Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

Infanticide-dépression post-partum : le cas Andrea Yates


Nombre de victimes : 5
Nom :  Kennedy épouse Yates
Date de naissance :  7 février 1964
Parents :  Andrew et Keren Kennedy
Famille :  Mariée, 5 enfants
Première arrestation : Aucune
Victimes :  ses enfants
Modus operandi :  noyade
Type de tueur :  Infanticide
Profil :   Psychotique
Symptômes : Dépression, Schizophrénie, Cacédomanie

---------------------------------------------------

 

Pathologie

La dépression post-partum touche environ 10 à 15% des femmes et plus rarement les hommes. Elle se produit dans les 12 premières semaines qui suivent l'accouchement et est plus marquée chez les femmes âgées entre 18-44 ans.
Andrea Yates est une mère qui a tué ses enfants à la suite de ce genre de dépression souffrant de sa forme la plus aigüe. Cette forme concerne plutôt de jeunes femmes comme Andrea au moment des faits. Il s'agit de bouffée confuso-thymo-délirante (humeur confuse et délirante) avec un possible état oniroïde (état de rêve hallucinatoire sans confusion se greffant à la pensée réelle).
A cette forme peut s'associer des symptômes comme la tristesse, des idées suicidaires, de l'agitation, de l'anxiété, voire de l'agitation maniaque, le tout avec un délire qui sera centré sur le nouveau-né. La mère peut nier sa grossesse ou son enfant, se sentir coupable et avoir des idées de persécution. A la finalité, comme pour Andrea Yates, cela peut amener la mère à l'infanticide.

------------------------------------------------------

Andrea Yates en 2001, a noyé ses cinq enfants dans sa maison de Houston au Texas pour qu'ils n'aillent pas en enfer. Son cas a amené les psychiatres, les psychologues et les chercheurs à se pencher sur ce phénomène tant l'affaire a eu un effet retentissant sur la société américaine et dans le monde.

 

Les faits

20 juin 2001, Houston - Texas, 9h48 du matin.
Le 911.
L'opératrice prend la ligne qui sonne. Au bout du fil, la voix d'une femme. Celle-ci demande qu'on lui envoie un officier de police. Elle vient de tuer ses enfants.
Pourtant rien ou presque ne pouvait laisser présager ce drame.
Rien... ou presque...

Cinq enfants, une mère aimante, une belle maison dans une banlieue moyenne de Houston, une caravane dans le jardin, un père qui travaille à la NASA.
La famille idéale en somme.
Ce mardi matin, les enfants viennent de finir de prendre leur petit-déjeuner. Andrea leur fait couler un bain.
A 9h48, elle appelle le 911.
A 9h56, elle appelle son mari et lui demande de rentrer. Celui-ci s'exécute, inquiet par le ton pris par sa femme. 
Les officiers de police dépêchés sur place trouvent Andrea, assise sur le canapé. Elle ne lève pas les yeux sur eux. Au bord du lit, le premier policier voit une petite fille dont les yeux le fixent. C'est un bébé qu'il prend au départ pour une poupée. Il s'avance jusqu'à elle, la touche au front et enlève la couverture qui recouvre son corps avant de comprendre que l'enfant  n'est pas seule. A ses côtés, il y a d'autres corps au nombre de trois. L'un d'entre eux tient d'ailleurs la petite fille dans ses bras. Le policier reprend ses esprits et s'en va dans le couloir. Il entre dans la salle de bain dans laquelle se trouve une baignoire pleine d'eau et voit un garçon, l'ainé, dont le corps flotte, la tête vers le bas.
Il comprend immédiatement ce qu'il s'est passé. La mère a noyé un à un ses enfants avant de les porter sur son lit.
Au même moment, Rusty Yates arrive. La police lui interdit l'accès de la demeure, mais le mette au courant du drame. Celui-ci, sous le choc, s'assoit dans l'herbe, abasourdie par la nouvelle. Sa femme, de son côté reste le visage impassible, sans émotion.
Très vite, la zone grouille de journalistes et de secouristes. Les badauds, les voisins sortent de chez eux et regardent ce qui se passe. Andrea est arrêtée et conduite au poste...

Andrea Yates lors de son arrestation devant chez elle

Famille


Andrea est née le 7 février 1964. Elle est la cinquième enfant ( trois fils et deux filles) d'Andrew et de Keren Kennedy. Sa mère, originaire d'Allemagne, a longtemps travaillé pour des magasins de vente au détail. Son père était ingénieur chez Ford avant d'être professeur d'école. Un de ses frères, Brian a été diagnostiqué bipolaire, son frère Andy, dépressif depuis les années 90 prenait du Zoloft et du Prosac. Sa soeur Michelle avait elle aussi été diagnostiquée dépressive. Aucun d'eux ne fut hospitalisé. Certains membres de la famille ont soupçonné chez son père la maladie d'Alzheimer, mais d'après son neurologue, celui-ci souffrait d'attaques démentes ischémiques (diminution de l'apport sanguin) transitoires.

Education scolaire

Andrea a étudié à la Milby high school. Elle était, selon ses professeurs, une très bonne élève, perfectionniste, présidente de la National Honor Society, capitaine de l'équipe de natation. On la retrouve ensuite à l'université de Houston où elle va étudier de 1982 à 1984 puis à l'université du Texas Health Science Center d'où elle ressort diplômée infirmière haut la main peu avant son 22ème anniversaire.
Durant ses études, elle a travaillé au Jack-in-the-box, puis à l'épicerie Savemart avant d'intégrer l'hôpital Episcopal Saint-Luc (en tant qu'étudiante). Après son diplôme, elle fut embauchée comme infirmière à l'hôpital Anderson où elle commença à travailler le 23 juin 1986 et ce, jusqu'au 20 mai 1994, démissionnant pour rester à la maison afin d’élever ses enfants.
Ses supérieurs reconnaitront son travail et feront de nombreuses éloges sur ses connaissances, ses relations avec les patients, la qualité de son travail, son attitude positive, sa fiabilité, et son efficacité.

Andrea Yates, jeune

 

Mariage 

Andrea a commencé à sortir avec des garçons vers l'âge de 23 ans. Elle avait des doubles rendez-vous lorsqu'elle vivait encore chez ses parents. En dehors de cela, il semble qu'elle ait eu très peu de vie sociale ou de contact avec des hommes, du moins jusqu'à  24 ans, date à laquelle elle prit son propre appartement, en 1988.
Elle rencontre en 1989, Russel Yates dit Rusty, avec qui elle se marie en 1993. Elle tombe enceinte deux mois plus tard. Le couple s'installe dans une maison de trois chambres à Heritage Park jusqu'au début 1996 avant de prendre un mobil-home. 
Dans ce mobil-home, ils vivent presque trois ans avant d'acheter le bus de Mike et Rachel Warneki (ou Woroniecki) converti en habitation dans lequel ils vont vivre pendant deux ans, avec leurs enfants Noah, John, Paul et Luke. C'est là qu'Andrea fera également l'école aux garçons.
Cette idée viendra d'ailleurs du prédicateur Warneki. 
Andrea avouera qu'elle pensait qu'il était de son devoir de servir son mari et ses enfants et semblait se montrer dans son couple très passive.
En ce qui concerne sa vie sociale, Andrea a très peu de contact avec les autres voisins en dehors de Debbie et Bob Holmes.
Rusty Yates dira dans une interview que selon lui, sa femme concentrait toute son énergie sur ses enfants jusqu'à parfois se perdre elle-même. Pour lui permettre de souffler un peu, il prenait en charge les enfants une fois par semaine, jour où passait la série "Law and Order" dont elle ne manquait pas un épisode.
Madame Holmes dira d'Andrea qu'elle était une mère très aimante, de bonne humeur, attentionnée, mais qu'elle manquait de sécurité. Elle a observé un changement progressif de l'attitude d'Andrea à partir de son mariage. "Nous avons toujours pensé qu'elle était - je déteste utiliser le mot - contrôlée par son mari".  Elle rajoute "Andrea faisait tout ce qu'il voulait et elle avait une énorme pression sur les épaules car il lui fallait être une super-maman". "Il était très critique envers elle et ne lui faisait jamais un compliment". Elle raconte une séance de maquillage qu'a faite Andrea un jour au centre commercial "En la voyant, Rusty lui a dit : qu'est-ce que c'est que cette perruque ?"  Il a critiqué son maquillage et ne voulait pas qu'elle porte de jupe."
Gagnant près de 80 000$ par an, Rusty limitait strictement les dépenses. Il achetait des meubles bon marché, des articles en solde, obligeait sa femme à couper elle-même les cheveux des garçons.
De l'avis de Debbie Holmes, Rusty essayait de garder sa famille isolée. Il ne voulait pas que ses enfants aient de contact avec d'autres enfants. Rusty avançait comme explication qu'il ne voulait pas que ses enfants prennent de mauvaises habitudes des autres gamins. Peu à peu, Rusty s'interposa dans la relation entre Debbie et Andrea, prétextant que sa femme n'était pas disponible et dissimulant les messages de Debbie.
"Nous avons commencé à voir une nette détérioration s'installer après la naissance de leur 3ème enfant quand Rusty a pris un emploi en Floride... Il a décidé qu'ils étaient devenus trop matérialistes et a commencé à liquider ses possessions. Ils ont tout vendu à un vide-grenier, les cadeaux de mariage, les meubles, beaucoup de choses personnelles. Seuls les outils étaient gardés et stockés dans le garage. "
 

De l'avis de Rusty, les forces de son mariage étaient le partage des valeurs, l’honnêteté et la fiabilité. Lui et sa femme étaient tous les deux très stricts et usaient de la discipline, non seulement de façon verbale, mais aussi en n'hésitant pas à fesser quand cela était nécessaire. 


La place de la religion dans le couple

Andrea a été élevé depuis toute petite dans la foi catholique, mais non confessionnelle. La famille Kennedy avait cessé d'assister aux services après que son père ait perdu son emploi.
Mariée, Andrea n'assistait pas aux offices religieux, mais prodiguait avec son mari une éducation religieuse aux enfants.  
De son côté, Rusty, lui, était plus pratiquant. A l'Université il a rencontré la famille Warnecki qui vivait dans un bus. Le couple Warnecki distribuait des tracts religieux publiés par leur soin tous les deux mois sur le campus.
En 1990, Rusty présente les Warnecki à Andrea. Celle-ci dira d'eux "Ils connaissaient beaucoup de choses et je croyais ce qu'ils écrivaient.[...] Michaël abordait certains sujets de la vie. Il disait de lire la parole, de croire, de se repentir et qu'ainsi nous serions sauvés."

Michael Warnecki

 

La famille Yates donnait de l'argent au couple de prédicateurs qui vivait de dons et de petits travaux quand ils se trouvaient à court d'argent.

Les Warnecki enseignaient : que la femme devait rester à la maison et aider le mari à élever les enfants, que punir les enfants était approprié, que Satan était vivant et qu'il régnait sur le monde..
La revue qu'ils éditaient s'appelait "Le temps Périlleux".
En voici un extrait :
"... La femme est créée pour être l'aide de l'homme. Cela ne signifie pas être une "femme", mais signifie être la servante, qu'elle soit célibataire ou mariée".
Andrea Yates ajoutera plus tard lors de ses entrevues avec l'équipe médicale que :  "Si une femme ne sait pas être une servante alors elle apprendra à l'être. C'est ce qu'on appelle la sorcellerie... il y a la joie d'aider vos enfants et de développer leur capacité. Je ne peux imaginer les confier à des étrangers durant huit heures par jour qui leur parleront d'une façon démoniaque. L'éternité promise à mes enfants est de ma responsabilité et je les enverrais vers l'enfer si je les élevais suivant les normes de ce monde".

La revue "les Temps Périlleux" décrivait l'influence de l'homme d'aujourd'hui comme étant satanique, démoniaque, diabolique. Un article écrit par Warnecki s'intitulait d'ailleurs "Satan déverse ses mensonges dans l'esprit de l'homme pour attaquer les serviteurs de Dieu".
 


 Histoire médicale

On ne connait pas à Andrea Yates d'historique d'abus d'alcool ou de toxicomanie.
En-dehors d'une overdose de Trazadone lors d'une tentative de suicide, il n'a été constaté aucun autre abus de substances.

Elle n'a jamais eu de maladies importantes, ni d'opérations chirurgicales ou de blessures.
Elle a eu six grossesses, dont une fausse couche.
Andrea Yates rapporte avoir été boulimique durant sa terminale au lycée, se faisant vomir une fois par jour. Elle en aurait eu l'idée en voyant une émission de télé sur les troubles alimentaires. Cela aurait duré de l'âge de 19 ans à 27 ans, s'arrêtant quand elle s'est mariée.

 

Le déroulé de l'histoire

Rusty et Andrea Yates se rencontrent en 1989. Ils ont 25 ans. Quatre ans plus tard, ils se marient et Andrea tombe très vite enceinte, donnant au premier enfant comme aux suivants un prénom biblique. Depuis l'université, Rusty prend la religion très au sérieux. Il a présenté à Andrea un prédicateur du nom de Michaël Woroniecki. Celui-ci voyage en bus avec sa famille à travers les Etats-Unis et fait du prosélytisme, notamment sur les campus universitaires. Il hurle aux étudiantes qu'elles iront toutes en Enfer si elles continuent à s'éduquer et à embrasser ce monde matériel alors que leur seule fonction est de perpétuer la race humaine. 

1996. Les Yates ont deux enfants. Noah, l'aîné né en 1994, et John, né le 15 décembre 95.
Rusty décroche un poste intéressant en Floride, mais pour une courte période. Il n'a pas les moyens d'acheter une seconde maison et met alors sa demeure au Texas en location. Il achète un camping-car pour lui et sa famille en Floride.
A cette époque, Andrea est de nouveau enceinte. Elle fait une fausse couche juste après le déménagement.
En 1997, les Yates retournent à Houston où va naitre Paul. L'année suivante, la famille troque  le camping-car pour un bus aménagé de 32 mètres carrés qu'ils ont racheté à Michaël Woroniecki. Leur quatrième bébé arrive quelques mois plus tard. Le bus est étroit pour accueillir toute la fratrie. Tellement étroit que les enfants dorment sur une paillasse accessible par une trappe. 
Andrea, avec ses quatre enfants est totalement débordée. Elle fait l'école à la maison, mais  n'arrive plus à tout gérer. Elle change les couches 24h/24, les lavent, car les couches jetables sont interdites. Elle doit, selon Rusty, utiliser des couches en tissu qui sont plus naturelles. Une manière de se dissocier du matérialisme ambiant.
A la naissance de Luke, le 15 février 1999, sa vie bascule et l'apparition des premiers troubles mentaux se font sentir. Par une dépression d'abord, puis par un symptôme de détachement, agissant comme un robot sans âme. 
Andrea dira d'ailleurs bien plus tard : " Je nourrissais Luke, et je me sentais de plus en plus mal, m'enfonçant dans un trou. J'avais certaines pensées irrationnelles, et je suppose que j'étais stressée... J'avais peur de blesser les enfants et qu'ils ne grandiraient pas du bon côté. J'allais mal. J'ai appelé Rusty au travail et lui ai demandé de rentrer à la maison. Il a tenté de me rassurer, il m'a dit : "pourquoi n'irions-nous pas chez ta mère afin que tu puisses t'y reposer ?" Le lendemain, nous sommes allés là-bas et j'ai pris une surdose de pilules."

Les garçons Yates, Noah, John, Paul,Luc

Andrea raconte que le 17 juin 1999, elle a pensé à mourir, ne laissant aucune lettre ni ne disant au revoir à sa famille. Elle s'est couchée pour faire une sieste pendant que son père gardait le bébé. Quand sa mère a tenté de la réveiller, Andrea lui a avoué avoir pris des pilules.
A l'hôpital, le docteur Starbranch  interroge la jeune femme sur son enfance (désir sexuel, fréquence des rapports, nombre de partenaires, troubles orgasmiques, mst, etc.). Suite à son examen, le docteur Starbranch observe chez Andrea un affect plat accompagné d'un certain retard psychomoteur et d'un problème de concentration, de méfiance.
Le diagnostique provisoire sera celui-ci : dépression post-partum accompagnée d'une psychose.
Starbranch lui prescrit alors 150mg de Zoloft ( traitement de la dépression ) par jour, 5mg de Zyprexa ( antipsychotique-antimaniaque) au coucher.

Le 20 juillet 1999, Andrea fait une nouvelle tentative de suicide et est retrouvée par son mari avec un couteau sous la gorge. Le lendemain, Rusty la ramène à l'hôpital et révèle que sa femme a manqué quelques prises de Zoloft ce qui a entraîné une plus grande dépression et une aphasie (impossibilité de s'exprimer). Andrea s'est aussi grattée le cuir chevelu jusqu'au sang parce qu'elle pensait être marquée par le diable.  
Le docteur Starbranch la fait hospitaliser et lui prescrit 10 mg de Zyprexa au coucher.
Le 30 août de la même année, Andrea doit prendre par jour : 300 mg de Wellbutrin, effexor (antidépresseurs),  du décanoate, du haldol et du cogentin (pour calmer les tremblements.) Elle se plaint d'effets secondaires légers et nie sa dépression, son anxiété, sa paranoïa, et ses hallucinations. Son médecin préconise par la suite de diminuer les doses toutes les trois semaines.
Au rendez-vous suivant, le 14 octobre 1999, Andrea ne prend plus d'Haldol ou de cogentin à cause d'un conflit avec son assurance. Il semble qu'elle continue par contre à prendre toujours une dose plus faible d'Effexor (150mg/jour) et du Wellbutrin (300mg/jour). Durant son entretien, elle continue à nier ses symptômes et ses envies d'automutilation.
Le psychiatre préconise au couple de ne plus faire d'enfant afin d'éviter une nouvelle crise. (on sait aujourd'hui que les symptômes de la dépression post-partum augmente au fil des grossesses dès l'arrêt du traitement).
Malgré ses conseils, la prise d'Haldol fonctionne si bien que le couple envisage de faire un cinquième enfant. Rusty déclare à Andrea qu'il veut qu'elle tombe à nouveau enceinte. Il cesse d'utiliser des préservatifs lors des rapports conjugaux et Andrea, pour ne pas faire courir de risque au fœtus, interrompt le traitement.

En novembre 2000, Mary nait.
Jusqu'au mois de mars de l'année suivante, tout semble se passer à merveille.
C'est alors que le père d'Andrea décède. Andrea était très proche de son père. Elle s'occupait de lui avec la plus grande attention. En tant qu'infirmière, il semble qu'elle se sentait entièrement responsable de lui.
Le 31 mars 2001, Rusty la conduit de nouveau à l’hôpital de Devereux parce qu'il s'inquiète pour elle. Déprimée depuis trois semaines, Andrea est réadmise sous la garde cette fois-ci du docteur Saeed. Rusty lui dit que sa femme ne mange plus. Il a fait venir sa mère de Houston et celle-ci lui a raconté avoir trouvé sa femme en train de remplir la baignoire.  "Andrea, pourquoi tu remplis la baignoire à 4 heures de l'après-midi ? " lui a-t-elle demandé. Celle-ci lui a alors répondu d'un air vague "Je pourrais en avoir besoin".  

Les garçons avec leur soeur Mary

Le 5 avril, Mme Yates avoue au médecin que son esprit est "rempli de plein de choses", mais est incapable d'élaborer de ce dont il s'agit. Elle mentionne vouloir retourner chez elle afin d'être "une mère pour ses enfants". Le lendemain, elle accepte en entretien de répondre aux questions du médecin, sauf en ce qui concerne ses tentatives de suicide, les réfutant toujours.
Ses feuilles d'observations mentionnent un état de pensée désorganisé, de bizarrerie, de paranoïa, de motifs délirants, d'hallucinations, de désorientation.
État qu'elle se refuse à reconnaitre.
Le 9 avril, elle remange, mais montre un retard psychomoteur. Elle parvient à interagir à nouveau avec son mari et ses enfants. Le 11, elle se sent mieux et signe une décharge pour sortir acceptant de revenir pour des consultations.

Le 18 juin 2001, le docteur Saeed, après une nouvelle consultation, constate qu'Andrea a un sommeil en forte diminution  tout comme son appétit, et décide d'augmenter les doses de médicament en rajoutant 45mg de Remeron ( un antidépresseur tricyclique). Le psychiatre note également qu'Andrea semble avoir à nouveau des hallucinations déclenchées par un manque de stimuli-internes, et souffre d'une sévère catatonie. 

Quand l’hôpital de Devereux la renvoi chez elle pour la seconde fois, son état n'a guère avancé. Rusty la ramène voir un psychiatre en consultation externe arguant que le traitement antidépresseur n'a aucun effet sur elle. 

Deux jours après ce rendez-vous, le 20 juin 2001, Andrea Yates noie ses enfants l'un après l'autre dans la baignoire, et attend ensuite que la police ne vienne l'arrêter. Lorsque les agents arrivent, ils trouvent le corps de Noah dans la baignoire et les quatre autres enfants allongés, morts, sur le lit recouvert par une sorte de couverture. Un filet d'eau coule de la salle de bain jusqu'à la chambre.
 

L'autopsie

Elle révélera que les cinq victimes sont mortes par noyade, et que les enfants portaient tous des hémorragies sur le cuir chevelu. Luke avait des contusions  récentes sur le bras gauche et les extrémités inférieures (plus tard, Andrea Yates admettra avoir blessé la cuisse gauche de son fils). John avait des contusions récentes au front, aux coudes et aux membres inférieurs. Noah avait de récentes meurtrissures aux extrémités inférieures et supérieures. Les quatre victimes de sexe masculin portaient également des contusions et des écorchures. Les contenus stomacaux étaient conformes avec le fait d'avoir déjeuner le matin de leur mort.

------------------------------------------


Arrêtée, Andrea Yates est conduite immédiatement en prison.
Le docteur Ferguson qui la voit note que ses phrases semblent n'avoir ni queue ni tête. Andrea lui révélera par la suite avoir entendu des voix qui lui parlaient depuis la télé et que si elle se grattait le cuir chevelu jusqu'au sang, c'était parce qu'elle pensait avoir le nombre 666 gravé sur le crâne.

Le diagnostic du psychiatre s'oriente vers une Cacodémonomanie (se  croire posséder par le démon). Ce symptôme touche les gens victimes d'hallucinations à caractère religieux.

Certaines des croyances d'Andrea semblent être nées en effet des écrits religieux de Michael Woroniecki dont l'un des tracts disait "Jézabel jettera ses enfants dans la rivière et les détruira".
Andrea rajoute à l'attention du psychiatre qu'elle était convaincue qu'un de ses enfants deviendrait un tueur en série et qu'un autre allait finir homosexuel ou prostitué.
Elle avait cette certitude absolue que chacun de ses enfants finirait mal d'une manière ou d'une autre et irait droit en enfer. Elle-même se croyait habitée par Satan. 
Durant ses premières semaines en prison, ses hallucinations semblent devenir plus importantes "...je me souviens, euh, d'avoir imaginé un loup-garou, du genre le "loup-garou de Londres" qui est une grosse bête, et je me figurais avoir entendu les gens dans la salle qui partaient tous et je pensais qu'ils allaient me laisser là avec la bête errante dans les couloirs. Et je mettais de la nourriture devant ma porte pour que la bête soit attirée par elle."

 

Le procès

George Parnham, l'avocat d'Andrea plaidera non-coupable pour cause d'aliénation mentale appuyé en cela par des experts qui eux aussi, ne comprendront pas que l'on puisse traduire en justice une femme atteinte d'une telle pathologie mentale.
Si l'acte d'Andrea Yates est incompréhensible, la question qui se pose est celle-ci : était-elle folle au moment où elle l'a commis ? 
Au fur et à mesure des révélations, l'indignation parmi la population croit. Non seulement à cause des meurtres fomentés, mais aussi par l'attitude qu'emploie Rusty Yates qui a une fâcheuse tendance à se répandre dans les médias, à donner des interviews et à sourire. Beaucoup.
Trop sans doute, alors qu'il devrait se montrer en père éploré.
Certains le soupçonnent d'ailleurs d'avoir été complice des meurtres. 

Rusty Yates

Mais l’État, faute de preuves allant dans ce sens, ne le poursuivra pas.
Quant à Andrea, l’État requiert contre elle la peine de mort pour "Filiciade" (infanticide, en français).
En attendant son procès, celle-ci est placée dans une section médicalisée de la prison et soignée pour sa psychose.
Au fil des semaines, son état s'améliore et ses hallucinations finissent par disparaître.
Son procès peut alors s'ouvrir.

22 septembre 2001, Houston, Texas.
Nous sommes trois mois après les meurtres, Andrea est déclarée apte à être jugée. Le procureur, Kaylynn Wiliford, va chercher à convaincre le jury que le mobile d'Andrea Yates était au fond une manière de punir son mari pour ce qu'il lui faisait subir ( l'obligation d'habiter dans un bus, de faire aux enfants l'enseignement à domicile, d'avoir un mode de vie très rudimentaire, etc.).

Le procureur Kaylynn Williford


L'accusation prétend qu'il y avait davantage de méthode que de folie dans l'acte d'Andrea Yates. Le docteur Dietz, consultant, dira d'ailleurs pour l'accusation qu'Andrea savait que son acte était mal, non seulement du point de vue de la loi, mais également du point de vue de la société et de Dieu. Il affirmera également que la semaine précédent le meurtre, elle aurait vu un épisode de New York Police Judiciaire (pour lequel le Dr était consultant) dans lequel une femme pour échapper à ses responsabilités est déclarée non coupable d'avoir noyé ses enfants. Cet épisode l'aurait inspiré non seulement pour les meurtres, mais aussi pour plaider la folie comme défense.

Après trois semaines de procès et un défilé de témoins et d'experts, le jury rend finalement son verdict en quatre heures :
Andrea Yates est reconnue coupable de meurtre et passible de la peine capitale, le jury rejetant la peine de mort. Le juge la condamne alors à la prison à perpétuité, soit 40 ans de réclusion minimum sans possibilité de liberté conditionnelle.


Rusty et son avocat sont anéantis par la sentence, persuadés qu'elle n'aurait pu faire de mal aux enfants si elle n'avait pas été atteinte par cette maladie mentale.
Le procès terminé, le témoignage de Pat Dietz est alors remis en question. Le bruit court que le fameux épisode de New York Police Judiciaire n'a jamais existé.
La défense épluche tous les scripts de la série.
Dick Woolf, le créateur de la série en personne, confirmera qu'aucun épisode ne parle d'une femme noyant ses enfants ni qu'un tel script est en préparation.
L'avocat d'Andrea demande immédiatement l'annulation du procès pour vice de forme.
Sa requête est rejetée.
Andrea Yates est alors incarcérée dans l'unité psychiatrique de la prison de Mountain View, à Gatesville dans le Texas.


Finalement l'annulation du verdict sera prononcée suite à la contestation par la défense de 19 points.
En janvier 2005, la Cour d'appel du Texas rend son verdict et déclare que dans l'affaire Yates, la double incrimination ne peut s'appliquer ( c'est-à-dire qu'on ne peut condamner deux fois une personne pour la même infraction ).
La défense obtient le transfert de Moutain View vers l’hôpital fédéral de Rusk.
A la suite de cette affaire, de nombreux articles scientifiques sont publiés sur le cas Yates. La défense tente alors de sensibiliser l'opinion face aux découvertes sur le post-partum alors qu'un nouveau procès s'ouvre le 26 juin 2006.
La défense se concentre sur la santé mentale et la maladie du post-partum pour sa plaidoirie.
Un mois après les différents témoignages, le jury délibère durant treize heures et déclare finalement qu'Andrea Yates  est "non coupable pour aliénation mentale". 

L'avocat d'Andrea, George Parhnam

Aujourd'hui :

Andrea Yates réside depuis 2006 à l'hôpital fédéral de Kerville (ville connue pour l'affaire Genene Jones). Aucune date n'a été fixée pour sa libération et ne le sera probablement jamais au vu des faits et de sa pathologie. 

Rusty Yates et Andrea ont divorcés après le premier procès. Celui-ci s'est remarié, a repris ses études de droit et a eu un fils, Mark, avec sa nouvelle épouse dont il a divorcé en 2015.

L'avocat George Parham et la psychiatre Lucy Puryear ont créé un mémorial sur internet en l'honneur des enfants Yates où il est possible de voir photos et vidéos :

YATESKIDS.ORG

 

 

 

 

 

©Toute reproduction du texte interdite

________________________________________________________

A lire  

Langue : Anglais
Nombre de pages : 34
Date de parution : 3 mai 2017
Prix : 7.73€ (Broché) - 2.99€ (epub, mobi)
ACHETER SUR AMAZON

Sources : [Enregistrement de Mme Yates - Hôpital Méthodiste 18 juin 1999 - 24 juin 1999] - [Samaritan Center for Conseling and Education, dossier Andrea Yates - 8/26/99-2/24/00] - [Transcription du Houston Independant School District ; Milby Annuaire High School, 1982] - [Starbanch Psychiatry Associates records re.Andrea Yates, 1 juillet 1999-3 avril 2001, extrait]

Tags : andrea yates, Infanticide dépression post-partum le cas Andrea Yates, le cas andrea yates, infanticide andrea yates, post partum andrea yates, andrea yates 2017, andrea yates 2018, andrea yates now, andrea yates aujourd'hui, andrea yates today, andrea yates news, andrea yates meurtres, andrea yates procès, andrea yates documentary, andrea yates documentaire, andrea yates crime scene, andrea yates article, les enfants yates, rusty yates, andrea yates autopsy, andrea yates biological psychology, andrea yates psychologie, andrea yates symptomes, andrea yates cognitive, andrea yates filicide, andrea yates histoire, andrea yates et rusty yates, post partum andrea yates, post partum psychosis andrea yates, andrea yates postpartum depression, andrea yates postpartum, les enfants yates, famille yates, andrea yates russel yates, rusty yates, affaire yates, yates andrea, andrea kennedy yatesandrea yates noah yates, andrea yates mary yates, russell yates noah yates

 

Voir les commentaires