Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

Articles avec #justice catégorie

Publié le par Criminologie
Publié dans : #News, #Actualites, #Allison Mack, #Secte, #Secte NXIVM, #Secte Nexium, #Keith Raniere, #Justice
audience-allison-mack-keith-raniere-audience-vendredi-12juin2018-psycho-criminologie.com

 

M. AGNIFILO : Au Mexique.
LA COUR : - Au Mexique, et il est resté dans une communauté fermée et a utilisé un compte e-mail protégé. Pourquoi cela ne se reproduirait pas ? Ne le faisait-il pas dans le but d' échapper à l'application de la loi ?
M. AGNIFILO : Il y a des factions passionnées et bien établies qui n'ont rien à voir avec M. Raniere. Il y a des gens à Nxivm et à DOS, dont certains sont très fidèles à M. Raniere, et il y a aussi des gens qui ont quitté Nxivm et / ou DOS et qui sont, d'après ce que j'ai vu, des anti-Raniere tout aussi passionnés. Je pense qu'il est intéressant de noter, je pense que le journaliste du New York Times a noté que les gens prenaient des photos de lui et d'autres à différents moments. Donc, il n'y a pas de raison de penser - et je peux passer en revue les détails du Mexique, il n'y a aucune raison de penser que M. Raniere essayait d'échapper à l'application de la loi. Je pense qu'il essayait de rester en sécurité face à des gens qui ne lui voulaient pas du bien. Et c'est certainement sa croyance et la croyance de certaines autres personnes. Je ne salis pas ces gens, ils ont droit à leurs opinions. Mais Votre Honneur a demandé pourquoi Mr Raniere faisait cela et je pense que c'est la raison. La raison la plus importante en fait, et je sais que le gouvernement était préoccupé par son voyage au Mexique, c'était que le visa de la mère de son enfant était sur le point d'expirer. Ils se sont alors rendus au Mexique.

LA COUR : Mais la mère et l'enfant ne vivent pas à Puerto Vallarta, ils vivent à cinq heures de route de là.

M. AGNIFILO : Je pense que vous avez raison, je ne pense pas qu'ils sont à Puerto Vallarta.

LA COUR: Ils sont dans une autre région du pays.

M. AGNIFILO : Je peux vérifier. Je pensais qu'ils étaient tous ensemble. Donnez-moi une seconde, Votre Honneur.

MME. PENZA : Votre Honneur, au moment de l'arrestation des accusés au Mexique, la mère et son enfant, je crois, étaient à Monterrey, alors que l'accusé était dans la région de Puerto Vallarta avec des esclaves DOS.

LA COUR : Avec qui ?

MME. PENZA : Avec les esclaves DOS, y compris son co-accusé, Mme Allison Mack.

LA COUR : Oh, vous les appelez esclaves DOS, je vois. D'accord.

M. AGNIFILO : Alors ?

LA COUR : Alors, écoutez. Je comprends que votre présentation, présentation très complète et claire au demeurant, me préoccupe du fait de ce qui pourrait arriver. Vous avez ces agents de la paix, qui ont pris leur retraite, qui font partie de cette organisation, de cette entreprise, et il y a des gens qui sont en colère contre Mr Raniere, alors tout le monde est en danger parce qu'il est à risque. Si ces gens viennent l'agresser, vous aurez des gens qui le protègeront avec des fusils. Ce n'est pas une demande de caution ordinaire, vous en conviendrez.

M. AGNIFILO : J'en conviens. Mais je ne pense pas qu'il y ait une raison de penser que quelqu'un va recourir à la violence.

LA COUR : Non.

united-court-house-brooklyn-eastern-new-york-2

 

M. AGNIFILO : Nous n'avons pas eu de violence. Ce groupe, si nous pouvons appeler cela un groupe, parce que parfois c'en est un et parfois certains en sont partis, sont beaucoup plus susceptible d'essayer de comprendre qui parle à qui et ce qu'ils disent. Je veux dire, ils sont beaucoup plus susceptibles d'essayer de pirater différentes communications plutôt que de tenter de blesser quelqu'un. Nous n'aurons pas ce problème dans notre situation parce qu'il n'aura aucun accès à Internet. Si Votre Honneur lui permet d'avoir un ordinateur sur place, il ne sera pas relié à Internet. Nous allons y mettre un disque dur et informer le gouvernement dans toute la mesure du possible sur les informations échangées. Je ne pense donc pas que nous sommes en train de créer une situation où nous aurons de la violence. Je pense que nous sommes en train de mettre en place une situation où Mr Raniere sera plus capable de se défendre, plus facile pour ses avocats de le voir, plus facile pour ses avocats de passer du temps avec lui. Le temps qu'il passera sur l'ordinateur sera pour préparer cette affaire pour le procès.

LA COUR : Très bien.

M. AGNIFILO : Merci, M. le Juge.

LA COUR : Y a-t-il quelque chose que vous aimeriez dire à propos de tout cela, madame ?

MME. PENZA : Votre Honneur, seulement si vous avez des questions, je crois que notre dossier était assez complet à ce sujet.

LA COUR : Vous êtes préoccupé par le fait que nous ne savons pas d'où vient cet argent et que les gens qui ont des jets privés pourraient emmener Mr Raniere et Mme Mack où ils voudraient. Nous ne savons pas si nous établissons ici un semblant de "prison privée", et la Cour doit-elle commencer à tenir compte du fait que ce que la Cour peut sanctionner est une prison privée qui aurait peut-être tous les accoutrements d'un manoir. Les gens qui ont beaucoup d'argent peuvent mettre en place une prison privée avec toutes sortes de commodités, ce qui tourne en dérision le système de la justice, tandis que d'autres ne parviennent pas à obtenir seulement cent dollars pour sortir de Rikers Island. Je pense que c'est un très gros problème. Ce n'est pas seulement un problème social, c'est un problème de justice pénale et je ne sais pas si je veux y contribuer à moins de savoir qui fournit l'argent et de combien nous parlons. Si cela va coûter cent mille dollars par mois entre les gardes privés et le placement dans une sorte de maison dont je ne connais pas la nature, je m'en inquiète un peu, et cela hormis la question de la possibilité de fuir par avion. Le gouvernement a-t-il une position sur tout cela ?

MME. PENZA : Oui, Votre Honneur. Le gouvernement croit que le concept de prison privée contient des problèmes inhérents. Les seuls cas dans lesquels ce type d'emprisonnement privé a été autorisé ont été les cas d'affaires criminelles en col blanc dans lesquelles les accusés eux-mêmes mettaient des sommes énormes leur appartenant. Et dans cette situation, Monsieur le Président, l'avocat de la défense a donné un semblant d'estimation quant au financement de la fiducie dans cette affaire ...

LA COUR: Vous voulez dire qu'il a deviné?

MME. PENZA : Oui, Votre Honneur.

LA COUR : Il ne le sait pas.

MME. PENZA : Il ne le sait pas.

LA COUR : Disons-le de cette façon, il n'a pas indiqué qu'il le savait.

 

moira-kim-penza-attorney

Moira Penza, procureur

MME. PENZA : Il n'a pas indiqué qu'il le savait. Il a indiqué qui, selon lui, finançait la fiducie.

LA COUR : Quand un porteur de caution entre ici, je peux être amené à l'interroger. Je peux lui demander : quelle est votre relation? Comment connaissez-vous cette personne? Qui est-il pour vous? Allez-vous pouvoir faire pression sur cette personne pour garantir qu'elle reviendra ? Je dois pouvoir le faire. Ce que votre structure ou la structure qui a été conçue en quelque sorte élimine, c'est le rôle de la Cour de juger équitablement si, en libérant une personne, elle risque de se présenter de nouveau devant un tribunal ou si elle sera absente. Je suis juste préoccupé par cela. Nous avons tous lu l'article dans le New York Times. J'ai fait une promesse dans ma vie de ne jamais finir aucun article du New York Times, car ils sont trop longs, mais j'ai fait une exception concernant celui-là. J'ai lu le tout. J'ai donc lu tout ce qui a été mis en avant. Ce que je sais à propos de cette affaire, c'est ce que j'ai lu dans le New York Times et l'Albany Times Union. D'accord?

MME. PENZA : Compris, Votre Honneur.

LA COUR : Basé sur cela, je peux émettre certaines suppositions.

MME. PENZA : Votre Honneur, sur la base de cette supposition, il s'agit en effet d'une personne dont le gouvernement pense qu'elle a agi en tant que co-conspirateur dans une activité criminelle avec la complicité de  l'accusé.

LA COUR : Qui a ?

MME. PENZA : Qui a financé cette fiducie -

LA COUR : Oui.

MME. PENZA : Qui a agi en tant que co-conspirateur du défendeur pendant de nombreuses années. Et compte tenu de cela, et en plus du fait que, au fil des ans, elle a donné - quand nous parlons de montants d'argent...

LA COUR : ..Il ou elle.

MME. PENZA : Oui, Votre Honneur. Lui ou "cette personne" (Clare Bronfman), pour donner un exemple à Votre Honneur, a accordé un prêt de 65 millions de dollars à l'accusé, et tout cet argent a été perdu et n'a jamais été remboursé. C'est une richesse vraiment inimaginable et une richesse illimitée dont nous parlons ici. Donc, l'idée que toute somme d'argent ne vaudrait pas la peine d'être remboursée à cette personne pourrait permettre à l'accusé de fuir sans contrepartie. Nous parlons de personnes possédant des îles privées. Nous parlons de personnes ayant accès à des voyages privés, auxquels le défendeur a participé. Des personnes qui ont également utilisé des courriels cryptés. Des gens qui ont également laissé tomber leurs téléphones pour que le gouvernement ne puisse pas les tracer. C'est l'environnement dans lequel nous opérons, Votre Honneur, et nous croyons donc que le risque de fuite est important dans ce cas.  C'est quelqu'un qui a un réseau qui fonctionne dans le monde entier, littéralement qui peut mobiliser des centaines de personnes pouvant répondre à ses appels et, avec tout le respect dû à M. Sullivan, il n'y a rien que M. Sullivan soit en mesure de faire jour après jour pour éviter que quelque chose comme cela ne se produise. Votre Honneur, les gens sont vraiment pétrifiés face à l'accusé. C'est une organisation qui opère depuis des années en manipulant les gens, en les abusant et en les intimidant.

LA COUR : Y a-t-il autre chose avant que je statue ?

M. AGNIFILO : Oui. Nous avons entendu le droit qu'à Votre Honneur à connaitre qui finance la fiducie, que ce soit à 100% ou à 99,5%.

Keith-raniere-proces-new-york-psycho-criminologie.com

LA COUR : Mes soupçons ne sont pas seulement un soupçon. Je dis simplement que les porteurs de cautions de droit commun comparaissent devant la Cour et expliquent leur relation avec le défendeur et tentent de donner à la Cour une certaine assurance qu'en tant que caution ils le font volontairement, qu'ils ont une relation avec lui, qu'ils feront tout ce qu'ils peuvent pour surveiller le comportement de l'accusé dans la mesure où le défendeur retournera devant le tribunal, et fournira ce genre d'assurance ou un groupe d'assurances afin que la Cour puisse sentir qu'il y a une forte probabilité que la personne ne s'enfuira pas, entre autres choses.

M. AGNIFILO : Je comprends. Je comprends complètement la préoccupation de la Cour. Je vais tenter de savoir qui a la fiducie. Je ne contrôle pas cette personne, cette personne a ses propres avocats, mais la préoccupation de Votre Honneur est prise en compte. J'entends la Cour haut et fort et si c'est quelque chose qui ...

LA COUR : Il y a aussi cette autre question soulevée indirectement par le gouvernement dans le sens que ce supposé bailleur de fonds de cette fiducie pourrait être soit un co-conspirateur non inculpé, soit un co-conspirateur inculpé avec le défendeur. Où en sommes-nous ? Cela complique considérablement l'analyse, il me semble.

M. AGNIFILO : Nous savons de qui nous parlons et son argent vient d'un héritage. Ce ne sont pas des gains mal acquis, donc je ne pense pas qu'il y ait a avoir peur que... 

LA COUR : Ce n'est pas une affaire de crime organisé, d'accord, où l'argent serait le résultat d'une activité illégale, mais il y a la question du fait que si une partie, un défendeur soutient financièrement un autre défendeur, alors cela soulève d'autres questions, n'est-ce pas ?

M. AGNIFILO : Je suis d'accord. Je suis d'accord. Mais aujourd'hui, il n'y a pas eu de frais.

LA COUR :  Oui.

M. AGNIFILO : Et l'argent est de l'argent propre.

LA COUR : Je comprends.

LA COUR : Je ne fais que mettre cela sur la table pour que vous puissiez y penser.

M. AGNIFILO : J'apprécie cela. J'y réfléchis.

LA COUR : Bien. Rien d'autre? C'est tout?

M. AGNIFILO : C'est tout pour moi.

clare-bronfman_clare

Clare Bronfman

 

 

LA COUR : Très bien. Le prévenu, Keith Raniere, a été accusé de trafic sexuel, de complot en vue de commettre un trafic sexuel et de complot en vue de provoquer du travail forcé. Le défendeur a demandé sa libération sous caution en attendant son procès. La Cour conclut que le gouvernement a démontré que le défendeur est un risque de fuite, nonobstant les conditions proposées. La Cour rejette donc la requête du défendeur sans préjudice. Les détenus en attente de jugement ont le droit d'être libérés selon le Huitième Amendement et le Bail Reform Act. Ce dernier prévoit qu'un tribunal doit libérer un défendeur sous réserve, "de la condition la moins restrictive, ou une combinaison de conditions, qu'il détermine raisonnablement, soit assurer l'apparence de la personne selon les besoins, la sécurité des autres personnes, et la communauté", fin de citation. Seulement si, et après avoir examiné les facteurs énoncés dans le titre 18 du Code des États-Unis, Article 1342 (g), la Cour détermine que " sans condition ou une combinaison de conditions garantissant raisonnablement l'apparence de la personne au besoin et la sécurité des autres personnes et de la communauté", fin de citation - la Cour ordonne que le défendeur soit détenu sans caution. Toutefois, s'il existe une raison probable de conclure que le défendeur a commis l'une des infractions énumérées par la Loi sur la réforme du cautionnement, une reprise réfutable suppose qu'aucune condition ou combinaison de conditions ne peut raisonnablement assurer la comparution ou la comparution du défendeur. la sécurité de la communauté ou d'autres. Dans un tel cas, "le défendeur peut réfuter cette présomption en apportant la preuve qu'il ne constitue pas un danger pour la communauté ou un risque de fuite", fin de citation. États-Unis, 629 F.3d. 311, deuxième édition, 2011.

Si le défendeur offre une telle preuve, la présomption favorisant la détention ne tombe pas, mais, "reste un facteur à considérer parmi ceux pesés par le tribunal du district", fin de citation. Même dans un tel cas de présomption, cependant le gouvernement conserve "le droit de détenir par une preuve claire et convaincante que le défendeur présente un danger pour la communauté, et par la moindre norme de prépondérance de la preuve que le défendeur présente un risque de fuite", fin de citation.  Les parties conviennent qu'il s'agit d'un cas de présomption?

 

M. AGNIFILO : C'est exact, Juge.

LA COUR : D'accord?

MME. PENZA : Oui, Votre Honneur.

LA COUR : L'accusé a été inculpé par le grand jury fédéral pour des affaires de trafic sexuel et de complot de trafic sexuel pour lesquelles la peine maximale est la prison à vie. L'acte d'accusation du grand jury établit de manière concluante qu'il y a des raisons probables de croire que le défendeur a commis ces infractions. Les seules questions dont la Cour est saisie sont donc de savoir si le défendeur a réfuté la présomption en faveur de la détention,  "en apportant la preuve qu'il ne présente aucun danger pour la communauté ou un risque de fuite", fin de citation. Et si le gouvernement a démontré que le défendeur est dangereux ou est susceptible de fuir nonobstant les conditions proposées. Le défendeur a présenté à la Cour une entente de mise en liberté sous caution comprenant un certain nombre de conditions de remise en liberté. Ces conditions proposées comprennent une obligation de 10 millions de dollars; des restrictions de voyage; une détention à domicile imposée par la surveillance GPS d'un bracelet électronique et des gardes armés 24 heures sur 24; ainsi que des restrictions sur l'accès du défendeur aux ordinateurs et aux téléphones et des contacts avec son coaccusé, ses prétendus co-conspirateurs et d'autres affiliés de Nxivm. Le gouvernement soutient que ce cautionnement est insuffisant pour assurer raisonnablement la comparution du défendeur au procès, pour protéger la sécurité de la communauté ou pour atténuer le risque qu'il fasse obstruction à la justice. Après avoir examiné les quatre facteurs de la section 3142 (g), la Cour est d'accord avec le gouvernement pour dire que la proposition de cautionnement  est insuffisante pour assurer raisonnablement la comparution au procès. Selon la Cour, ces quatre facteurs, la nature et les circonstances de l'infraction reprochée, le poids de la preuve contre le défendeur, l'historique et les caractéristiques du défendeur, ainsi que la nature et la gravité du danger pour toute personne ou communauté qui serait posée par la libération du défendeur, pèsent en faveur du maintien en détention. Comme la Cour l'expliquera, le premier et le troisième de ces facteurs sont particulièrement favorables au maintien en détention. Premièrement, en ce qui concerne la nature et les circonstances des infractions reprochées, la Cour note que les accusations portées contre le défendeur sont extrêmement graves. Les accusations de complot pour trafic sexuel et trafic de sexe sont passibles chacune d'une peine d'emprisonnement à perpétuité, et l'accusation de complot aux travaux forcés est passible d'une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à 20 ans. Parce que l'accusé est accusé de trafic sexuel par, "force, menace de force, fraude ou coercition", l'accusation de trafic sexuel est également soumise à une peine minimale de 15 ans en vertu du titre 18 du Code des États-Unis. b) (1). Face à la possibilité que, s'il est condamné, il peut passer le reste de sa vie en prison, l'accusé a clairement, "un motif fort de fuir," fin de citation. États-Unis c. Sabhnani, 493 F.3d 63, deuxième édition, 2007. Deuxièmement, quant à l'histoire et aux caractéristiques du défendeur, la Cour estime que ce facteur soutient fortement la détention pour éviter le risque de fuite. Certains aspects de l'histoire et des caractéristiques du défendeur appuient sa libération avant jugement. Il réside depuis longtemps dans l'État de New York, et rien n'indique qu'il ait un casier judiciaire, un problème de toxicomanie ou des antécédents de manquement aux comparutions devant les tribunaux.

keith-raniere-cour-de-brooklyn-proces-audience-psycho-criminologie.com

 

La Cour est cependant troublée par le fait que le comportement du défendeur ces derniers mois, son manque d'emploi ordinaire ou de ressources financières personnelles susceptibles d'assurer un lien significatif et son accès aux ressources financières considérables de tiers montrent qu'il peut fuir par opportunité. La Cour est troublée par les indications au dossier selon lesquelles le défendeur a tenté de faire allusion à l'application de la loi en déménageant au Mexique l'automne dernier. Selon le gouvernement, une fois, l'application de la loi a commencé à interroger des témoins sur la conduite criminelle du défendeur, il a fui à Puerto Vallarta, au Mexique, où il vivait dans une villa de luxe, a commencé à utiliser le courrier électronique crypté et a cessé d'utiliser son téléphone. En réponse, le défendeur soutient qu'il s'est rendu au Mexique pour être avec son enfant et la mère de son enfant, un citoyen mexicain dont le visa américain a expiré en octobre dernier. Bien qu'il admette avoir utilisé différents téléphones et adresses de courriel, il soutient qu'il ne l'a pas fait pour échapper à l'application de la loi mais pour échapper au mouvement anti-Nxivm, un groupe qui, selon lui, le harcèle depuis des années. Enfin, le défendeur soutient que le gouvernement était ou aurait dû être au courant de son emplacement parce qu'il a déposé un document dans un tribunal d'État en tant qu'exécuteur de la succession du précédent conjoint de son amie. Ce document identifiait par son nom et son lieu le notaire mexicain devant lequel le défendeur comparaissait, ce qui, selon lui, montre que les autorités connaissaient son emplacement. Les explications du défendeur ne sont pas convaincantes. Même si la Cour devait accepter l'explication du défendeur pour la raison pour laquelle il s'est rendu au Mexique, cette explication ne donnerait pas à la Cour de garanties, car cela indiquerait que le défendeur a des liens personnels et étroits avec le Mexique, et donc peut être un risque de fuite. En tout cas, cette explication sonne faux, car la motion du défendeur indique que la mère de son enfant vit près de Monterrey, mais Monterrey est à des centaines de kilomètres de Puerto Vallarta.

La Cour est sceptique quant à l'explication du défendeur selon laquelle il a commencé à utiliser un courriel entièrement crypté et a cessé d'utiliser son téléphone pour échapper aux critiques de Nxivm, pas l'application de la loi, car la Cour ne sait pas comment le premier pouvait avoir la capacité de suivre son téléphone. La Cour n'est pas non plus convaincue par l'argument du défendeur selon lequel son dépôt du document à la saisie exécutoire devant un tribunal d'État indique qu'il n'a pas tenté de cacher sa position au gouvernement. Le document indique que le notaire mexicain devant lequel il a comparu était situé à Guadalajara, Jalisco. Selon Google Maps, Guadalajara est à environ cinq heures de route de Puerto Vallarta. La Cour ne voit pas comment le gouvernement aurait pu déduire ce lieu depuis ce document.

La Cour est également très préoccupée par les ressources financières du défendeur. Selon l'affidavit financier du défendeur, il est travailleur autonome et n'a aucun revenu et aucun actif autre qu'une participation de 50 pour cent dans une maison à Clifton Park, New York, d'une valeur d'environ 60 000 $. Il n'a donc rien de matériel qui le rattache à ce quartier, ou à cet état au-delà de sa moitié d'intérêt dans l'immobilier de Clifton Park, New York. D'autre part, le défendeur semble avoir accès à d'énormes ressources financières apportées par des tiers. Selon le gouvernement, ces ressources comprennent des millions de dollars ainsi que l'accès au transport aérien privé et à l'île privée d'un tiers aux Fidji.

keith-raniere-audition-proces-audience-jury-psycho-criminologie.com

 

Le défendeur lui-même propose qu'il soit soumis à la détention à domicile, surveillé par des gardes armés au coût d'au moins 40 000 $ et peut-être plus de 140 000 $ par mois, à payer par une fiducie spéciale financée par des tiers contributeurs. Cet accès aux ressources financières considérables des tiers exacerbe la crainte de la Cour que le défendeur ne veuille s'enfuir si ne lui donne la possibilité de le faire.

Les conditions de mise en liberté proposées par le défendeur ne permettent pas non plus de remédier à ces préoccupations. Le défendeur propose la libération d'une obligation de 10 millions de dollars, mais cette Cour considère que cette obligation est fondamentalement sans valeur, compte tenu du manque de biens personnels du défendeur. Pour remédier à ce défaut, le défendeur propose qu'il soit surveillé par des gardes armés. À ce stade, toutefois, la Cour n'est pas convaincue que la condition de garde armée constitue une alternative raisonnable à la détention avant jugement.

Premièrement, la Cour ne comprend pas encore comment le défendeur a l'intention de payer le coût de la sécurité privée. Le défendeur affirme que les gardes seront payés, "par une fiducie irrévocable financée par des contributeurs tiers pour payer les frais de défense raisonnables dans le cadre de la poursuite immédiate", fin de citation. La Cour n'a pas devant elle d'informations sur la fiducie; ses termes détaillés; son corpus; ou ses contributeurs.

Sans une telle information, la Cour ne peut pas évaluer de façon raisonnée la capacité des gardes armés. La Cour a un certain nombre de questions sur les personnes qui garderaient le défendeur et leur capacité à l'empêcher de fuir. Comment, par exemple, la société TorchStone a-t-elle été sélectionnée comme entreprise de sécurité ? Qui est-ce que TorchStone utilise comme gardes, et quel type de vérifications d'antécédents et de contrôles de sécurité ont été soumis à ces gardes ?

Bien que la Cour n'ait pas l'intention d'attaquer l'intégrité de TorchStone ou de ses employés en posant ces questions, elle craint que, sans beaucoup plus d'informations, elle ne puisse évaluer en connaissance de cause la capacité de ces personnes à empêcher le défendeur de fuir.

Et j'ajouterai que la Cour n'est pas vraiment en mesure d'évaluer les techniques d'application de la loi et les qualifications de ces agents à appliquer la loi. Nous avons des agents  qui travaillent pour le gouvernement et, avec tout le respect que je dois aux agents d'application de la loi en retraite, je ne pense pas qu'il incombe à la Cour de co-gérer ces activités. Et c'est particulièrement vrai ici où le défendeur peut avoir à la fois accès à des ressources financières extraordinaires et à un certain nombre d'adhérents loyaux, ce qui pourrait facilement faciliter son évasion à un moment donné.

Pour les raisons susmentionnées, la Cour conclut que les conditions de mise en liberté proposées sont insuffisantes pour assurer raisonnablement la comparution du défendeur au procès. La Cour rejette donc la demande de mise en liberté sous caution du défendeur. Ce refus est toutefois sans préjudice du reclassement d'une nouvelle mise en liberté sous caution qui offre une plus grande transparence quant à l'accès du défendeur aux ressources financières et aux conditions proposées pour sa détention à domicile et ses gardes armés. Parce que la Cour détermine que le gouvernement a démontré que ces conditions sont insuffisantes pour assurer raisonnablement la comparution du défendeur, la Cour n'a pas besoin de se demander si le gouvernement a démontré que ces conditions sont insuffisantes pour protéger la communauté.

keith-raniere-en-prison

 

Donc, la demande est refusée sans préjudice. Et vous comprenez quelles sont les préoccupations de la Cour.

M. AGNIFILO : Tout à fait, merci.

LA COUR : Très bien. Y a-t-il autre chose pour le procureur ?

MME. PENZA : Non, Votre Honneur, merci.

LA COUR : Très bien. En ce qui concerne le gouvernement, si pour une raison ou pour une autre nous avons besoin d'une réunion auparavant, je pense que ce sera le 25 -

MME. PENZA : Oui, Votre Honneur.

LA COUR : - de juillet, veuillez donner un préavis suffisant aux deux défendeurs, car je demande que les accusés comparaissent, y compris Mme Mack à chaque audience de mise en état.

MME. PENZA : Compris, Votre Honneur.

LA COUR : Très bien.

MME. PENZA : Merci.

LA COUR : C'est votre obligation de les tenir au courant afin qu'ils puissent donner à Mme Mack suffisamment de temps pour venir ici, parce que  l'exigence de la Cour dans cette affaire est importante.

MME. PENZA : Absolument, Votre Honneur.

LA COUR : Y a-t-il autre chose pour votre part, monsieur?

M. BUCKLEY : Non, merci, Monsieur le Président.

LA COUR : Y a-t-il autre chose pour votre part, monsieur?

M. AGNIFILO : Non, merci, Monsieur le Président.

LA COUR : Très bien. Nous sommes ajournés.

 

Partie 1 de l'audience, ICI

Je certifie que ce qui précède est une transcription correcte du compte rendu des procédures dans l'affaire susmentionnée.
s / Georgette K. Betts 13 juin 2018
GEORGETTE K. BETTS DATE
GEORGETTE K. BETTS, RPR, FCRR, CCR
Reporter officiel de la Cour

 

__________________________________________________________

Tags : Transcription de l'audience du 12 juin Keith Raniere Allison Mack, audience du 12 juin Keith Raniere Allison Mack, Keith Raniere Allison Mack, Keith Raniere Allison Mack procès, Keith Raniere Allison Mack secte, Keith Raniere Allison Mack nexivm, Keith Raniere Allison Mack nxivm, Keith Raniere Allison Mack dos, qui est Keith Raniere, qui est Allison mack, qu'est-ce que nxivm, qu'est-ce que nexium, la secte d'allison mack, la secte de keith raniere, procès de keith raniere, procès allison mack, news allison mack, news keith raniere, infos secte nexium, infos secte nixvm, secte esclaves, sororité allison mack, allison mack actrice, allison mack arrêtée

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 > >>