Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

Publié le par Criminologie
Publié dans : #Violences conjugales, #2019, #Droit, #Créteil

 

Quatre semaines après le Grenelle contre les violences conjugales lancé par le Premier ministre, la garde des Sceaux et Marlène Schiappa, la secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, la juridiction de Créteil a été choisi comme site pilote pour tester un protocole d'urgence visant à accélérer le traitement de ces dossiers judiciaires.

L’un des grands axes de cette action sera de faciliter le recours à l’ordonnance de protection. Le dispositif existe depuis 2010 et permet au juge des affaires familiales de protéger en urgence la victime « vraisemblable » avant même la condamnation de l’auteur présumé.
En 2018, 3 417 demandes ont été enregistrées. 

À Créteil, on compte environ 180 demandes d’ordonnances de protection par an dont 110 ont été accordé. 

Les demandes d’ordonnance de protection sont traitées en « trois semaines, contre 31,5 jours en moyenne, selon les chiffres de la Chancellerie, et l’aide juridictionnelle en moins de quarante-huit heures », détaille le président du tribunal de grande instance. Après sa présentation, lundi, cette prise en charge accélérée de la victime devra être modélisée afin d’être applicable dans les futures « chambres d’urgence » des 172 tribunaux de l’Hexagone.

En France, environ 219 000 femmes de 18 à 75 ans sont victimes de violences conjugales chaque année, soit 1 % de la population.
Seulement 19 % d’entre elles portent plainte. 

 

_____________________________________

Voir les commentaires