Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

Publié le par Psycho-criminologie
Publié dans : #2019, #Actualites, #Maltraitance
sagar-gram-the-Bacchara-community1-psycho-criminologie.com

 

 

Le village indien où l'exploitation sexuelle des enfants est la norme

 

 

La pauvreté et la discrimination des castes font que les enfants de Sagar Gram sont maltraités par leurs propres familles.

De nombreuses familles en Inde pleurent quand vient la naissance d'une fille. Mais quand Leena est née, les gens l'ont célébré.

Sagar Gram, le village situé au centre de l'Inde, est unique en ce sens. Les filles sont plus nombreuses que les garçons. Quand une femme se marie, c'est la famille de l'époux qui paie la dot. Les femmes sont les gagne-pain de Sagar Gram. Lorsqu'elles sont jugées suffisamment âgées, c'est-à-dire à 11 ans, la plupart d'entre elles sont censées commencer à se prostituer.

L'Inde a officiellement aboli la discrimination de caste il y a presque 70 ans, mais la tradition millénaire ne s’efface pas facilement. Pour la plupart des Indiens, la caste a toujours une influence déterminante sur les personnes qu’ils épousent et sur ce qu’ils mangent. C'est également le plongée pour certains, les plus pauvres, vers un travail du type abusif pour survivre. Les enfants sont exploités et sont les victimes de la traite à Sagar Gram comme dans des dizaines d’autres villages de l’arrière-pays.

«C’est un esclavage de caste et de genre», a déclaré Ashif Shaikh de Jan Sahas, un groupe  qui travaille avec les membres des castes les plus basses de l’Inde, des communautés que l’on appelait auparavant «les intouchables».

«Nous estimons qu'il y a 100 000 femmes et filles dans cette situation. Mais il y en a probablement plus. C’est un problème invisible. "

Les filles de Sagar Gram grandissent avec cette histoire qui leur est contée : Autrefois, un roi est tombé amoureux d'une danseuse. La reine en colère a lancé un défi à la femme : si elle arrivait à traverser la rivière en marchant sur un câble, elle pourrait alors rejoindre la famille royale et relever de ce fait le statut de sa caste. Alors que la femme s'approchait de la rive opposée à la rivière, à un pas du succès, la reine coupa soudain la corde et cria alors à l'adresse de la reine «Jusqu'à présent, nous avons attiré vos hommes par la danse. A partir de maintenant, nous prendrons vos hommes avec nos corps."   

Leena, 22 ans, se souvient d'avoir appris cette histoire. Elle se souvient de la crainte qu'elle a ressentie lorsque les filles les plus âgées de sa caste, les Bacchara, ont soudainement eu assez d'argent pour se maquiller et s'acheter de beaux vêtements. Elle se souvient de ce que les adultes de son village lui ont dit quand elle avait 15 ans et que sa famille avait des problèmes d'argent. «Tes parents traversent une période si difficile», lui ont-ils dit. «Comment peux-tu aller à l'école? Tu dois travailler. "

C'est à ce moment qu'elle a commencé à se prostituer. «Les autres filles de mon village le faisaient, alors j'ai eu le sentiment que je devais le faire aussi. », dit-elle. "C'était ma responsabilité."

Les filles de Sagar Gram sont préparées pour cette vie dès leur naissance. Les parents décident laquelle de leurs filles sera la prostituée la plus chère. Les filles plus âgées leur apprennent alors comment attirer les camionneurs et les automobilistes qui passent. Les plus jeunes se mettent parfois sous les lits, observant les autres au travail.

sagar-gram-the-Bacchara-community-psycho-criminologie.com

Le sexe était un mystère pour Heena. «Quand j'étais jeune, le plus important était de voir l'argent que le client offrait», dit-elle. «Je n’ai pas compris ce qu’ils me faisaient. J'ai seulement vu que l'argent entrait."

Sa virginité était précieuse. Elle a gagné 5 000 roupies (55 £) le premier soir. Son prix a baissé par la suite. Une autre femme de la caste Bacchara, âgée de 29 ans, dit qu'elle ne peut pas faire plus de 200 roupies en ayant cinq ou six hommes par jour.

La préférence de l’Inde pour les enfants de sexe masculin a créé un profond déséquilibre entre les deux sexes. Parmi les baccharas du village de Sagar Gram, toutefois, le problème est inversé : le district compte 3 595 femmes, contre 2 770 hommes, selon le dernier recensement.

Pourtant, en visitant le village au crépuscule, peu de femmes ou de filles peuvent être aperçues. «Elles se trouvent toutes dans des hôtels ou au bord des routes», dit un homme plus âgé, désignant l’autoroute à proximité. Tous les centres mètres, les filles sont inclinées sur des lits en corde et font signe à tous les véhicules qui passent. 

Madhya Pradesh, l’État dans lequel se trouve Sagar Gram, a récemment condamné à la peine de mort toute personne qui viole un enfant de moins de 12 ans, augmentant également les peines de prison pour les adultes ayant des relations sexuelles avec une personne de moins de 18 ans. La police a déclaré que sept personnes avaient été arrêtées pour des infractions d’exploitation sexuelle d’enfants à Sagar Gram au cours de la dernière année, dont cinq femmes qui avaient vendu leurs filles mineures. La loi est claire, mais n'a guère d'incidence sur les coutumes sociales et la détresse économique.

 «C’est une entreprise traditionnelle», a déclaré le surintendant adjoint Nagendra Singh Sikarwar, au commissariat de police de Jeeran, situé à proximité. «Même les filles que nous essayons de réhabiliter y reviennent. Le problème principal est que nous n’avons pas d’autres emplois pour elles. "

La plupart des hommes de Bacchara ne travaillent pas. De toute façon, seuls les emplois les moins bien rémunérés ou les plus dégradants leur sont proposés. Alors, ils comptent sur leurs enfants. Ils attendent sur le porche avec le reste de la famille pendant que leurs filles sont à l'intérieur avec des clients.

Balram-Chauhan-a-member-of-the-Bacchara-community-psycho-criminologie.com
Balram Chauhanet une de ses filles - Photographie: Rebecca Conway

Un des villageois, Balram Chauhan, devrait être un homme riche parce qu'il a cinq filles, mais contrairement aux autres, il refuse que ses enfants se prostituent. 

«Être exposé à une telle violence et à de tels abus psychologiques et physiques», murmure-t-il. "Comment un parent peut-il leur demander de faire ça ? "

Sa mère était une prostituée. Malgré ses efforts, quatre de ses sœurs l'ont été également. «À partir du moment où j'ai compris ce qu'elles faisaient, j'ai essayé de les arrêter», dit-il. «Mais mes parents étaient contre moi. Ils ont dit que c'était une culture qui durait depuis des années. Qui étais-je pour la faire cesser ?"

Essayer de briser ce cycle a été une lutte de toute une vie. Ses parents ont saboté ses efforts pour se former en tant qu'agent de santé, dit Chauhan. Quand il a marié ses deux filles pour les épargner d'une vie de prostitution, sa famille l'a rejeté.

Il ne peut pas emmener sa famille en dehors d'un village de Bacchara : personne ne louerait une propriété à quelqu'un de sa caste. Les communautés de caste «supérieures» qui se trouvent à proximité considèrent sa présence comme une source de pollution. Il a donc ouvert un petit magasin à Sagar Gram et y vend des biscuits et des confiseries, dans le but de gagner suffisamment d'argent pour payer les études de ses filles.

 

 ________________________________________

Source :
- Kakoli Bhattarcharya , The Indian village where child sexual exploitation is the norm, The Gardian,13/01/2019

Tags : Le village indien où l'exploitation sexuelle des enfants est la norme, Sagar Gam le village indien où l'exploitation sexuelle des enfants est la norme, sagar gam exploitation sexuelle des enfants, sagar gam vilage, sagar gam india, sagar gam prostitution, sagar gam bacchara, caste bacchara, village de bacchara, Inde  dans le village de Sagar Gram l'exploitation sexuelle des enfants est la norme, maltraitance, actualités inde

Commenter cet article