Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

Articles avec #cold case catégorie

Publié le par AU DETOUR D'UN LIVRE-LITTERATURE
Publié dans : #Tueurs en série, #Tueurs en série USA, #Actualités, #Cold case, #Roger Atkison, #Rose Burkert, #Paul Holes, #Années 80, #Raymundo Esparza

 

Nous sommes le 13 septembre 1980 dans la ville de Williamsburg, Iowa. Une gouvernante de chambre ouvre la porte d'une chambre de l'hôtel Amana Holiday Inn, peu après-midi. Dans la chambre 260, elle découvre une scène sordide et sanglante : un couple, Roger Atkison, 32 ans et Rose Burkert, 22 ans sont morts, assassinés. 
Les deux personnes sont couchés sur le ventre et ont reçu semble-t-il, de multiples coups à la tête à l'aide d'une hachette. Le corps de la femme est recouvert d'un drap de lit comme si le meurtrier avait eu des remords, mais pas celui de l'homme qui est exposé à la vue.

Dans la chambre, il n'y a pas de signe de lutte, mais deux chaises sont inclinées l'une sur l'autre et le contenu du portefeuille de Roger Atkison est éparpillé au sol. 

Dans la salle de bain, les enquêteurs trouvent une serviette sanglante contenant un ADN masculin non identifié et, curieusement, un dentifrice jeté dans la baignoire.

La nuit du meurtre, Roger Atkison, un installateur de téléphones, et Rose Burkert, une mère célibataire, s’enregistrent à l’hôtel près de l’autoroute inter-état N*°80 vers 19h40. Le couple a conduit environ 434 km de St. Joseph, dans le Missouri, où Atkison vivait avec son épouse, Marcella, pour ce rendez-vous secret avec Rose.

Au cours des 39 dernières années, ces meurtres n'ont pas été résolus et les théories continuent de circuler sur ce qui aurait pu conduire à ces meurtres brutaux.

Alors que les amis et la famille du couple croyaient que leur mort était peut-être le résultat d’un crime motivé par l’argent, l’enquêteur Paul Holes soupçonne Atkison et Burkert d’avoir été assassinés par un possible tueur en série.

L'enquêteur a réexaminé le double homicide aux côtés de l'enquêteur de la scène de crime Yolanda McClary. Dans le dossier, Holes s'est rendu compte qu'il y avait eu un autre meurtre du même genre survenu dans un hôtel 10 semaines avant ceux d'Atkison et de Burkert. William Kyle, un vendeur âgé de 28 ans, a été battu à mort avec également une hache de guerre dans la chambre 217 du Sheraton Motor Inn à Galesburg, dans l'Illinois où il se trouvait. L'hôtel était situé là aussi juste à côté d'une grande autoroute, l'Interstate 74. Kyle a été retrouvé affalé sur le côté du lit, une couverture recouvrant le haut de son torse. Sous une chaise dans la pièce, le contenu du portefeuille de Kyle avait été vidé et du dentifrice collé sur le tapis près de son corps, signifiant peut-être une signature.

Le lieutenant Robert Horton du département de police de Galesburg aujourd'hui à la retraite, a confié à Paul Holes qu'il avait consulté un psychiatre légiste afin de mieux comprendre pourquoi un délinquant aurait éparpillé de la sorte un dentifrice.

"Cela se voit chez certains héroïnomanes. Pour eux, c’est la seule façon de se satisfaire", a déclaré en retour le lieutenant. Si un toxicomane est atteint de dysfonctionnement érectile, la simulation de l'éjaculation est "le seul moyen de parvenir à une gratification sexuelle".

La police soupçonnait à l'époque Raymundo Esparza, un toxicomane errant et décédé en 1983, d'avoir commis le meurtre, après que plusieurs témoins l'aient vu à l'hôtel ce soir-là portant un sac rempli d'outils. L'affaire contre Esparza, toutefois était fondée sur des preuves indirectes et il n'a jamais été inculpé.

Pour en savoir plus sur la scène de crime de Kyle, l'enquêteur Paul Holes a rencontré le chef du département de police de Galesburg, David Christensen, et le Sgt. Paul Vannaken, qui a révélé une troisième série de meurtre similaire dans un hôtel à Meridian, dans le Mississippi, qui présentait des similitudes frappantes avec le meurtre de Kyle. En 1970, Jack McDonald, 23 ans, a été battu à mort au Travel Inn Motel, dans la chambre 412. Il a été retrouvé penché sur le côté du lit, face cachée, et du dentifrice était coincé dans les toilettes. Son portefeuille avait également disparu.

«Entre l’affaire Rose et Roger, l’affaire Jack McDonald et l’affaire William Kyle, je pense que nous avons affaire à un même agresseur», a déclaré l'enquêteur, ajoutant que cela pourrait être l’œuvre d’un tueur en série.

Lorsqu’il a présenté ces conclusions au shérif du comté de l’Iowa, Rob Rotter, Holes a abordé la théorie du dentifrice et la possible implication d'Esparza dans l'affaire.

Une ordonnance d’exhumation, ordonnée des restes de l'assassin présumé est en cours afin d’obtenir un échantillon d’ADN pouvant être testé avec les preuves recueillies sur les différents lieux du crime.

 

_________________________________

Source : https://www.oxygen.com/the-dna-of-murder-with-paul-holes/crime-time/is-serial-killer-responsible-for-brutal-hotel-murders

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 > >>