Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

Ed-kemper-portrait "psycho-criminologie.com"

 

Nombre de victimes :  10
Type de victimes :  sa famille, des étudiantes
Période : Années 70  
Surnom :  L'ogre d'Aptos, le boucher, le tueur mixte, l'ogre de Santa Cruz
Nom :  Edmund Emil Kemper III  
Date de naissance :  18 décembre 1948
 Lieu de naissance : Burbank, Californie
Date de décès : En vie 
A :  
Sexualité : Hétérosexuel
Mariage :  Non
Enfants :  Non
Parents : Edmund Emil Kemper, Jr. et Clarnell Stage  
Niveau d'études :   Seconde
QI :  145
Taille :  2m06
Poids : 130 kg
Type de tueur : Nécrophile
Diagnostic : schizophrène paranoïdetrouble de la personnalité, type passif-agressif - Sociopathe
Modus operandi :  Ed Kemper attrapait les étudiantes qui faisaient de l'auto-stop et les emmenait dans des endroits isolés où il leur tirait dessus, les poignardait, les étouffait ou les étranglait. Il ramenait ensuite leurs corps sans vie chez lui où il les décapitait, pratiquait la fellation sur leurs têtes coupées, avait des rapports sexuels avec leurs cadavres, avant de les démembrer.  
Type d'armes utilisées :  baïonnette, couteau de cuisine, pistolet de calibre .22, scie électrique
Totem : Morceaux de corps de ses victimes 

 

__________________________________

Ed-kemper-portrait "psycho-criminologie.com"

   Les faits

   Edmund Kemper est un tueur en série et nécrophile américain qui a assassiné dix personnes, dont ses grands-parents paternels et sa mère. Doté d'un Qi impressionnant, 145, il est aussi le plus grand en taille des tueurs en série (2,06m). Kemper a été surnommé le "Tueur mixte" car la plupart de ses victimes étaient des étudiantes qui étudiaient dans les années 70 dans des établissements dits mixtes.

   Il a assassiné ses grands-parents paternels à l'âge de 15 ans et a été diagnostiqué comme schizophrène paranoïde par des psychiatres de la cour qui l'ont condamné à l'internement à l'Hôpital public d'Atascadero en tant que mineur criminel

   Libéré à l'âge de 21 ans après avoir convaincu les psychiatres qu'il était réhabilité, il a alors ciblé de jeunes autostoppeuses, les a attirées dans son véhicule et les a conduites dans des endroits isolés où il les assassinait avant de ramener leurs cadavres chez lui pour les décapiter, les démembrer et les violer. Il possédait un stock de Polaroids des corps de ses victimes, qu’il regardait souvent en fantasmant. Kemper a ensuite assassiné sa mère et une de ses amies avant de se livrer aux autorités. Il a été condamné à huit peines d'emprisonnement à perpétuité. Depuis lors, il est incarcéré au centre pénitentiaire de Californie. 

 

 

Ed Kemper clarnell stage et edmund emil kemper "psycho-criminologie.com"
Les parents d'Ed Kemper

   Jeunesse

   Edmund Emil Kemper III est né à Burbank, en Californie, le 18 décembre 1948. Il est le second enfant et seul fils du couple formé par Clarnell Elizabeth Stage, (1921-1973) et d'Edmund Emil Kemper II (1919-1985). Son père était un ancien combattant lors de la Seconde Guerre mondiale qui, après la guerre, avait testé des armes nucléaires dans les Pacific Proving Grounds avant de retourner en Californie, où il avait travaillé comme électricien. 
   A sa naissance, Ed Kemper est un beau gros bébé puisqu'il pèse 5.9kg et montre très tôt qu'il sera un grand gaillard. A 4 ans, il dépasse en taille tous ses camarades de classe. Intelligent, il a affiché dès ses premières années de la cruauté envers les animaux. A l'âge de 10 ans, il n'hésite pas à enterrer un chat vivant, puis le décapite une fois qu'il est mort et cloue sa tête. Il remet ça trois ans plus tard, mais se fait prendre lorsque sa mère découvre des morceaux du chat dans le placard, cachés là par la sœur d'Ed, Allyn Lee Kemper (née en 1951).
   Jeune garçon, il se glisse hors de chez lui et, armé de la baïonnette de son père, part chez sa prof de deuxième année pour la regarder à travers la fenêtre. Sa sœur aînée, Susan Hughey Kemper (1943-2014) aime le taquiner et lui demande un jour pourquoi il n'embrasserait pas son professeur. Injonction à laquelle Ed répond "Si je le fais, je devrais d'abord la tuer".

Ed Kemper clarnell stage et susan kemper "psycho-criminologie.com"
Clarnelle Stage Kemper et sa fille, Susan Kemper

   Ed Kemper montre sous d'autres formes ses tendances sadiques en s'en prenant aux poupées de sa sœur cadette auxquelles il retire la tête et les mains. Ses jeux préférés sont "La chambre à gaz" et "La chaise électrique" où il demande à sa sœur cadette de l'attacher et de faire basculer un commutateur imaginaire avant de tomber, effondré au sol, faisant semblant de mourir étouffé ou électrifié. 
   Sa sœur aînée n'est d'ailleurs pas en mal d'acte sadique elle aussi puisqu'elle tente de tuer Ed en le poussant devant un train. Une autre fois, elle le pousse au fond de la piscine et il manque de se noyer.

   Kemper avait des relations aimantes avec son père et a été dévasté lorsque ses parents se sont séparés en 1957. Il se retrouve alors le seul garçon au milieu de femmes puisqu'il est dorénavant élevé par sa mère Clarnell à Helena, dans le Montana. Avec elle, Ed kemper entretient une relation extrêmement dysfonctionnelle. C'est une alcoolique névrosée et dominatrice qui n'hésite pas à le rabaisser, à l’humilier. Clarnell Kemper fait souvent dormir son fils dans un sous-sol qu'elle verrouille parce qu'elle craint qu'il ne fasse de mal à ses sœurs qui se moquaient régulièrement de sa grande taille.

 

Arrestation-ed-kemper-portrait-ado "psycho-criminologie.com"
Edmund Kemper à l'âge de 15 ans

   En effet, à l'âge de 15 ans, il mesure déjà 1,93m.
   Sa mère refuse de le prendre dans ses bras et de lui faire des câlins de peur de "le rendre gay". De plus, il ressemble physiquement à son père, et pour cela, elle dit à son fils qu'elle ne l'aimera jamais.  Kemper dira plus tard d'elle que c'était une "femme en colère et malade" qui souffrait d'un trouble de la personnalité limite.

   À l'âge de 15 ans, Ed s'est enfui de chez lui pour tenter de rejoindre son père à Van Nuys, en Californie. Une fois là-bas, il apprend que celui-ci s'est remarié et qu'il a un beau-fils. Kemper reste quelque temps chez lui jusqu'à ce que son père l'envoie vivre chez ses grands-parents paternels, dans un ranch dans les montagnes de North Fork. Ed Kemper déteste y vivre et décrit son grand-père comme quelqu'un  de "sénile". Quant à sa grand-mère, il la voit comme une castratrice qui les "émasculait constamment, lui et son grand-père".

 

edmund emil kemper I - "psycho-criminologie.com"
Les grands parents d'Ed Kemper

   Les Premiers meurtres

   Le 27 août 1964, la grand-mère d'Ed, Maude Matilda Hughey Kemper (née en 1897), est assise à la table de la cuisine lorsqu'elle se dispute avec son petit-fils. Irrité par la dispute, Ed prend un fusil que son grand-père lui a offert pour la chasse. Il retourne ensuite à la cuisine et tire mortellement dans la tête de sa grand-mère avant de lui tirer deux fois dans le dos, puis la poignarde de plusieurs coups de couteau post-mortem. Lorsque son grand-père, Edmund Emil Kemper (né en 1892), rentre chez lui après avoir fait ses courses, Kemper sort du ranch et l'abat mortellement dans l'allée. Paralysé par son geste, et ne sachant trop quoi faire, il téléphone à sa mère qui l'incite à appeler la police, ce qu'il fait.

   Arrêté quelques minutes plus tard, il déclare aux policiers qu'il "voulait seulement savoir ce que cela faisait de tuer Grand-mère". Il n'a tué son grand-père que parce qu'il ne voulait pas que celui-ci découvre sa femme, morte.  Le psychiatre Donald Lunde explique qu'Ed Kemper, avec ces meurtres, a "à sa manière, vengé le rejet de son père et de sa mère". Il est diagnostiqué comme schizophrène paranoïaque et est envoyé à l'unité psychiatrique de l'hôpital Atascadero.

 
Arrestation-ed-kemper-portrait-1ere arrestation-sheriff "psycho-criminologie.com"

   L'emprisonnement

   À Atascadero, les psychiatres et les travailleurs sociaux qui le suivent sont en désaccord avec les précédents diagnostics. Pour eux, Ed Kemper ne montre «aucune fuite d’idées, aucune ingérence dans la pensée, aucune expression de délires ou d’hallucinations, ni aucune preuve de pensées bizarres» et indiquent qu’il a un QI de 136.  Il est à nouveau diagnostiqué et il lui est trouvé «un trouble de la personnalité, type passif-agressif». Plus tard, il subi un autre test de QI, qui lui donne un résultat plus élevé de 145.

   Ed Kemper se montre un prisonnier modèle et est formé pour administrer des tests psychiatriques à d'autres détenus. L'un de ses psychiatres déclarera par la suite: "C'était un très bon travailleur et ce n'est pas typique d'un sociopathe. Il était vraiment fier de son travail." 
   Kemper devient membre des Jaycees d'Atascadero et déclare qu'il a développé "de nouveaux tests et de nouvelles échelles sur l'inventaire de personnalité multiphasique du Minnesota" ( Le MMPI-2-RF ). Kemper déclarera que sa capacité à comprendre le fonctionnement de ces tests lui a permis de manipuler les psychiatres et d'apprendre des délinquants sexuels auxquels il administre les tests qu'il est préférable de tuer une femme après l'avoir violée pour éviter de laisser des témoins.

 

   La libération

   Le 18 décembre 1969, il a 21 ans, et est libéré sous condition. Contre les recommandations des psychiatres de l'hôpital, il retourne avec sa mère Clarnell - qui s'est remariée et qui a pris le nom de Strandberg, avant de divorcer. Ed Kemper habite au 609 A Ord Street, Aptos, Californie et travaille durant une courte période comme assistant administratif à l'Université de Californie de Santa Cruz. Le 29 novembre 1972, son dossier de mineur tueur est définitivement supprimé. Dans son dernier rapport, son psychiatre de probation note : 

   "Si je devais voir ce patient sans connaître ses antécédents, je penserais que nous avons affaire à un jeune homme très bien adapté, doté d'initiative, d'intelligence et exempt de toute maladie psychiatrique ... À mon avis, il a très bien réagi aux années de traitement et de rééducation et je ne vois aucune raison psychiatrique de le considérer comme un danger pour lui-même, ni pour la société ...  j’estime qu’il est raisonnable d’exclure de manière définitive son registre des mineurs."

   Tout en restant chez sa mère, Ed, surnommé "Big Ed" fréquente un collège communautaire et espère devenir un agent de police, mais il est rejeté en raison de sa taille ( 2,06 m). Malgré cette désillusion, il maintient ses relations avec les policiers de Santa Cruz et boit avec eux au bar Jury Room, qu'ils ont l'habitude de fréquenter. Il occupe plusieurs petits emplois avant de trouver un travail auprès du département des routes d'État de Californie. Pendant ce temps, sa relation avec sa mère Clarnell est  de plus en plus toxique et hostile. 
   La mère et le fils ont souvent des disputes.

 
L'appartement d'Ed Kemper

   Après avoir économisé assez d'argent, Ed Kemper part vivre chez un ami à Alameda, mais se plaint de ne pas pouvoir s'éloigner suffisamment de sa mère qui lui téléphone régulièrement et lui rend des visites surprises. Kemper a souvent des difficultés financières, ce qui l'amène à retourner fréquemment chez Clarnell à Aptos. 

    La même année, il travaille pour le département des routes, et  commence à fréquenter une élève du lycée Turlock âgée de 16 ans avec laquelle il se fiancera plus tard. Au cours de cette année, il est blessé  par une voiture alors qu'il conduit une moto qu'il venait d'acheter. Son bras est grièvement blessé et il reçoit un dédommagement de 15 000 $ lors du procès qu'il intente au conducteur. Il s'achète avec cette somme une Ford Galaxie de 1969, une de celles qui ressemble le plus aux voitures banalisées de la police et qui n’ont que 2 portes. Il remarque qu'un grand nombre de jeunes femmes fait de l’auto-stop.
    Ed commence alors à stocker des sacs en plastique, des couteaux, des couvertures et des menottes dans sa voiture et se met à les prendre en auto-stop, les laissant pour ces fois-là, partir. Plus de 150 femmes passeront dans sa voiture, sans jamais se douter à à quoi elles ont échappé.  C'est à cette même époque qu'Ed Kemper se met à ressentir des pulsions sexuelles homicides, qu'il appelle ses "petits zapples".
    Il établit une liste de critères auxquels devront correspondre ses futures victimes. Le plus important étant qu’elles doivent appartenir à une famille aisée. Il sera déçu d’apprendre lors de son arrestation qu’Alice Liu n’était pas «une fille à papa». Certaines ont échappé à un destin atroce uniquement pour cette raison. Elles sont descendues de la voiture du tueur en série sans qu’il ne leur arrive rien. Sans avoir conscience de leur chance.

   Les Meurtres 

   Entre mai 1972 et avril 1973, Ed Kemper se lance dans une aventure meurtrière qui débute avec deux étudiantes et se termine par le meurtre de sa mère et de son meilleur ami. En 11 mois, il tue cinq étudiantes.

   « Cela m’a toujours étonné qu’elles aient continué à faire de l’auto-stop, même après la découverte des premiers corps. Elles me narguent du fait qu’elles s’octroient le droit d’agir comme bon leur semble. Cela me démontre que la société est aussi tordue que je le pense. C’est quelque chose qui me dérange: elles se sentent en sécurité dans une société où moi je ne le suis pas. » (Ed Kemper)

 
Ed-kemper-Mary Ann Pesce et Anita Luchessa - "psycho-criminologie.com"
Mary Ann Pesce et Anita Luchessa

   Mary Ann Pesce et Anita Luchessa

   Le 7 mai 1972, Ed Kemper conduit en direction de Berkeley lorsqu'il prend Mary Ann Pesce et Anita Mary Luchessa, deux étudiantes de 18 ans en auto-stop dans le but de les conduire jusqu'à l'université de Stanford. Il roule pendant une heure et atteint une zone boisée isolée près d'Alameda,  sans avertir ses passagères qu'il a changé de direction. Il a l'intention de les violer, et menotte Mary Ann Pesce et enferme Anita Luchessa dans le coffre avant de la poignarder et de l'étrangler, puis il tue à son tour Luchessa de la même manière. 

   Ed Kemper met les deux corps dans le coffre de sa Ford Galaxie et rentre à son appartement. Un officier de police l'arrête en route parce qu'il a un feu arrière cassé, mais l'agent le laisse repartir sans remarquer qu'il a deux cadavres dans la voiture.  Le camarade de chambre de Kemper n'étant pas à l'appartement, Ed y emporte les corps. Là, il prend des photos et a des rapports sexuels avec les corps nus avant de les démembrer. Il met ensuite les parties des cadavres dans des sacs en plastique et les abandonne près de la montagne Loma Prieta.  En août, le crâne de Pesce est retrouvé sur le mont Loma Prieta. Une recherche étendue n'a pas permis de retrouver le reste de la dépouille ou la trace du corps de Luchessa.

 

 

Ed Kemper Aiko Koo "psycho-criminologie.com"
Aiko Koo

   Aiko Koo

   Le soir du 14 septembre 1972, Ed Kemper fait monter dans sa voiture Aiko Koo, une étudiante en danse de 15 ans d'origine coréenne et lettone, qui a raté son bus alors qu'elle doit se rendre à son cours de danse.  Comme la fois précédente, il s'arrange pour se rendre dans une région éloignée et  arrivé sur place, il sort du véhicule, mais ne se rend pas compte qu'il a bloqué le mécanisme d'ouverture et il ne peut plus ouvrir la voiture. Koo le laisse rentrer et Kemper, de retour à bord, l'étouffe, la viole et la tue. Il emballe ensuite son corps dans le coffre de sa voiture, et part prendre quelques verres dans un bar voisin avant de retourner avec elle dans son appartement. Là, il a des rapports sexuels avec le cadavre avant de le démembrer et de disposer des restes de la même manière que ses deux précédentes victimes.  

   « Vous vous demandez peut-être ce que l’on ressent à faire l’amour à un cadavre ? Ou quelle impression on éprouve assis sur son divan à regarder deux têtes coupées posées à vos côtés ? La première fois, ça vous rend malade... Pour vous faire partager mon état d’esprit de l’époque, que croyez-vous que je pense lorsque je croise une jolie fille dans la rue ? Une partie de moi se dit : ’Quelle chouette nana. J’aimerais lui parler et sortir avec elle’. Et l’autre moitié de moi pense : ’Je me demande à quoi ressemblerait sa tête, enfoncée sur un pieu’ » (Ed Kemper)

 
Cindy Schall
Cindy Schall

   Cindy Schall

   Le 7 janvier 1973, Ed Kemper décide de rentrer chez sa mère. Il conduit le long du campus du Cabrillo College lorsqu'il rencontre Cynthia Ann Schall, une étudiante de 18 ans. A nouveau, il se rend dans une zone boisée et lui tire dessus avec un pistolet de calibre .22. Il place ensuite son corps dans le coffre de sa voiture et se rend chez sa mère où il garde son corps caché dans un placard de sa chambre pendant la nuit. Lorsque sa mère part au travail le lendemain matin, il a eu une relation sexuelle avec le cadavre, avant de le démembrer et de le décapiter dans la baignoire de sa mère. 

   Kemper garde la tête coupée de Schall pendant plusieurs jours, se livrant régulièrement à des fellations, avant de l'enfouir dans le jardin qui fait face à sa chambre.  Il jette les restes en les jetant d’une falaise.  Au cours des semaines qui suivent, à l'exception de la tête et de la main droite de Schall, les restes sont découverts et "assemblées comme un puzzle macabre". La police et un pathologiste déterminent qu'elle a été battue à mort, puis coupée en morceaux avec une scie électrique.

 
Ed Kemper Rosalind Thorpe et Allison Liu "psycho-criminologie.com"
Rosalind Thorpe et Allison Liu

   Rosalind Thorpe et Allison Liu

    Le 5 février 1973, après une dispute houleuse avec sa mère, Ed Kemper quitte le domicile à la recherche de victimes potentielles. Avec la suspicion accrue d'un tueur en série sévissant dans le coin, les autorités conseillent aux étudiants de ne monter que dans des véhicules portant le logo de l'université de Santa Cruz. Un logo que possède Ed Kemper grâce à sa mère qui y travaille.
    Ed prend en auto-stop Rosalind Heather Thorpe, âgée de 23 ans, et Alice Helen "Allison" Liu, âgée de 20 ans, sur le campus de l'UCSC. Selon Kemper, Thorpe est entrée en premier dans sa voiture, ce qui a rassuré Liu qui a fini par entrer également. Il a ensuite tiré sur Thorpe et Liu avec son pistolet de calibre .22 et enveloppé leurs corps dans des couvertures. 

   Ed Kemper ramène à nouveau ses victimes chez sa mère. Cette fois, il les décapite dans sa voiture et transporte les cadavres sans tête dans la maison afin d'avoir des rapports sexuels avec eux. Il démembre ensuite les corps, enlève les balles pour éviter toute identification et, le lendemain matin, se débarrasse de leurs restes. Certains morceaux sont retrouvés à Eden Canyon une semaine plus tard et d'autres près de la route 1 en mars. 

 

 

Ed Kemper mother clarnell stage "psycho-criminologie.com"

   Clarnell Strandberg et Sally Hallett

   Le 20 avril 1973, après son retour d'une fête, Clarnell Strandberg, 52 ans est assise dans son lit en train de lire un livre, quand elle remarque qu'Ed est entrée dans sa chambre : "Je suppose que tu veux t'asseoir et parler ." Son fils lui répond  "Non, bonne nuit !". Il a attend qu'elle s'endorme et  revient la matraquer avec un marteau-griffe, et pour lui trancher la gorge avec un couteau. Il l'a décapite ensuite et s'engage dans une fellation avec sa tête coupée avant de la planter avec des fléchettes. Ed Kemper déclarera plus tard qu'il "avait mis sa tête sur une étagère et lui avait crié dessus pendant une heure", avant de finalement, "lui  fracasser le visage". Il lui découpe ensuite la langue et le larynx et les met à la poubelle et dans l'évier.  "Cela semblait approprié", déclarera-t-il plus tard.

   Ed Kemper cache le cadavre de sa mère dans un placard et sort boire. À son retour, il invite la meilleure amie de celle-ci, Sara Taylor "Sally" Hallett, âgée de 59 ans, à la maison pour un dîner et regarder un film. Lorsque Hallett arrive, Kemper l'étrangle à mort, la décapite et passe la nuit avec son cadavre. Il range ensuite le corps dans un placard et laisse ce message à la police :

   "A approximativement 5h15 Samedi. Elle n'a plus besoin de souffrir de la part de cet horrible  Boucher meurtrier". C'était rapide - comme je l'ai voulu. Pas bâclée mais incomplète, messieurs. Juste un "manque de temps. J'ai des choses à faire !!!"  (Ed Kemper)

 
Ed Kemper le corps de sa mère emmené par la police- "psycho-criminologie.com"
le corps de sa mère emmené par la police

   Ed Kemper quitte les lieux en se rendant sans escale à Pueblo, dans le Colorado.

    N'ayant entendu aucune nouvelle à la radio, trente heures plus tard, sur les meurtres de sa mère et de Hallett, il trouve une cabine téléphonique et appelle la police pour avouer les meurtres, mais la police ne prend pas son appel au sérieux et lui dit de rappeler plus tard.  Quelques heures après, Kemper appelle de nouveau pour demander à parler à un officier qu'il connait personnellement. Kemper lui fait savoir alors qu'il a tué sa mère et l'amie de celle-ci et qu'il attend l'arrivée de la police.
   Arrêté, il reconnaît durant sa garde à vue, le meurtre des six étudiantes. Quand on lui demande pourquoi il s'est rendu, Kemper déclare: "Le but initial avait disparu. Ça ne servait aucun but physique, réel ou émotionnel. Ce n'était qu'une pure perte de temps ...  Vers la fin, je commençais à ressentir la folie de toute cette fichue chose et, au point d’être presque épuisé, au bord de l’effondrement, j’ai juste décidé d'en finir" .

 
Edmund-Emil-Kemper-proces "psycho-criminologie.com"

   Le Procès

   Ed Kemper est inculpé de sept chefs d'accusation de meurtre au premier degré le 7 mai 1973. Son avocat Jim Jackson est nommé procureur en chef du comté de Santa Cruz. En raison des aveux explicites et détaillés de Kemper, le seul choix de son avocat est de plaider non coupable pour cause d'aliénation mentale.
   Kemper tente à deux reprises de se suicider en détention.
   Son procès débute le 23 octobre 1973.

   Trois psychiatres sont nommés par le tribunal et tous concluent qu'Ed est légalement sain d'esprit. Le Dr Joel Fort, l'un des psychiatres, enquête sur son dossier de mineur et sur le diagnostic de psychotique. Fort interroge Kemper, y compris sous sérum de vérité, et indique à la cour que Kemper s'est livré à du cannibalisme, alléguant qu'il a coupé la chair des jambes de ses victimes, puis a cuit et consommé ces morceaux de chair dans une cocotte-minute.
   Néanmoins, Fort détermine que Kemper était parfaitement sain d'esprit au moment des meurtres. 

 

Ed Kemper les effets des victimes 2- "psycho-criminologie.com"
Ed Kemper avec la police dans le jardin de sa grand-mère

   La Californie utilise la norme M'Naghten qui stipule que pour qu'un défendeur «établisse une défense pour cause d'aliénation mentale, il doit être clairement prouvé qu'au moment où l'acte a été commis, la partie accusée souffrait d'un tel défaut de raison, et ne connaissait pas la nature et la qualité de l'acte qu'il faisait ; ou s'il le savait, il ne savait pas que ce qu'il faisait était répréhensible."
Il semble qu'Ed Kemper savait parfaitement que la nature de ses actes était répréhensible et qu'il a montré des signes de préméditation.
   Le 1er novembre, il prend la parole durant son procès. Il reconnait qu'il a tué les victimes parce qu'il les désirait «pour moi, comme des biens» , et tente de convaincre le jury qu'il était fou, se fondant sur le raisonnement selon lequel ses actes ne pouvaient avoir été commis que par une personne anormale. Il fait savoir alors que deux êtres habitaient son corps et que, lorsque la personnalité du tueur prenait le pouvoir, c'était "un peu comme un noircissement de son âme". 

   Le 8 novembre 1973, le jury composé de six personnes et de six femmes se réunit pendant cinq heures avant de déclarer Kemper sain d'esprit et coupable pour tous les chefs d'accusation. A la suite d'un moratoire sur la peine capitale imposé par la Cour suprême, il écope de sept peines d'emprisonnement pour chacun des chefs d'accusation et est condamné à se rendre à la California Medical Facility. 

 

Ed-kemper-cellule "psycho-criminologie.com"
Ed Kemper dans sa cellule

   La prison

   Au centre médical de Californie, Kemper est incarcéré dans le même bloc de prison que d’autres criminels notoires tels que Herbert Mullin et Charles Manson.
   Kemper montre un dédain particulier pour
Mullin, qui a commis ses meurtres au même moment que lui à Santa Cruz. Il le décrit comme "un tueur de sang-froid… tuant tout le monde sans raison valable."  

   Ed Kemper fait aujourd'hui toujours partie de la population carcérale et est considéré comme un prisonnier modèle. Il est chargé de fixer les rendez-vous des autres détenus avec des psychiatres et fabrique des tasses en céramique. En 1987, il était le coordonnateur du programme de lecture pour aveugle de la prison et a personnellement fait plus de 5 000 heures d'enregistrement de livres audio. Il a cessé ce travail en 2015 après avoir subi un accident vasculaire cérébral et a été déclaré handicapé. 

 

Edmund-Emil-Kemper-3 "psycho-criminologie.com"

 

   Durant son incarcération, Ed Kemper a participé à plusieurs interviews. Ses entretiens sont remarquables pour leur contribution à la compréhension de l’esprit des tueurs en série. Le profileur du FBI, John Douglas, a décrit Kemper comme "l'un des plus brillants" détenus qu'il ait jamais interrogés. Il a également mené une interview avec l'écrivain français Stéphane Bourgoin en 1991 que vous pouvez retrouver ci-dessous.

 

Ed Kemper aujourdhui "psycho-criminologie.com"

   Kemper a été admissible à la libération conditionnelle pour la première fois en 1979 qui lui fut refusée tout comme celles de 1980, 1981 et 1982. Il a par la suite renoncé à son droit à l'audience en 1985 et lors de celle de 1988, a fait savoir que : "la société n’est pas prête pour moi. Je ne peux pas leur en vouloir."  Une nouvelle fois, la libération conditionnelle lui a été refusée en 1991 et en 1994. Il a ensuite renoncé à son droit à une audience en 1997, en 2002. Celle de 2007 lui a été refusée.  Kemper a renoncé à son droit à une audience en 2012.  En 2017,  il a de nouveau renoncé à son droit de plaider et sera éligible pour la prochaine en 2024.

 

Media :
- On peut retrouver le personnage d'Ed Kemper dans la série télé "Mindhunter"

 

Livres :

Prix : 6.49€ (ebook)

 

 

©Toute reproduction du texte interdite

 

 

___________________________________

interview d'Ed Kemper par Stéphane Bourgoin - "psycho-criminologie.com"

Sources :
- McComb, Virginia Mary; Kemper, Willis M. (1999). Genealogy of the Kemper Family in the United States. G.K. Hazlett & Company, Printers. p. 126.
- https://en.wikipedia.org/wiki/Edmund_Kemper
- Newton, Michael. (2000) The Encyclopedia of Serial Killers. New York: Checkmark Books
- Mclead, M. (2000) Edmund Kemper III Meet Edmund, The Crime Library
- Sandy Crump, Shae Dunavant, Ashley Carle, A.J. Smith, Samantha Layne, Department of Psychology- Radford University

 

le meilleur site de psycho-criminologie, le meilleur site de criminologie, les meilleurs sites de criminologie

Commenter cet article