Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

 

La jeune Lola, 12 ans, a été retrouvée morte dans une valise le 14 octobre dans le XIXe arrondissement de Paris.
Le profil de la principale suspecte et sa version des faits commencent à se dessiner.

 

Lola, la jeune victime
Lola, la jeune victime âgée seulement de 12 ans.

 

La nouvelle a plongé la France entière dans l'effroi. Vendredi 14 octobre, le corps mutilé de Lola, 12 ans, a été découvert dans une valise abandonnée dans la cour de sa résidence du XIXe arrondissement de Paris. Grâce aux caméras de surveillance de l'immeuble, une suspecte sérieuse a pu être rapidement identifiée : Dahbia B., jeune femme de 24 ans d'origine algérienne, a été aperçue en train d'aborder Lola vers 15h15, dans le hall de l'immeuble. Un peu plus d'une heure plus tard, elle en est ressortie seule, portant le lourd bagage dans lequel l'adolescente sera retrouvée dans la soirée...

Interpellée samedi matin à Bois-Colombes (Hauts-de-Seine), Dahbia B. a reconnu le meurtre presque immédiatement, livrant un sinistre récit des évènements survenus vendredi après-midi. La principale suspecte a confirmé avoir croisé Lola dans le hall et l'avoir entraînée jusqu'à l'appartement de sa sœur. Elle aurait alors forcé l'adolescente à prendre une douche, avant de lui faire subir des attouchements sexuels et un acte buccale sur ses parties intimes. Par la suite, elle l'aurait attaquée violemment, lui faisant subir de terribles sévices avant de la tuer. La collégienne aurait notamment été étranglée avant de recevoir des coups à l'arme blanche, au dos, au visage et au cou, portés post-mortem. Une cellule psychologique a été mise en place dans le commissariat des policiers qui sont intervenus sur le meurtre, tant ces derniers ont été choqués.

 

La suspecte

 

 

"Propos décousus" et "discussions obsessionnelles"

 

Mise en examen pour "meurtre d'un mineur de 15 ans accompagné de tortures ou actes de barbarie" et "viol sur mineur", la principale suspecte est depuis revenue sur ces déclarations et nie toute implication dans le meurtre de Lola. Des expertises psychiatriques vont être menées pour déterminer son niveau de responsabilité pénale. Selon sa sœur, Dahbia B. se serait marginalisée il y a quelques années et tenait, depuis "des propos décousus et incohérents".
Originaires d'Algérie, Dahbia B. et sa sœur sont arrivées en France il y a moins de dix ans. Dahbia B. se trouvait en situation irrégulière et logeait chez sa sœur régulièrement.

Pour l'heure et dans l'attente des expertises psychiatriques, la principale suspecte est considérée comme étant en pleine possession de ses moyens. Les enquêteurs privilégient la piste d'un meurtre gratuit et insensé sur fond de marginalité. La suspecte aurait elle, déclarée s'être vengée de la mère de Lola qui lui aurait refusé un pass pour l'immeuble.

Prison de Fresnes

Dhabia B. a passé sa première nuit en prison.La principale suspecte a été placée en détention provisoire à la prison de Fresnes. "Elle est arrivée en pleine nuit", a expliqué un membre du pénitencier dans les colonnes du Parisien. A peine arrivée, Dhabia B. a été "laissée dans une pièce quelques heures et au petit matin", elle a été "installée dans une cellule où elle restera seule". Elle doit également passer un examen avec un psychiatre qui "va rendre une expertise" et décider si elle peut-être incarcéré ou si elle doit recevoir des soins.

"Tout va être organisé pour qu'elle ne croise personne.", fait savoir le personnel pénitencier. En raison de la médiatisation de la mort de la petite Lola, le personnel est aussi passé au crible. "Beaucoup de collègues sont aussi des mères de famille choquées par ce qu'il s'est passé. C'est la raison pour laquelle on choisit du personnel trié sur le volet.

 

Nos pensées vont à la famille de Lola.

_________________________

 

 

Sources : Le parisien, BFM Police, l'indépendant

Voir les commentaires