beaucoup plus que le reste de la fratrie).

 

Keith-hunter-jesperson-le-tueur-au-smiley-arrestation-psycho-criminologie.com
Keith Jesperson lors de son arrestation en 1995

   Un an plus tard, alors qu'il nage dans un lac, il se fait chahuter par un camarade qui lui plonge la tête sous l'eau à le faire s'évanouir. Jesperson, lui en gardera grief et va se venger en le retrouvant quelques temps plus tard à la piscine municipale. Il va alors lui faire la même chose. Le garçon sera sauvé in extremis par le maître nageur.
   A 14 ans, Keith Jesperson déclare qu'il a été violé, mais rien ne vient corroborer cette histoire. Peut-être s'agit-il de l'histoire où ses camarades et lui ont été forcés de se déshabiller par un voisin qui était laitier. L'homme a également ôté ses vêtements et a demandé ensuite aux enfants de toucher ses organes génitaux.
   Keith s'est alors échappé.
   Son père lui offre une arme à feu peu de temps après. Keith tire alors sur un voisin et sur un autre pendant que celui-ci est penché pour cueillir des framboises, mais heureusement les manques.

 

Keith-hunter-jesperson-le-tueur-au-smiley-enfants-psycho-criminologie.-com
Keith Jesperson devant son camion

   Bien qu'il ne soit pas un élève des plus brillants, Keith Jesperson parvient néanmoins à obtenir son diplôme d'études secondaire, mais ne s'inscrit pas à l’université. Il faut dire que son père ne l'y encourage pas, bien au contraire. Pour lui, son fils n'est pas capable de faire des études. Mais il ne perd pas tout puisqu'il y rencontre celui qui va l'initier au vol à l'étalage, un certain Tom.
   Un autre de ses camarades se souvient ainsi de lui : "il pouvait être brillant quand il le voulait, mais ensuite il agissait stupidement. Il pouvait être gentil ou se montrer très méchant, être généreux puis devenir avare. Il n'y avait jamais d'intermédiaire chez lui. Je me suis toujours demandé s'il contrôlait la situation, s'il n'avait pas des lésions au cerveau..."
   C'est à cette époque qu'il semble avoir, tout comme son grand-père, la fascination du feu, marquant là la triade du tueur en série : sadisme envers les animaux, énurésie et pyromanie.
   Son père abat celui qui était son compagnon durant son enfance, son labrador retriever, Duke. Selon son père, le chien se trainait et semblait avoir mangé du poison. Ce geste fait suite à une longue liste de maltraitance envers son fils qu'il ne félicite que lorsque celui-ci tue des animaux.   

   Keith décide de partir de la maison et de se trouver un emploi. Il devient chauffeur routier en 1974.

   L'année suivante, sa mère Gladys décède.

 

Keith-hunter-jesperson-le-tueur-au-smiley-mariage-arrestation-psycho-criminologie.com
Mariage de Keith Jesperson et de Rose Hucke

   Mariage

   Keith Jesperson se marie un an plus tard, en 1975 avec la seule relation qu'il semble avoir eu au lycée. A l'âge de 20 ans il épouse Rose Hucke. Très vite, le couple est parent de trois enfants, deux filles et un fils. Quelques années plus tard, Rose commence à soupçonner Jesperson d'avoir des liaisons. Il reçoit en effet plusieurs appels de femmes à la maison. La tension dans le mariage se fait alors sentir et après 15 ans, alors que Keith est sur la route, Rose emballe ses affaires, prend ses enfants (dont Melissa, l'aîné de 10 ans) sous le bras et plie bagage.
   Keith continuera de les voir en ville et le couple divorcera en 1990.

 

Keith-hunter-jesperson-victime-taunja-bennett-psycho-criminologie.com
Keith Jesperon en famille - Crédit Photo : Melissa Moore

   Les meurtres

   A 35 ans, Jesperson pèse 110 kg et mesure 2.02 m. Son rêve, c'est d'entrer dans la police montée et de faire partie de la Gendarmerie royale du Canada. Malheureusement pour lui, une vilaine blessure l'empêche de le réaliser. Sans nul doute que cet évènement et le divorce vont contribuer au facteur déclenchant stressant des meurtres jusqu'ici en latence.
   Il reprend son travail de chauffeur routier inter-États et déménage à Cheney, toujours dans l’État de Washington. Les meurtres vont alors commencer...

 

Keith-hunter-jesperson-victime-taunja-bennett-psycho-criminologie.com
Taunja Bennett

   Sa première victime connue est Taunja Bennett, tuée le 23 janvier 1990, près de Portland (Oregon). Keith Jesperson la rencontre dans un bar et l'invite à finir la soirée chez lui, dans la maison qu'il loue afin d'avoir des relations sexuelles avec elle. Le fait qu'elle soit légèrement retardée l'a sexuellement attiré, semble-t-il. Mais celle-ci refuse de coucher avec lui. Pris de rage, il la frappe. Conscient de ce qu'il vient de faire et par peur qu'elle ne porte plainte, il l'étrangle, lui frappe le visage une vingtaine de fois au point de ne plus la reconnaitre son visage, puis retourne au bar afin de s'établir un alibi si la police a dans l'idée de venir ensuite l'interroger sur la disparition de la jeune femme. Une fois celui-ci établi, il revient chez lui, prend son corps qu'il met dans son camion et part sur la route pour s'en débarrasser.
   Le corps de Taunja Bennett est retrouvé quelques jours plus tard. La police n'a ni de suspect, ni de piste. Jesperson écrit des aveux sur le mur de la salle de bains d'un relais routier et dessine un visage souriant en forme de Smiley. Mais l'attention des médias se tourne vers Laverne Pavlinac, une femme qui a faussement avoué avoir tué Bennett en compagnie de son petit ami violent.
 
   Deux ans et demi après ce premier meurtre, Keith Jesperson tue à nouveau. Nous sommes le 16 septembre 1992, quand le corps non identifié d'une femme qu'il a violée, étranglée, est retrouvé près de Blythe, en Californie. Selon lui, la victime s’appellerait Claudia, mais elle ne sera jamais identifiée.
   Un mois plus tard, il remet cela, à Turlock, toujours en Californie en tuant Cynthia Lyn Rose.

 

Keith-hunter-jesperson-victime-1993-non-identifiee-psycho-criminologie.com
victime non identifiée, juin 1993

   Jesperson dira plus tard qu'il s'agissait d'une prostituée qu'il a ramassé lorsqu'il était arrêté sur un parking. La femme l'aurait réveillé alors qu'il dormait. 
   N'ayant pas attiré l'attention qu'il désire, il écrit aux médias et aux services de police avouant ses meurtres, en commençant par une lettre de six pages destinée au journal The Oregonian dans laquelle il révèle des détails. Il signe chaque lettre d'un smiley.  Cela conduit Phil Stanford, le journaliste qui a travaillé sur l'histoire de The Oregonian, à surnommer Jesperson "The Happy Face Killer".

 

Keith-hunter-jesperson-happy-face-smiley-psycho-criminologie.com

   Sa prochaine victime est encore une prostituée du nom de Laurie Ann Pentland, 26 ans qui habite Salem (Marion County, Oregon). Son corps est retrouvé en novembre. La jeune femme aurait tenté de doubler les tarifs de la  passe et menacer d'appeler la police. Il l'a alors étranglée.
 
   Six mois s'écoulent ensuite avant que sa prochaine victime ne soit retrouvée en juin 1993. Puis, c'est le tour d'une autre femme elle aussi non identifiée, "une personne de la rue" dont le corps sera retrouvé à Santa Nella, en Californie.
   La police a au départ considéré que sa mort était la conséquence d'une overdose de drogue.

 

Keith-hunter-jesperson-6eme-victime-non-identifiee-psycho-criminologie.-com
Portrait 3D de la victime de Floride

   Plus d'un an plus tard, en septembre 1994, les autorités trouvent une autre victime à Crestview, cette fois en Floride. Selon Keith Jesperson, la jeune femme se prénommait Susanne.

   En janvier 1995, il accepte de prendre en auto-stop une jeune femme, Angela Surbrize et de la conduire de Spokane dans l'état de Washington jusqu'en Indiana. Une semaine après, Angela commence à s'impatienter et lui demande de rouler plus vite, car elle est pressée de retrouver son petit ami. Pour toute réponse, il la viole et l'étrangle. Il attache ensuite son corps au châssis de son camion et la traîne ainsi la tête en bas "pour lui arracher le visage et les empreintes", dira-t-il.
   Le corps d'Angela Surbrize ne sera retrouvé que plusieurs mois après que Jesperson ait donné des détails concernant ce meurtre à la police.

Keith-hunter-jesperson-victime-julia-ann-winningham-psycho-criminologie.com
Julia Ann Winningham

   Deux mois après le meurtre d'Angela, il décide de se séparer de sa petite amie de longue date, Julie Ann Winningham parce qu'il la soupçonne de ne l'aimer que pour son argent. Mais au lieu de la laisser partir, il l'étrangle le 16 mars 1995, à Washougal (Etat de Washington).

   C'est ce meurtre qui va mettre la police sur sa trace.

 

   Arrestation

   Keith Hunther Jesperson est arrêté le 30 mars 1995 pour le meurtre de sa petite amie. La police l'avait interrogé la semaine précédente, mais il avait refusé de leur parler. Dans les jours qui ont suivi, Keith s'est dit qu'il allait bientôt être arrêté et il a tenté de se suicider par deux fois en prenant une dose excessive de barbituriques, se ratant à chaque fois mais avec l'idée que cela l'aiderait à avoir la clémence du jury.
   Quelques jours avant son arrestation, il écrit une lettre à son frère dans laquelle il avoue huit assassinats au cours des cinq dernières années. Brad fait parvenir la lettre à la police.
   Alors qu'il est en détention, Keith commence à révéler des détails sur ses meurtres dont celui d'Angela Surbrise, et à s'accuser d'autres dont il se rétractera par la suite. Cela amènera les services de police de plusieurs États à rouvrir des cold cases. Pour le meurtre de Bennett, Il donne aux policiers l'emplacement exact du sac à main de la victime.
   Keith Jesperson a prétendu avoir tué 185 personnes. 14 lui seront reconnues et seules les huit femmes tuées en Californie, en Floride, au Nebraska, en Oregon, à Washington et au Wyoming ont été confirmées.

 

Keith-hunter-jesperson-le-tueur-au-smiley-proces-psycho-criminologie.com

   Procès

   Il est condamné à purger trois peines de prison consécutives au pénitencier de Salem, en Oregon.
   En 1995, Keith plaide coupable du meurtre de Julie Ann Winningham et fait appel du meurtre de Taunja Bennett.
   En septembre 2009, Jesperson est inculpé de meurtre dans le comté de RIverside (Californie). Il y est extradé pour faire face aux accusations en décembre et est reconnu coupable une nouvelle fois ce qui lui vaut une quatrième peine d'emprisonnement à perpétuité pour le meurtre d'Angela Subrise.
   En prison, Keith Hunter Jesperson dessine beaucoup et peint de multiples tableaux aux couleurs chaudes et dont les personnages sont souvent représentatifs de ses démons intérieurs, avec un certain talent il faut bien le dire.

 

Keith-hunter-jesperson-le-tueur-au-smiley-dessin-arrestation-psycho-criminologie.com

   Plus :
   En 2008, Melissa G. Moore, sa fille a publié un livre intitulé «Silence brisé : L'histoire inédite de la fille d'un tueur en série». Moore a vécu avec son père jusqu'au divorce de ses parents en 1990. Elle a remarqué que son père était différent des autres hommes quand elle était à l'école primaire. «Il ne nous a jamais battus ou touchés, mais il y avait ce sentiment que quelque chose se tramait, sous la surface.» Leur maison bordait un verger de pommiers et son père avait tué des chats errants et des spermophiles qui erraient à proximité. Un jour, elle l'a regardé, horrifiée, alors qu'il pendait des chatons errants à la corde à linge de la famille. Elle courut chercher sa mère et, à leur retour, les chatons gisaient à terre, morts. Il avait regardé et ri lorsque les chatons s'étaient griffés pour s'échapper, puis il les avait tués.

   L’affaire du «Happy Face Killer» a eu un tel retentissement aux États-Unis que la chaîne Lifetime lui a consacré un téléfilm avec David Arquette.

Keith-hunter-jesperson-fille-melissa-moore-sam-moore-mari-psycho-criminologie.-com
Melissa Moore et son mari, Sam

En septembre 2018, Samantha et son père ont enregistré un podcast appelé "Happy Face".

 

 

©Toute reproduction du texte interdite

_____________________________________________

Les victimes reconnues de Keith Hunter Jesperson

 

1965-  Martin (rescapé)
1966- un garçon (a survécu)
1966- Deux voisins qu'il a tenté d'assassiner avec l'arme offerte par son père
1990- 23 janvier, Portland, Oregon : Taunja Bennett, 23 ans, étranglée avec une corde
1990- 12 avril, Mont Shasta, Californie : Daun Richert-Slagle, 21 ans (violée, rescapée)
1992 - 30 août, Blythe, California, Claudia (surnom donné - violée et étranglée manuellement)
1992 - Septembre, Turlock, Californie, Cynthia Lyn Rose, 32 ans (étranglée manuellement)
1992- Novembre, Salem, Oregon, Laurie Ann Pentland, 26 ans (étranglée avec une ligature non identifiée)
1993- Juillet, Santa Nella, Californie : Carla (tuée)
1994 - 14 septembre, Crestview, Floride : Susanne (Surnom donné) 40 ans (tuée)
1995 - janvier, Spokane, Washington : Angela Surbrize, 21 ans (violée et étranglée manuellement, corps tiré par le camion)
1995 - 10 mars, Washougal, Washington : Julie Ann Winningham, 41 ans (sa fiancée, étranglée manuellement)

 

 

_________________________________

Sources :
- portrait de Keith Jesperson, https://en.wikipedia.org/wiki/Keith_Hunter_Jesperson
- Peggy Krueger, Kendra Justice, & Amy Hunt, portrait of keith Hunter Jesperson, Department of Psychology Radford University
- King, Gary. Crime Library : Serial Killers (sexual predators): Keith Jesperson, 2006, March 10

 

_________________________________________________________

 

 

Livres disponible sur le sujet (uniquement en anglais)

116 pages
Prix ; 6.64€ (Broché) - 2.99€ (epub, mobi)

 

258 pages
Prix : 15.73€ (Broché) - 5.97€ (epub)
 

 

Tags : les enquetes impossibles le tueur au smiley, le tueur au smiley, Keith Jesperson le tueur au Smiley, Keith Jesperson happy face, keith jesperson melissa g moore, keith jesperson daughter, keith jesperson letters, keith jesperson wife, keith jesperson documentary, keith jesperson photos, keith jesperson artwork, keith hunter jesperson art, keith hunter jesperson artwork, keith jesperson book, keith hunter jesperson biographie, keith hunter jesperson wiki, keith hunter jesperson amazon, keith hunter jesperson wikipedia, keith jesperson family photo, keith jesperson melissa g. moore, keith jesperson hunter, keith hunter jesperson histoire, keith jesperson julie winningham, keith hunter jesperson leslie jesperson, keith jesperson melissa moore, keith hunter jesperson rose hucke, tueurs en série, serial killer, keith jesperson, keith hunter jeserson, les plus grands tueurs en série, tueurs en série les plus prolifiques, tueurs en série américains, tueurs en série canadien, les plus grands tueurs en série américains, les plus grands tueurs en série canadien, happy face killer

Voir les commentaires