Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

Publié le par Criminologie
Publié dans : #Actualites, #Maltraitance
Photo : Getty Images / Frederick M. Brown

 

Depuis plus de deux décennies, le chanteur de R & B,  Robert Kelly, connu sous le nom de R. Kelly, est accusé d’inconduite et de sévices sexuels.

Cette semaine, un documentaire en six parties sur Lifetime examine en détail les accusations portées contre M. Kelly.

La série «Surviving R. Kelly» comprend plusieurs témoignages de femmes accusant le chanteur de les avoir maltraitées, ainsi que des commentaires de la fondatrice du mouvement #MeToo, Tarana Burke, et le chanteur John Legend.

 Les deux premiers épisodes, qui ont été diffusés jeudi soir, ont examiné la longue histoire d'allégations contre M. Kelly. Dans ces épisodes, certaines femmes ont décrit avoir été contrôlées ou maltraitées par lui, souvent à l'adolescence.

R. Kelly a toujours nié les accusations portées contre lui.

Le documentaire fait l’objet d’une attention soutenue et d’un débat animé sur les médias sociaux. Nombre d’entre eux ont exprimé leur gratitude envers les femmes qui continuent de raconter leur histoire.
 «Je souhaite qu'il connaisse une sorte de mort sociale et que les personnes qui le déclarent encore innocent - ou comme étant leur artiste préféré, ou digne de séparer son travail de ce qu'il est - soient conscients de ces actes,» a déclaré Dream Hampton. , producteur exécutif du documentaire.

 Les six parties de la série ont été programmées sur trois jours de diffusion, du jeudi au samedi. Les troisième et quatrième épisodes portent sur le procès de 2008 de R. Kelly en matière de pornographie enfantine. Les cinquième et sixième épisodes examinent des allégations plus récentes et suivent les parents qui tentaient de libérer leurs filles de l’influence de R. Kelly, a déclaré Mme Hampton.

Alors que certains fans de R. Kelly le défendent toujours, de nombreux critiques affirment qu'il a échappé aux conséquences de ses actes depuis bien trop longtemps.

"Personne ne s'en souciait parce que nous étions des filles noires", a déclaré l'écrivain Mikki Kendall dans le documentaire.

 Mme Hampton a convenu que la race faisait partie intégrante de cette histoire. Elle a ajouté que les garçons et les filles noirs aux États-Unis sont souvent perçus comme étant plus âgés qu’ils ne le sont.

"Nous savons que les garçons noirs sont perçus comme étant plus âgés par la police, et c'est pareil pour les filles noires", a déclaré Mme Hampton dans une interview vendredi. «Nous les percevons sexuellement plus précoce et plus âgés. Et c’est enraciné - il n’y a pas d’autre moyen de le dire, et ce n’est pas une hyperbole que de le dire."

 R. Kelly figurait toujours au titre d'artiste sur le site Web de la maison de production RCA vendredi soir. Le label n'a pas répondu à une demande de réponse vendredi et un représentant de Sony Music, qui supervise RCA Records, a refusé de commenter les allégations. La direction de R. Kelly a également refusé de commenter.

Son équipe avait précédemment déclaré qu'elle "résisterait vigoureusement à cette tentative de lynchage public d'un Noir qui a apporté une contribution extraordinaire à notre culture".

En 1994, quand Mr. Kelly avait 27 ans, il a épousé Aaliyah Haughton, âgée de 15 ans, mais inscrite comme adulte sur un certificat de mariage, selon le magazine Vibe. Le mariage a été annulé en 1995. Mme Haughton, qui était elle-même une chanteuse populaire, est décédée dans un accident d'avion en 2001.

undefined
R. Kelly, Aretha Franklin, Dan Ayckroyd aux Grammy Awards- Photo : FRED PROUSER / REUTERS

R. Kelly a été accusé d'avoir eu des relations sexuelles avec une adolescente lors d'une action en justice en 1996 et à nouveau en 2001. Les deux actions en justice ont été réglées, mais le critique musical Jim DeRogatis, qui en a rendu compte, a continué d'enquêter sur les accusations portées contre R. Kelly.

  En 2002, une vidéo qui semblait montrer que R. Kelly avait des relations sexuelles avec une adolescente et urinait dans sa bouche avait été envoyée à M. DeRogatis au Chicago Sun-Times, qui rapportait que le film faisait l'objet d'une enquête par la police de Chicago.

D'anciennes choristes du chanteur racontent avoir été témoins de relations sexuelles entre R. Kelly et trois jeunes filles de moins de 16 ans, notamment avec la chanteuse Aaliyah (décédée en 2001), âgée de 15 ans à l'époque.

Plus tard cette année-là, R. Kelly a été mis en accusation par un grand jury à Chicago pour pornographie mettant en scène des enfants. Il a plaidé non coupable et, pendant plus de cinq ans, sa cause n'a pas été jugée. Au cours de cette période, il a publié des albums, notamment «Chocolate Factory», qui contenait la chanson «Ignition (Remix)».

Dans le procès de 2008, les arguments étaient centrés sur le point de savoir si l’homme montré dans la vidéo était bien R. Kelly et si l’identité de la jeune fille ou son âge pouvaient être vérifiés. Le jury a décidé que la jeune fille, qui n'avait pas témoigné, ne pouvait pas être identifiée et R. Kelly a été déclaré non coupable.

Deux autres plaintes suivent l'année suivante. Patrice Jones, une habitante de Chicago, affirme qu'elle est tombée enceinte à la suite de relations sexuelles avec R. Kelly, alors qu'elle était mineure. Un associé du chanteur l'aurait accompagné pour se faire avorter, rapporte la radio WBEZ. Une autre jeune femme, Montina Woods, l'accuse quant à elle d'avoir filmé leurs rapports sexuels sans son consentement. Aucune de ces accusations ne prendra le chemin de la justice. Dans chaque cas, l'affaire est classée sans suite, relate la BBC. L'artiste a payé une somme maintenue secrète à ces victimes présumées, s'assurant, en échange, de leur silence.

Lizzette Martinez l'a rencontré à 17 ans alors que le chanteur approchait de la trentaine. Elle assure avoir été victime de harcèlement mental et d'agressions physiques au cours de leur relation, qui a duré plusieurs années.
« En abusant de moi de cette façon, il m'a volé ma vie", dit-elle dans le documentaire. "Je ne pense pas qu'il comprenne à quel point nous, jeunes filles, sommes impressionnables et à quel point ces épisodes sont traumatiques pour nous. Ils vous changent à jamais. »

R. Kelly au tribunal en 2002 - Photo : CHRIS O'MEARA / AP / SIPA

 En 2017, un article de M. DeRogatis dans BuzzFeed News faisait état d'allégations selon lesquelles le chanteur contrôlait plusieurs jeunes femmes en leur enlevant leur téléphone et en limitant les contacts avec leur famille. La même année, une campagne de manifestations,  sur les médias sociaux sous le hashtag #MuteRKelly, a commencé à prendre de l'ampleur. En 2018, Spotify a annoncé qu'elle supprimerait R. Kelly de ses listes de lecture officielles, même si sa musique resterait sur la plate-forme de diffusion en continu.

Les faits décrits par ce femmes sont passibles de poursuites pénales dans plusieurs États américains, notamment en Illinois, où habitait R. Kelly, qui est originaire de Chicago.

 

A lire aussi :

- R. Kelly : le juge autorise le mandat d'arrêt sans mise en liberté sous caution (23/02/2019)

 _____________________________

Bande-annonce du documentaire "Surviving R. Kelly"

Source :
- Joe Coscarelli , Jacey Fortin, The New York Times,‘Surviving R. Kelly’ Documentary Reviews Decades of Sex Abuse Accusations - https://www.nytimes.com/2019/01/04/arts/music/surviving-r-kelly.html
- AFP

Tags : Le chanteur R. Kelly accusé de sévices sexuels dans un documentaireR. Kelly accusé de sévices sexuels dans un documentaireR. Kelly pedophilie, r kelly documentaire, r kelly john legend, r kelly documentary, r kelly reportage, r kelly et aaliyah, r kelly procès, R. Kelly accusé de sévices sexuels, R. Kelly pornographie enfantine, Jim DeRogatisSurviving R. Kelly, R Kelley accusations, actualités

Voir les commentaires