Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

Publié le par Criminologie
Publié dans : #Tueurs en série, #Semiologie
Dexter-affiche-tueur-en-serie-serie-tv-psycho-criminologie.com

 

 Le journal The Guardian publie l'interview de Peter Vronsky qui explique pourquoi certaines personnes deviennent des tueurs et d’autres ne passent jamais à l'acte.

 La police canadienne a annoncé la découverte d'autres restes humains sur une propriété fréquentée par Bruce McArthur, un présumé serial killer qui aurait assassiné au moins huit hommes dans la communauté gay de Toronto. McArthur, un paysagiste indépendant, aurait enterré les restes de certaines victimes dans des jardinières. La plupart de ses victimes, tous des homosexuels, étaient des immigrants récents d’origine sud-asiatique ou moyen-orientale. Les activistes LGBT ont accusé la police de Toronto de ne pas prendre au sérieux des années de rapports de disparitions dans le village gay de Toronto.

  The Guardian s'est entretenu avec Peter Vronsky, un historien et journaliste basé à Toronto et auteur de plusieurs ouvrages sur l'histoire et la psychopathologie des tueurs en série. Son dernier livre, "Fils de Caïn : Une histoire des tueurs en série de l’âge de pierre à nos jours", sortira le 14 août aux États-Unis et au Canada et le 16 août au Royaume-Uni.

 

 

bruce-mac-arthur-tueur-en-serie-toronto-psycho-criminologie.com
Bruce MacArthur
 

  Le livre explore comment notre compréhension des tueurs en série - appelés "monstres" avant l’avènement de la psychologie moderne - a changé au fil du temps. Mais qu'est-ce qu' "exactement" un tueur en série?

  "L'une des questions les plus anciennes en criminologie - et, en l'occurrence, la philosophie, le droit, la théologie - est de savoir si les criminels sont nés ainsi ou non. Les tueurs en série sont-ils un produit de la nature (génétique) ou de la culture (facteurs environnementaux) ?

  Nous n'en savons rien.

  Mon argument de base est qu’il est intrinsèque au mécanisme de survie de l’être humain. Nous avons cette capacité de tuer à plusieurs reprises. Les tueurs sont des anachronismes dont les instincts primaires ne sont pas modérés par les parties les plus intellectuelles de notre cerveau.

  Peut-être que ce ne sont pas les tueurs en série qui sont fabriqués, mais que la majorité d’entre nous en sont défaits par une bonne éducation et une bonne socialisation. Ce qui reste derrière ce sont ces êtres non socialisés avec cette capacité à attaquer et à tuer. Et souvent, cette capacité est greffée sur une impulsion sexuelle - une agression sexuée à la puberté.

  De nombreux tueurs en série sont des survivants d’un traumatisme de la petite enfance - abus physique ou sexuel, dysfonctionnement familial, parents émotionnellement distants ou absents. Le traumatisme est le thème récurrent dans les biographies de la plupart des tueurs.

 

Ecrivain-peter-vronsky-psycho-criminologie.com
Peter Vronsky

  Y a-t-il des cas de tueurs en série qui ont eu une enfance normale ?

  "Il semble y avoir quelques exemples. Ted Bundy en est un classique. Personne n'a vraiment trouvé de preuve de "traumatisme" dans son enfance, au sens dramatique et traditionnel. Il a cependant grandi en croyant que sa mère était sa sœur.

  Il y avait un tueur ici au Canada qui commandait une base aérienne. Il pilotait l'équivalent d'Air Force One - emmenant le Premier ministre lors de ses voyages - puis soudain à la quarantaine, il commet deux homicides sexuels. C'est un mystère. Il n'y a rien dans son enfance qui peut expliquer son comportement. Il y a aussi l'étrangeté de l'âge tardif auquel il a commencé. 

  J'étudie actuellement un tueur en série appelé Richard Cottingham. Je lui ai parlé en prison le mois dernier. Il vient d'une famille où le père était là, la mère était là et il n'y a pas d'histoire de traumatisme ou d'abus. Il se peut qu'il y ait eu quelque chose, mais il ne veut pas l'admettre. Je ne sais vraiment pas quoi en penser.

  Il n’y a rien dans son passé qui soit en parallèle avec l'enfance de Charles Manson ou de Henry Lee Lucas, par exemple. Quand vous lisez les biographies de ces tueurs, ce n'est pas une surprise qu'ils se soient transformés en tueurs en séries. "

  Si les tueurs sont le produit d'un traumatisme de l'enfance ou d'un cerveau sous-développé, sont-ils encore "responsables" de leurs actes ?

"Il est vrai que presque tous les tueurs en série ont subi un traumatisme durant leur enfance. Mais voici le problème : si 100 enfants grandissent dans une famille d'accueil abusive et que l'un d'entre eux se révèle être un tueur en série, qu'en est-il des 99 autres? Ils ont grandi pour devenir, enfin, peut-être pas tous des citoyens bien sociabilisés, mais certainement pas des tueurs en série. Quel est le facteur X manquant ?

 

 

 

  Les tueurs en série choisissent d'agir sur leurs compulsions.

  Au cours de la première grande vague de tueurs en série de célébrités dans les années 1960 et 1970, certains avocats de la défense ont tenté de faire valoir devant le tribunal que les tueurs en série ne sont pas coupables de folie. La définition juridique de la folie est une incapacité à distinguer le bien du mal et une incapacité à comprendre les conséquences d'une action. Mais les tueurs en série sont très conscients de ce qu'ils font. C'est pourquoi ils se déguisent, cachent des preuves, quittent la scène du crime.

  On peut faire valoir que les tueurs en série souffrent de psychopathie, parce qu’ils sont psychopathes, ils n’ont aucun sentiment de remords ou d’empathie et leur processus de prise de décision est erroné. Fait intéressant, cependant, tous les tueurs en série ne sont pas des psychopathes, selon le test de Hare, un diagnostic psychiatrique - ou du moins ne sont-ils pas testés pas en tant que tels."

 

  Qu'est donc exactement la psychopathie ?

  "La principale caractéristique d'un psychopathe est le manque d'empathie. D'autres ont tendance à mentir, avoir le besoin d'avoir des sensations fortes, sont narcissiques - les psychopathes s'ennuient très vite.
Mais le manque d'empathie est la chose la plus importante.

  Une explication commune est que les psychopathes subissent une sorte de traumatisme dans la petite enfance - peut-être alors qu'ils sont nourrissons - et par conséquent cela supprime leur réaction émotionnelle. Ils n'apprennent jamais les réponses appropriées aux traumatismes et ne développent jamais d'autres émotions, raison pour laquelle ils ont du mal à comprendre les autres.

  Ils grandissent en ne sachant pas comment «ressentir» et apprennent plutôt à manifester ce qu'ils pensent être des émotions ou l'apparence correcte de l'émotion. Ils savent et apprennent quel  "masque" 'ils doivent porter pour vivre en société.

  Dans le cas des tueurs en série, il y a des personnes capables de fonder une famille, ce que la plupart des gens considèrent comme une bonne épouse et un bon parent, tout en ayant une seconde vie secrète où ils sortent et tuent des étrangers.
Ils peuvent compartimenter."

 

 

  Que faites-vous de Bruce McArthur, le présumé tueur du village gay de Toronto, arrêté plus tôt cette année?

  "Bruce McArthur est intéressant car il a été appréhendé à un âge tardif. Il est bien au-delà de la norme statistique lorsque les tueurs en série tuent pour la première fois - ou bien il tue depuis des décennies, et nous n'avons pas encore identifié ses premières victimes, ou il est une sorte de nouveau tueur en série ; une évolution dans ce phénomène - quelqu'un qui tue très tard dans sa vie alors que la plupart des tueurs en série ont déjà commencé à "prendre leur retraite" parce que leur testostérone diminue.

  Si McArthur commet des crimes depuis les années 1970 ou 1980, l'enquête sera extrêmement difficile. Actuellement, les forces de l'ordre examinent ses applications de rencontres pour trouver des preuves et pour le relier à d'autres victimes possibles. Mais ils n'avaient pas ce genre de choses alors."

  Quelle est la fréquence des tueurs en série de même sexe?

  "Il y a eu des dizaines de tueurs en série gays. Les plus célèbres sont probablement John Wayne Gacy et Jeffrey Dahmer.
  Donc, cela seul n'est pas inhabituel.

  De toute évidence, il y a beaucoup moins de stigmatisation concernant le fait d'être gay aujourd'hui qu'il y en avait dans les années 1960 ou 1970 ou même dans les années 1980. Ensuite, les tueurs en série gays étaient parfois plus efficaces parce que leurs victimes et eux vivaient une double vie secrète. 

 Les personnes fermées sont encore particulièrement vulnérables à la victimisation par les prédateurs. S'il n'y a pas de témoins ou de confident - des membres de la famille et ainsi de suite - capables de lier votre disparition au tueur, cela donne un avantage au tueur."

  Qu'en est-il des tueuses en série ?

  "Environ un sur cinq à six tueurs en série sont des femmes. Il existe des différences significatives dans leur psychopathologie par rapport aux tueurs masculins.

  La recherche sur les tueuses en série est difficile car elles sont moins nombreuses et plus difficiles à attraper. Les tueuses en série ont moins tendance à laisser de corps derrière elles. Ce sont des tueuses silencieuses. Elles ont des carrières de meurtre plus longues. 

  Il y a une tendance moins sadique. Elles ont tendance à ne pas torturer leur victime et elles sont moins intéressés par la mutilation. Mais la motivation est similaire - la nécessité de contrôler leur victime. Ce n'est pas du sexe, c'est le contrôle, bien qu'elles puissent l'affirmer à travers des actes sexuels.
 

  Aileen Wuornos est l'exemple classique - une tueuse en série originaire de Floride. Elle travaillait comme prostituée et tuerait ses clients. Quelques documentaires ont été réalisés sur elle et un long métrage (Monster, avec Charlize Theron). Voici une tueuse en série motivée par la rage.

  Les types de prédation dans lesquels les tueuses en série s'engagent sont souvent une extension ou une perversion des rôles de genre. Par exemple, l’attente selon laquelle les femmes jouent un rôle de soutien et de rôle. Vous avez une catégorie de tueuses en série avec le syndrome de Munchausen par procuration - des mères tuant des enfants, des infirmières tuant des patients."

 

 

 

  Est-ce vrai, comme certains l'ont suggéré, que les mises à mort en série sont maintenant en déclin ? Ou est-ce juste moins rapporté dans les médias ?

  "Vous savez, il semble que nous arrêtions et appréhendions moins de tueurs en série, et lorsque nous les appréhendons, ils ont une liste de victimes beaucoup plus petite. Donc, oui, il semble y avoir un déclin dans les meurtres en série américains. Soit il y a moins de tueurs en série, soit on les a déjà pris.

  Nous avons réalisé d’énormes percées dans le domaine de la technologie judiciaire, en particulier grâce à la science ADN. Bon nombre des tueurs en série qui ont été arrêtés dans les années 1990 et 2000 ont été arrêtés pour des crimes commis plus tôt."

  Connaissez-vous des exemples de tueurs en série qui ont exprimé des remords?

  "Ils peuvent atteindre un âge où ils pensent "je devrais faire amende honorable". Ils peuvent ne pas le ressentir, mais ils pensent qu’ils devraient le faire. Je connais un exemple d'un type qui, depuis plusieurs décennies, n'avait donné qu'une seule interview. Il a été approché par la fille d'une de ses victimes et il s'est complètement ouvert à elle.

  Il semble que plus il y a de recherches sur les tueurs en série, plus nous réalisons à quel point nous en savons peu.

  Nous nous noyons dans des masses d’informations, mais très peu de connaissances en découlent. Nous semblons en savoir moins sur les tueurs en série maintenant que nous le pensions il y a 20 ans. Nous réalisons seulement maintenant combien nous en savons peu. Cela s'explique en partie par le fait que plus les études de cas de tueurs en série sont agrégées. 

  En tant que société, nous devenons plus scientifiques et moins philosophiques, et il devient plus difficile pour nous d'expliquer ce type de comportement anormal. Tout ce qui reste est la définition  humaine: le mal. Mais c'est quoi ça ? Ce n'est pas un terme qui peut être testé ou dupliqué dans le domaine scientifique. C'était plus facile quand on pensait à eux comme à des monstres."

 

 

Aileen-Wuormos-la-demoiselle-de-la-mort-prison-psycho-criminologie-over-blog
Aileen Wuormos

 

Sources :

https://www.theguardian.com/us-news/2018/aug/10/what-makes-a-serial-killer - J Oliver Conroy - 10 Aug 2018

Tags : tueurs en serie, tueuses en serie, article tueurs en serie, le tueur en serie qui est-il, la tueuse en serie qui est-elle, serial killer, article serial killer, le serial killer qui est-il, le serial killer, Qu'est-ce qui fait un tueur en série, tueurs en serie américain

Voir les commentaires