Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

Max Aubin et Mylène Laliberté
Photo : Facebook

 

Pour avoir tué son ex petite-amie
de 62 coups de couteau,
Max Aubin écope de 13 ans de prison.


 

Max Aubin a tué Mylène LaLiberté de 62 coups de couteau, il y a trois ans. Un meurtre d'une violence inouïe et malgré le risque prévisible de récidive, l'absence de remords, l'assassin n'a écopé que de 13 ans de prison.
13 ans de détention avant de pouvoir demander la liberté conditionnelle.  

« Si le Max Aubin d’aujourd’hui est le Max Aubin dans 9-10 ans, il serait surprenant qu’il puisse obtenir sa libération conditionnelle. […] Je vous souhaite du fond du cœur que [cela] vous permettra de vivre votre deuil », a tenu à dire la juge Hélène Di Salvo à la famille de la victime, jeudi matin au palais de justice de Joliette. Des paroles rassurantes ? Pas sûr.
Max Aubin a actuellement pour petite-amie une femme qui présente elle aussi un profil vulnérable.

Les mains liées semble-t-il par un arrêt de la Cour suprême, la juge a suivi la suggestion des avocats, parce qu’elle n’était pas contraire à l’intérêt public et à l’administration de la justice. Ce qui n'a pas empêché la juge d’insister sur la gravité de ce crime crapuleux commis dans un contexte de violence conjugale.

Retour sur l'affaire :
Nous sommes le 13 janvier 2017. Max Aubin est énervé, car sa petite amie d'alors, Mylène LaLiberté, 24 ans vient une nouvelle fois de rompre avec lui. La jeune femme lui fait savoir qu'elle en a assez du comportement jaloux et de la consommation de drogue de ce dernier. Le jour du meurtre, Max Aubin consomme de la cocaïne et se rend chez Mylène, à Saint-Lin-Laurentides. La jeune femme refuse de le laisser entrer, il défonce alors la porte et la poignarde avec un couteau qu'il a dans sa poche avant d'en utiliser un second pour finir de perpétrer son meurtre.

« Des gestes gratuits et violents commis par [un homme] qui ne pouvait accepter la rupture. Mylène Laliberté a malheureusement fait confiance à cet homme qui s’est introduit chez elle pour la poignarder sauvagement de 62 coups de couteau. Il s’agit d’un autre triste cas de violence conjugale. Trop de femmes sont abusées par des hommes », a fait remarquer la juge Di Salvo.

Après trois ans derrière les barreaux, Max Aubin représente toujours un risque élevé de récidive, tranche un rapport d'expertise. « J’en ai eu plein de compagnes avant Mylène, je ne les ai pas toutes tuées », s’est-il cependant défendu. Des propos empreints de « manipulation » qui font conclure à la juge que Max Aubin est « avant tout motivé à retrouver sa liberté ».

« À la lecture du rapport, il est difficile de considérer que l’accusé éprouve de réels regrets, il semble plutôt concerné par la durée de la période d’inéligibilité qui lui sera imposée », soutient la juge.

Durant sa détention, Max Aubin a utilisé un téléphone cellulaire de contrebande pour parler avec sa nouvelle copine, une jeune femme atteinte de déficience intellectuelle. Dans un enregistrement, on peut l'entendre tenir des propos « agressifs » envers sa nouvelle petite-amie depuis la prison. 

Cette relation a particulièrement troublé la juge Di Salvo, puisque les problèmes de jalousie du meurtrier demeurent pour elle « fort inquiétants ». « Malgré ses inquiétudes, le Tribunal ne peut malheureusement pas protéger cette dernière. L’entourage de cette dernière et les autorités carcérales devront encadrer efficacement cette relation », a lancé la juge.

Max Aubin purge une peine de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 13 ans. Une fois cette période terminée, la Commission des libérations conditionnelles du Canada devra déterminer s’il représente oui ou non toujours un risque pour la société.

 

 

________________________________

Voir les commentaires