Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

Articles avec #grim sleeper catégorie

Lonnie David Franklin Jr - The grim sleeper - tueur en série - serial killer
Lonnie David Franklin Jr

 

Le tueur en série "Grim Sleeper" (le dormeur lugubre) a jonché Los Angeles des corps sans vie de ses victimes durant 20 ans.

 

Los Angeles, les années 1980.
Alors que la ville est en proie à une épidémie de crack et de la guerre des gangs, des corps de femmes noires sont retrouvés à plusieurs reprises cachés dans les ruelles.

Debra Jackson, une mère célibataire de trois enfants, est l'une d'entre elles. Elle a reçu trois balles avec une arme à feu de calibre .25.

En août 1986, c'est le corps d'une autre femme qui est retrouvé, tuée elle aussi par une arme de poing de calibre .25. Les blessures par balle suggèrent que la victime, identifiée par ses empreintes digitales comme étant Henrietta Wright, une mère célibataire de 24 ans, se trouvait dans une voiture lorsque le tueur a tiré.

Les enquêteurs n'ont pas immédiatement relié les deux cas, mais l'analyse des balles a montré que le même pistolet avait été utilisé pour tuer les deux femmes. Les détectives ont travaillé sur diverses pistes, en se concentrant sur l'arme du crime. Mais les progrès se sont révélés être au point mort.

Les victimes de Lonnie David Franklin Jr
Les victimes de Lonnie David Franklin Jr

 

En janvier 1987, un informateur anonyme a appelé le 911 et a rapporté avoir vu le corps d'une femme jeté dans une ruelle. Il a fait connaitre la plaque d'immatriculation de la camionnette dans laquelle se trouvait l'agresseur. Sur les lieux, les enquêteurs ont découvert une femme identifiée plus tard comme étant Barbara Ware, 23 ans. Elle a reçu une balle dans la poitrine avec une arme à feu de calibre .25.

Les détectives ont remonté la plaque d'immatriculation de la camionnette jusqu'à une église. A l'intérieur, ils ont retrouvés les clés du véhicule facilement accessibles à presque tout le monde.  

L'arme utilisée pour tuer la troisième victime s'est avérée correspondre à celle des homicides de Jackson et de Wright. De plus, de la salive et du sperme ont été collectés sur la dernière victime.

À la fin des années 1980, il n'y avait pas de base de données nationale d'ADN pour diriger les enquêteurs vers un suspect. Une fouille de la camionnette n'a d'ailleurs donné aucune preuve utile.

Les corps de quatre autres femmes, retrouvés en janvier 1988 – Bernita Sparks, Mary Lowe, Lachrica Jefferson et Monique Alexander – ont également été abattues avec le même pistolet de calibre .25 et jetées à la rue.

Au printemps 1988, l'affaire prend une tournure dramatique. Enietria Margette Wahsington (30 ans), qui a miraculeusement survécu a alors 30 ans. Elle se rend chez un ami à pied et accepte de se faire conduire par un homme. En route, il lui tire dans la poitrine, la viole, prend une photo Polaroid et la pousse hors de la voiture, déclare-t-elle aux autorités. 

Washington a donné aux autorités une description du tireur et de son Pinto orange. Mais une fois encore, l'affaire reste un cold case pendant 20 ans. Heureusement, au cours de ces deux décennies, des progrès ont été réalisés dans l'utilisation des preuves ADN.

 

Lonnie David Franklin Jr - The grim sleeper
Lonnie David Franklin Jr

Puis, le jour du Nouvel An 2007, le corps d'une femme, identifiée par ses empreintes digitales comme étant celui de Janecia Peters (25 ans), a été retrouvé dans une benne à ordures toujours tuée par une arme de calibre .25.

Le matériel génétique récupéré du corps de Janecia Peters correspond alors à l'ADN d'une victime de meurtre de 2003, Valerie McCorvey (35 ans), et de la victime de 2002, la princesse Berthomieux (15 ans). 

Les enquêteurs font le lien entre les homicides récents et les meurtres des années 1980. Lorsqu'ils ont soumis l'ADN des cas précédents pour comparaison avec les nouveaux cas, ceux-ci ont matché. Mais le profil ADN n'a pas donné de nom.

Le LAPD a alors fait passer le mot au public, dans l'espoir de générer plus de prospects.
Les journalistes de LA Weekly ont qualifié le meurtrier de Grim Sleeper, faisant référence à sa période de dormance entre les différents meurtres. Les enquêteurs ont cependant estimé qu'il n'était pas inactif pendant cette période.

"Nous savons qu'il ne s'est pas arrêté", a fait savoir le detective des homicides  Dennis Kilcoyne, qui a travaillé sur l'affaire.

L'affaire est restée au point mort jusqu'en juillet 2010. Christopher Franklin a alors été arrêté pour une accusation d'armes à feu et a dû soumettre son ADN. Son matériel génétique a correspondu partiellement avec l'ADN trouvé lors des meurtres de ces femmes.

Bien qu'il soit trop jeune pour être suspect, son père, Lonnie David Franklin Jr., avait, lui, le bon âge. Né et élevé en Californie, il a été marié pendant 30 ans et a eu deux enfants. Dans les années 80, il a travaillé pour le L.A. Sanitation Department. Franklin Junior semblait être un gars ordinaire aux yeux de tous.

Les enquêteurs ont surveillé Lonnie Franklin 24 heures sur 24. Ils ont fait une pause lorsqu'il s'est rendu un jour dans une pizzeria, où un détective a pu collecté les restes de la nourriture, les ustensiles et les serviettes que Franklin a utilisés pour obtenir un échantillon de son ADN.

Le 7 juillet 2010, le laboratoire du crime de la police de Los Angeles a comparé l'ADN du suspect aux preuves trouvées sur plusieurs scènes de crime du Grim Sleeper et cela a fait correspondance. Les détectives ont alors arrêté et inculpé Lonnie Franklin, qui a nié sur le champ sa culpabilité.

Lorsque la police a fouillé le domicile de Franklin, ils ont trouvé trois armes de poing de calibre .25, dont une qui correspondait à l'arme du crime. Ils ont également trouvé des centaines de photos de femmes.

Les autorités ont fouillé dans son passé et découvert qu'il avait été condamné pour le viol en groupe d'une fille de 18 ans alors qu'il était dans l'armée. Pendant l'attaque, les soldats ont pris des photos du viol, une manière dépravée de préserver la violence avec laquelle Franklin a agi et agira par la suite. Pour crime, il a été condamné à trois ans.

Après un certain nombre de retards, le procès de Lonnie Franklin, cette fois tueur en série a commencé en février 2016. Trois mois plus tard, il a été reconnu coupable de 10 meurtres et d'une tentative de meurtre.
Le 10 août 2016, il a été condamné à mort.

Le 28 mars 2020, il est décédé de causes naturelles dans sa cellule de prison à la prison d'État de San Quentin. Il avait 67 ans.

Les enquêteurs pensent qu'il pourrait être responsable des meurtres d'au moins deux douzaines de meurtres de femmes supplémentaires.

_______________

Source : www.oxygen.com

Voir les commentaires