Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

Jorge Torres  - Amanda Snell - serial killer - tueur en série

 

Après que le corps d'Amanda Snell
ait été retrouvé dans son placard dans une base militaire,
les autorités ont finalement appris
qu'ils avaient un tueur en série en liberté.

 

Quand Amanda Snell, 20 ans, une 2e classe de la marine, ne s'est pas présentée pour son quart de travail au Pentagone le 12 juillet 2009, son superviseur a été immédiatement inquiet.

«Elle était très dévouée à sa carrière, il était donc extrêmement inhabituel pour elle de ne pas se présenter au travail», a déclaré Jonathan Fahey, avocat adjoint des États-Unis lors de l'émission «One Deadly Mistake».

Lors d'un contrôle effectué à la Base Myer-Henderson Hall à Arlington, en Virginie, où vivait Snell, personne n'a répondu. A l'intérieur de son appartement, la police militaire a retrouvé son sac à main et sa carte d'identité. Ensuite, ils ont remarqué une horrible odeur provenant du placard. À l'intérieur, ils ont retrouvé la jeune femme, morte.

"Elle était recroquevillée et avait une taie d'oreiller sur la tête", a déclaré Fahey aux producteurs de l'émission.

Dans la pièce, les militaires ont découvert que son ordinateur portable, son téléphone, son iPod et un drap de lit manquaient. Ils ont également noté la présence d'empreintes de pieds dans la pièce, indiquant qu'une deuxième personne s'y trouvait. Étant donné que la base était sécurisée, cela a conduit les autorités à croire que s'il y avait un agresseur, il vivait ou travaillait probablement sur le site.

La famille d'Amanda Snell était dévastée. Sa mère a fait savoir lors sa participation à l'émission "One Deadly Mistake" que sa fille était une personne heureuse, orientée vers le service, qui était extrêmement excitée par l'idée de prendre son poste en Corée. Les enquêteurs ont interrogé son entourage et n'ont trouvé personne qui lui voulait du mal. Sa mort n'avait tout simplement pas de sens.

Une autopsie a révélé plus tard qu'Amanda Snell était probablement morte d'une forme d'asphyxie, comme l'étranglement ou l'étouffement. Cependant, en raison de l'absence de traumatisme corporel et de décomposition (ils ont estimé qu'elle avait été tuée peu de temps après avoir été vue vivante pour la dernière fois deux jours plus tôt), la cause officielle du décès a été qualifiée d'indéterminée.

L'autopsie a cependant révélée un indice :  des écorchures sur son genou.

"C'était très important parce que les blessures suggéraient qu'elle avait été déplacée après sa mort et peut-être traînée sur le sol", a expliqué Patty Esposito, l'agent spécial du NCIS.

Sur les lieux, les enquêteurs ont retrouvé du sperme sur le lit, ils ont donc pu créer un profil ADN de l'auteur éventuel. Ils ont également identifié les empreintes des chaussures comme étant des Nike Air Force 1, mais le style de chaussure était très populaire sur la base à l'époque.

L'affaire a stagné pendant plus d'un an - jusqu'à ce que d'autres femmes soient attaquées à Arlington.

En février 2010, à cinq kilomètres de la base commune Myer-Henderson Hall, deux jeunes femmes rentraient chez elles après une soirée quand un homme les a approchées en affirmant qu'il avait une arme à feu. Il les a attaqués et a forcé l'une des femmes à monter dans son SUV, l'a conduite dans un endroit isolé et l'a battue et agressée sexuellement sur la banquette arrière de la voiture. Il a ensuite noué un foulard autour de sa gorge jusqu'à ce qu'elle perde connaissance, puis a traîné son corps dans les bois et l'a laissé pour morte.

Heureusement pour elle, la femme a réussi à survivre et a été retrouvée le lendemain. Elle a décrit son agresseur comme étant un jeune Latino petit et rasé de près conduisant un SUV argenté. Une alerte pour le véhicule a été envoyée, et un policier a noté qu'il correspondait à la description d'un conducteur à l'air suspect qu'il avait vu plus tôt en train de regarder des gens quitter la station de métro.

L'agent avait fait une recherche sur les plaques du conducteur et avait vu qu'il n'avait pas de dossier, donc il ne s'est pas intéressé plus que cela à lui. Il identifia cependant le chauffeur comme étant Jorge Torres. Torres vivait à la Base Myer-Henderson Hall, à quelques encablures d'Amanda Snell.

Les autorités ont retrouvé Torres et les preuves dans sa voiture étaient accablantes. La carte d'identité de la victime de viol et sa boucle d'oreille se trouvaient sur la banquette arrière, le liant effectivement à ce crime. Ils ont ensuite fouillé sa chambre, espérant trouver quelque chose qui le rattacherait au meurtre de Snell. Ils ont trouvé une arme de poing et un ordinateur, sur lesquels se trouvaient du porno mettant en scène des femmes agressées sexuellement. Ils y ont également retrouvé des Nike Air Force 1 qui correspondaient aux impressions de chaussures trouvées dans l'appartement d'Amanda Snell.

L'ADN de Torres a fini par correspondre à l'ADN retrouvé sur le corps de la victime de viol. Il a été accusé d'enlèvement, de viol et de tentative de meurtre dans cette affaire. Son sperme correspondait également au sperme qui figurait sur le drap de Snell.

Alors qu'il était en prison en attente de jugement, les autorités ont reçu une information depuis la prison leur disant que Torres se vantait d'avoir tué Snell. L'informateur a accepté de porter un micro et a capturé la confession troublante de l'homme.

"Elle s'est réveillée, m'a vu. Elle ne pouvait pas en croire ses propres yeux", a-t-il dit, selon l'audio obtenu par l'émission "One Deadly Mistake." "Je lui ai sauté dessus et je lui ai couvert la bouche avant qu'elle ne puisse commencer à crier."

Torres a ajouté qu'il ne pouvait pas «la laisser partir au cas où elle me reconnaîtrait», alors il l'a attachée avec le cordon de son ordinateur portable. "Je l'ai étouffée deux minutes de cette façon," dit-il.

La confession a refroidi les enquêteurs. Mais dans une tournure encore plus choquante, après avoir fait passer l'ADN de Torres dans une base de données, ils l'ont comparé à un autre crime horrible, le meurtre de deux petites filles qui a eu lieu en 2005 dans l'Illinois, celui de : Laura Hobbs, 8 ans, et de Krystal Tobias, 9 ans. Les deux ont été poignardé à mort et agressé sexuellement. Le père de Laura Hobbs avait été accusé du crime et avait passé cinq ans en prison jusqu'à ce que son nom soit effacé et que Torres soit identifié comme étant le tueur.

«Je pense que nous avons arrêté un tueur en série. Je crois que Torres est un prédateur et qu'il y aurait eu plus d'attaques », a déclaré Jim Stone, un détective de la police d'Arlington Co.

Torres a finalement été reconnu coupable du meurtre d'Amanda Snell et également reconnu coupable des assauts d'Arlington et des meurtres dans l'Illinois. Il a été condamné à mort.

«Ce qu'il est important de savoir sur Torres, c'est qu'il a pris une grande joie dans ces crimes. Ces crimes étaient des crimes absolument horribles, des meurtres de sang-froid commis de la manière la plus cruelle et la plus calculée et il n'avait aucun remords », a conclu Fahey.

 

 

______________________

Voir les commentaires