Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

Publié le par Criminologie
Publié dans : #Prison, #2019, #Actualites, #Etats-Unis
Scott-Dozier-execution-nevada-psycho-criminologie.com
Crédit photo : Ken Ritter/Associated Press

 

Contrairement à la plupart des condamnés à mort, Scott Raymond Dozier voulait mourir.

 

Reconnu coupable du meurtre et du démembrement d'un homme de Las Vegas en 2002, Scott Dozier a attendu pendant des années les appels permettant un sursi de sa condamnation à mort. Mais il a trouvé l'attente plus pénible que la perspective de son exécution. Et il y a deux ans, il a abandonné ses efforts et a demandé à un juge de fixer une date d'exécution.

L’État du Nevada a également insisté pour qu’il soit exécuté dans une nouvelle chambre d’injection mortelle. Malgré tout, les retards ont continué. Il y a six mois,  M. Dozier devenait de plus en plus découragé, ont déclaré lundi ceux qui le connaissaient.

 Samedi après-midi, le détenu, âgé de 48 ans, a passé un drap de lit dans une bouche d'aération de sa cellule de la prison d'État à Ely, au Nevada, et s'est pendu, ont déclaré des responsables de la prison mettant fin à l'une des affaires de peine capitale les plus importantes de ces dernières années.  Celle qui a mis en lumière les contradictions et l’évolution de la politique de la peine capitale  en Amérique.

"La perspective de vivre dans le quartier des condamnés à mort jusqu'à la fin de sa vie lui était inconcevable", a déclaré Edgar Barens, un cinéaste qui avait passé du temps avec M. Dozier pour un documentaire.

Au lieu de cela, Scott Raymond Dozier avait insisté sur le fait qu'il souhaitait mourir, même si cela impliquait une mort longue et potentiellement atroce liée à un cocktail de drogues injectables comprenant du fentanyl. Mais finalement, son exécution a été retardée après l’intervention d’une société pharmaceutique, qui a déclaré qu’elle subirait un préjudice grave à sa réputation si ses produits étaient utilisés dans l’exécution contre son gré. Un avocat représentant le Nevada a averti que si ce type de poursuites pouvait être intenté, elle pourrait mettre fin à la peine de mort prononcée par l’État.

Scott-Dozier-photo-execution-nevada-psycho-criminologie.com

Selon Robert Dunham, directeur exécutif du Centre d'information sur la peine de mort, un organisme à but non lucratif de Washington qui suit les exécutions, près de neuf condamnés qui acceptent de renoncer à leur appel ont présenté des preuves substantielles de maladie mentale.

L’affaire de Scott Raymond Dozier est préoccupante, a-t-il dit, car toute décision prise par un détenu de renoncer aux appels en matière de peine capitale n’est pas volontaire si elle est malade mentale ou si elle résulte de l’incidence des conditions de la détention. 

Un porte-parole de la prison a déclaré que Scott Raymond Dozier était seul dans sa cellule au moment de son décès. Des responsables de l’État ont affirmé qu'il avait déjà menacé de se suicider et qu'il avait tenté d'obtenir des drogues ou des rasoirs afin de mettre fin à sa vie.

Certains, qui le connaissaient se sont dits surpris d'apprendre la nouvelle, d'autant plus qu'il avait fait une tentative ratée, il y a plus de dix ans, qui l'avait plongé dans le coma.

M. Ericsson a ajouté que la santé mentale de son client s’était détériorée après ces reports d'exécution et qu'il avait été fréquemment maintenue en isolement ou sous surveillance.

«Il a été cassé par le système pénitentiaire», a-t-il conclu.

 

_______________________________________________________

 

Tags : Scott Raymond DozierAprès des années  d'absence de date d'exécution un détenu condamné à mort se tue, un détenu condamné à mort se tueScott Raymond Dozier condamné à mort se tue, nevada, scott raymond dozier jeremiah millerscott raymond dozier photosscott raymond dozier updatescott raymond dozier prison, actualités prison, condamnation à mort, exécution létale, peine de mort états-unis, scott dozier condamnation, scott dozier suicide

Voir les commentaires