Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

Articles avec #alfredo galan catégorie

Publié le par I. Girard
Publié dans : #Tueurs en série, #Tueurs en série Européen, #Tueur en série espagnol, #Alfredo Galan, #Années 2000
Cliché : www.abc.es

Cliché : www.abc.es

Nombre de victimes6
Nom Alfredo Galán Sotillo
Date de naissance :   5 avril 1978
Lieu de naissancePuertollano, province de Ciudad Real (Espagne)
FamillePère pharmacien - 5 frères et soeurs
 
Taille : 1m90 
Type de Victimes Juan Francisco Ledesma (18 ans) - Juan Carlos Martin Estacio -
Mikel Jimenez Sanchez (18 ans) - Juana Dolorès Uclés (57 ans) -
George et Diona Magda 
 
Modus operandi
Tuait ses victimes par arme à feu contre la tête, la nuque ou le dos
et déposait sur elles une carte à jouer représentant une coupe en guise de signature

Type de tueur :   Mixte 
Profil :  Alfredo Galán est  un prédateur humain qui va chasser l'homme pour l'humilier et le tuer

_________________________________________

 

 

 

alfredo-galan-psycho-criminologie-com

  Les Faits :

  Alfredo Galán Sotillo, mieux connu sous le nom du "meurtrier au jeu de cartes", est un tueur en série espagnol condamné à 142 ans et trois mois de prison pour six meurtres et trois tentatives d'homicide. Il a tué ses victimes avec un canon Tokarev TT-33 calibre 7.62 apporté en Espagne depuis la Bosnie caché dans une télévision quand il était militaire. Il est célèbre pour sa façon curieuse de marquer ses meurtres à l'aide de cartes à jouer. 

 

alfredo-galan-Tokarev-TT-33-calibre-7.62-psycho-criminologie.com
Tokarev-TT-33

  Enfance :

  Né le 5 avril 1978, Alfredo Galán est orphelin de mère, fils de pharmacien, et troisième d'une fratrie de cinq enfants. 
A l'école, c'est plutôt un enfant insignifiant et introverti si l'on en croit ses professeurs. Il a étudié à l'Educación Básica General, puis à l'institut d'études secondaires où il sera le représentant de sa classe.

  Avant les meurtres :

  En septembre 1998, Alfredo Galán rejoint l'armée espagnole et devient caporal au Régiment Parachutiste d'Alcalá de Henares et participe à des missions humanitaires en Bosnie. Il retourne ensuite en Espagne quand a lieu la marée noire du bateau "Le Prestige". Il va, avec son unité, aider à nettoyer les plages recouvertes de pétrole.
  Là, il vole une voiture, se met à boire et commence à avoir des problèmes relationnels avec ses supérieurs. Ceux-ci finissent par l'envoyer se faire soigner à l'hôpital militaire Gómez Ulloa de Madrid où on lui diagnostique une névrose et une grande anxiété. Faisant fi des recommandations des médecins, il continue à boire tout en prenant ses médicaments, ce qui n'arrange pas ses troubles.  
  Renvoyé de l'armée, Alfredo Galán devient en mars 2003, agent de sécurité à l'aéroport de Madrid-Barajas.

 

jeu-des-coupes-alfredo-galan-psycho-criminologie-com
Jeu de coupes

  Les meurtres :

  Le macabre parcours du tueur aux cartes débute le 24 janvier 2003 quand Alfredo Galán abat Juan Francisco Ledesma, 50 ans, devant son fils de 2 ans. Les experts qui ont réalisé l'autopsie du corps ont convenu que la balle qui l'avait tué était entrée par la région occipitale (partie arrière de la tête) et qu'elle serait sortie près de l’œil droit. La victime devait se trouver à genoux quand Alfredo Galán lui a tiré dessus.

  Quinze jours plus tard, le 5 février, le corps de Juan Carlos Martin Estacio (18 ans), homme de ménage de l'aéroport est retrouvé. Juan Carlos attendait son bus à la gare de Barajas quand il a été abattu. Lui aussi a reçu une balle dans la tête.
Le 7 mars 2003, Santiago Eduardo Salas (27 ans) est blessé au visage alors qu'il se promène avec une amie. Il parvient à survivre à son agression. La jeune femme racontera plus tard qu'un grand homme s'est approché d'eux alors qu'ils longeaient ensemble la rue. Alfredo Galán a sorti une arme et a tiré dans la joue de Santiago qui s'est effondré au sol, saignant abondamment. Le tueur s'est ensuite rapproché de Santiago dans l'intention de l'achever, mais le Tokarev se bloqua. L'amie de Santiago s'agenouilla et se protégea le visage du bras. Galán s'échappa après avoir jeté près de sa victime une carte représentant une coupe.
  Au départ, Alfredo Galán n'avait pas dans l'idée de laisser une carte de jeu sur les lieux de ses meurtres. Cette signature lui a été inspirée par les médias qui ont fait savoir qu'une carte avait été retrouvée non loin du corps de la première victime. Il en conserva alors l'idée pour la suite de ses assassinats.

  Le fils du propriétaire du bar Rojas, Mikel Jimenéz Sánchez, meurt quelques temps plus tard lui aussi d'un coup de feu tiré dans la zone temporale gauche avant que la balle ne s'enfonce dans son épaule.
  Puis c'est le tour de Juan Dolores Uclés abattu d'une balle qui lui a traversé la zone supérieure de l’œil droit.
Le 18 mars, Alfredo Galán ressent une «folle envie de tuer», et vide son chargeur en pleine rue sur un couple de Roumains, George et Diona Magda.  Diona Magda, tente de s'échapper en se protégeant avec son bras gauche. Galán la rattrape et lui tire trois fois dessus. Deux des projectiles tirés à 4 cm de distance atteignent sa tête. Elle meurt à l'hôpital deux jours plus tard. 

 

alfredo-galan-arrestation-psycho-criminologie-com
alfredo galan

 

  Le 3 juillet 2003, Alfredo Galán, 26 ans, entre dans le commissariat de Puerto Llano (au sud de la Castille) et avoue qu'il est le "tueur au jeu de cartes", celui que toutes les polices d'Espagne recherchent. 
  Pour prouver qu'il s'agit bien de lui, Galán révèle aux policiers que les cartes sont marquées d'un point bleu au dos, une information non révélée à la presse.
Il avoue également sans sourciller "J'aurais pu continuer à tuer pendant vingt ans. J'ai commis mes crimes par hasard et sans raison, seulement pour me prouver qu'il était facile d'assassiner des gens."

  On apprendra par la suite qu'il voulait que ses victimes s'agenouillent devant lui parce que l'éducation voulait que l'on dise bonjour. Pour lui, c'était sa manière de signifier à ses victimes qu'elle lui devait le respect. Il avouera également qu'il commettait ses forfaits à bord d'une Renault Mégane et portait des lunettes de soleil afin de ne pas être reconnu. Ses victimes étaient choisies au hasard. Seule condition : qu'il n'y ait pas de témoins. 
  Quand les policiers demandèrent à Alfredo Galán pourquoi il s'était rendu, il leur répliqua qu'il en avait assez de l'inefficacité de ses poursuivants, incapables de lui mettre la main dessus.
150 enquêteurs étaient chargés de retrouver le "Tueur aux cartes".

 

 
 

alfredo-galan-portrait-psycho-criminologie-com

  Le procès :

  Le procès d'Alfredo Galán se révéla plein d'irrégularités notamment en raison des changements de déclaration de l'accusé. Le 10 septembre, Galán a changé de version des faits devant le juge d'instruction du 10ème Tribunal de Grande Instance de Madrid. Il se déclara innocent des meurtres et fit savoir qu'il avait dû s'accuser parce qu'un homme, un néo-nazi,  l'avait menacé de tuer ses sœurs s'il ne le faisait pas.
  Tout au plus reconnut-il avoir introduit l'arme illégalement en Espagne.
  Le Tokarev TT-33 calibre 7.62 fut retrouvé dans la maison des parents de Galán. Les relevés balistiques ont confirmé qu'il s'agissait bien là de l'arme des crimes.
Sa déclaration n'a pas été retenue par le juge.

  L'ex-militaire fut condamné à 142 ans et 3 mois de prison pour six homicides et trois tentatives de meurtre. La hauteur de la peine s'explique par le mépris évident affiché par l'accusé tout au long du procès.

  Après le procès :

  Alfredo Galán a été condamné à indemniser les familles des victimes à hauteur de 609 182 euros pour préjudice moral et blessures. 

©Toute reproduction du texte interdite

 

 

 

 

Documentaire :


- Alfredo Galan, serial killer documentary (en anglais)

 

___________________________________________

Tags : Alfredo Galán, Alfredo Galán tueur aux cartes, Alfredo Galán le tueur aux cartes, Alfredo Galán le tueur du jeu de cartes, Alfredo Galán jeu de cartes, Alfredo Galán tueur en série, Alfredo Galán tueur en serie, Alfredo Galán tueur en série espagnol, Alfredo Galan tueur en serie espagnol, alfredo galan, alfredo galan tueur aux cartes, biographie alfredo galan, biografia alfredo galan, alfredo galán el asesino de la baraja, asesino de la baraja, meurtres alfredo galan, alfredo galan bosnie, alfredo galan criminologie, alfredo galan psycho criminologie, alfredo galan portrait, le tueur en série abat ses cartes

 

Voir les commentaires