Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

Articles avec #tueurs en serie usa catégorie

charles cullen, tueur en série, tueurs en série, cullen, l'infirmier tueur, ange de la mort, ange de la miséricorde

 

Pendant 16 ans, Charles Cullen a été employé comme infirmier dans divers hôpitaux du New Jersey et de Pennsylvanie. Pendant cette période, il a inoculé des surdoses mortelles de médicaments dans les perfusions de ses patients. On estime que Cullen aurait tué jusqu'à 400 patients, ce qui en ferait l'un des tueurs en série les plus prolifiques au monde.

Cullen a eu une enfance assez tumultueuse et a perdu plusieurs membres de sa famille pendant sa jeunesse. Son père est décédé alors qu'il n'était qu'un nourrisson, avant de perdre sa mère alors qu'il était au lycée. Deux de ses frères et sœurs sont également morts peu de temps après. Pendant de nombreuses années, il s'est occupé de son frère qui a finalement perdu son combat contre le cancer. 

Après avoir abandonné le lycée, Cullen s'est enrôlé dans la marine, puis a fréquenté l'école d'infirmières de l'hôpital Mountainside à Montclair. Il a obtenu son diplôme en 1987, s'est marié et a eu deux filles.

En janvier 1993, la femme de Cullen, Adrienne Taub, a demandé le divorce. Elle contacte la police et l'informe qu'elle a peur de son mari. Elle révèle qu'il a déjà corsé des boissons avec de l'essence à briquet et, chose effrayante, qu'il a déjà appelé un salon funéraire local pour s'enquérir de ses tarifs. Comme il avait accès à des drogues à l'hôpital où il travaillait, elle craignait pour son bien-être et celui de ses deux enfants.

Dans les plaintes pour violence domestique déposées par Adrienne Taub, elle a détaillé une série d'incidents qui s'étaient produits au domicile du couple. Cullen avait mis leur furet de compagnie dans une poubelle, brûlé un des livres de sa fille dans la cheminée et, à une occasion, déposé ses filles chez une baby-sitter et n'était pas venu les chercher pendant une semaine. Selon Taub, elle a été obligée de se débarrasser des animaux domestiques de la famille parce qu'elle pensait que Charles Cullen allait les tuer. Elle a ajouté qu'avant ces étranges incidents, Cullen n'avait jamais agi de la sorte.

Taub a tenté d'obtenir une ordonnance restrictive à l'encontre de son mari, mais le juge a rejeté sa demande, déclarant que celui-ci n'était coupable que d'un "comportement étrange, mais pas de menaces de violence".

À la suite du divorce, la vie de Charles Cullen a commencé à échapper à tout contrôle. Il se tourne alors vers l'alcool pour s'en sortir et se bat désespérément pour obtenir la garde de ses deux filles, mais en vain. Il a tenté de se suicider à plusieurs reprises, la première fois quelques jours seulement après que sa femme ait porté plainte pour violence domestique, et il a lutté contre des problèmes financiers croissants et une maladie mentale. Deux mois seulement après que sa femme ait demandé le divorce, Cullen s'est introduit au domicile de Michelle Tomlinson, une infirmière.
Par la suite, Adrienne Taub a obtenu une ordonnance restrictive contre son ex-mari.

charles cullen, tueur en série, tueurs en série, cullen, l'infirmier tueur, ange de la mort, ange de la miséricorde

 

Plus tard cette année-là, Cullen a tué trois de ses patients à l'hôpital Warren de Phillipsburg, dans le New Jersey. Il a administré des doses fatales de digoxine à Lucy Mugavero, Mary Natoli et Helen Dean. Avant de mourir, Helen Dean a raconté aux membres de sa famille qu'un infirmier lui avait injecté un produit. Peu après, Cullen a démissionné de l'hôpital. Le pathologiste a déclaré que Dean était morte d'un cancer et aucune enquête n'a été lancé.

De là, Charles Cullen est passé au Hunterdon Medical Center à Flemington, dans le New Jersey, où il travaillait principalement la nuit. Au cours des neuf années suivantes, il a fait des allers-retours entre différents hôpitaux du New Jersey, tuant des patients sur son passage. Dans certains cas, il a été licencié, dans d'autres, il est parti et s'est installé ailleurs.

Cullen a tenté de mettre fin à ses jours à plusieurs reprises, notamment en 2000, lorsqu'il a emporté un hibachi rempli de charbon de bois dans sa baignoire, espérant que l'inhalation de monoxyde de carbone le tuerait. Une femme qui vivait dans l'appartement du dessus a senti de la fumée et a contacté la police.

Les soupçons ont finalement été éveillés en 2002 lorsqu'une infirmière de l'hôpital St. Luke a contacté la police pour lui révéler qu'elle craignait qu'il ne tue des patients. Elle avait une liste de 69 patients qu'elle craignait qu'il n'ait tué. La police locale a passé neuf mois à enquêter sur Cullen, mais l'enquête s'est finalement arrêtée ; Il n'a même pas été interrogé.

Charles Cullen n'a été arrêté qu'en décembre 2003, lorsque des responsables du Somerset Medical Center ont remarqué qu'un nombre alarmant de patients étaient morts avec des taux élevés de digoxine dans leur organisme. Ils ont licencié Cullen après avoir mené une enquête interne qui a révélé une pléthore de résultats de laboratoire douteux concernant ses patients. Ils ont ensuite informé les procureurs de leurs conclusions et il a été placé sous surveillance.

Pendant cette surveillance, la police a demandé à Amy Loughren, infirmière au Somerset Medical Center, de porter un micro et de rencontrer Charles. Ils se sont entretenus dans un bar de Bridgewater, dans le New Jersey, où Loughren l'a confronté aux morts suspectes survenues sous sa surveillance. 

Loughren a tenté d'arracher des aveux à Cullen. "Je sais que vous l'avez fait. Allons au commissariat de police. Nous pouvons les appeler ensemble", a-t-elle dit. "Je ne peux pas, je ne peux pas", a-t-il répondu, avant de quitter le bar. Les enquêteurs attendaient à l'extérieur dans le parking et l'enregistrement clandestin a produit suffisamment de preuves pour une cause probable d'arrestation.

Après son arrestation, Cullen a admis une pléthore de meurtres, donnant aux enquêteurs une estimation du nombre de personnes qu'il a tuées dans chaque hôpital. On lui a proposé un accord de plaidoyer dans lequel il a évité la peine de mort en échange de ses aveux.

Charles Cullen avait utilisé divers médicaments pour donner une surdose mortelle à ses patients, notamment la digoxine, l'insuline, la dobutamine, le nitroprussiate, la norépinéphrine et le pavulon. Certaines de ses victimes ont survécu à la première overdose, ce qui a conduit Cullen à essayer à plusieurs reprises et même à changer les médicaments mortels pour terminer le travail. Il a admis avoir parcouru les unités à la recherche d'une victime potentielle ; il a scanné les dossiers médicaux pour trouver les patients souffrant de défaillance de plusieurs organes et ceux qui avaient une ordonnance de non-réanimation.

 

charles cullen, tueur en série, tueurs en série, cullen, l'infirmier tueur, ange de la mort, ange de la miséricorde

 

Il a comparu devant le tribunal et a plaidé coupable de 22 meurtres et de trois tentatives de meurtre dans le New Jersey. Pendant son séjour au tribunal, Charles Cullen a refusé de regarder les familles des victimes, faisant souvent semblant de dormir à la table de l'accusé. "Vous n'avez même pas le courage de regarder par ici, n'est-ce pas ? C'est une honte", a déclaré le fils d'une de ses victimes. Cullen a été condamné à 11 peines consécutives d'emprisonnement à perpétuité et il a ensuite avoué sept autres meurtres et trois tentatives de meurtre en Pennsylvanie. 

Si seuls 29 meurtres ont pu être confirmés, Charles Cullen a affirmé avoir tué jusqu'à 40 personnes au cours de sa carrière d'infirmier, qui s'est étendue sur plus de 16 ans. Les enquêteurs pensent toutefois que le nombre de victimes pourrait être beaucoup plus élevé, peut-être même autour de 400.

Quant à sa motivation, Cullen a rationalisé en disant qu'il mettait fin à la souffrance et empêchait la déshumanisation de ses victimes. "Le Mercy killing est une défense courante", a déclaré le Dr Michael Welner, professeur de psychiatrie au centre universitaire de New York. "Mais c'est une rationalisation qu'une personne emploie pour se convaincre qu'elle fait la bonne chose". Cependant, toutes les victimes de Cullen n'étaient pas en phase terminale ; l'une d'entre elles n'avait que 21 ans et avait été hospitalisée pour une opération de routine de la rate.

Comme l'a déclaré la fille de l'une de ses victimes après la condamnation de Cullen : "Il était censé être une sorte d'ange de la miséricorde, mettant fin à la souffrance des gens. Eh bien, il devrait regarder dans la salle d'audience."

 

 

 

Un film Netflix a été tiré de son histoire "The good nurse" (Meurtre sans ordonnance).

___________________

The good nurse" (Meurtre sans ordonnance)

Sources :
- St. Louis Post-Dispatch, 18 December 2003 – ‘Death Has Surrounded Nurse Who is Accused of Poisoning Patients’
- The Morning Call, 28 mai 2004 - 'A Slide into Madness
- NBC News, 2 mars 2006 - "Nurse Who Killed 29 Sentenced to 11 Life Terms
- The Good Nurse : A True Story of Medicine, Madness and Murder par Charles Graebe
- The Morning Call, 30 avril 2004 - 'He's As Cold As Ice
- The Morning Call, 15 octobre 2004 - 'Cullen was Persistent'
- The Philadelphia Inquirer, 3 mars 2006 - 'Demon From Lowest Depths
- www.crimeandinvestigation.co.uk

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>