Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

"Stephen Griffits, le tueur cannibale à l'arbalète" "www.psycho-criminologie.com"

 

 

Nombre de victimes :   3, peut-être 5
Type de victimes :  jeunes femmes blanches  prostituées
Période :  22 juin 2009 - 2010
Surnom : Le tueur à l'arbalète - Le cannibale à l'arbalète
Nom : Stephen Shaun Griffiths
Date de naissance : 24 décembre 1969  
Lieu de naissance : Dewsbury, (Yorshire de l'ouest, Angleterre)
Taille : Non connue
Poids :  Non connu
Sexualité :  Hétérosexuel
Mariage :  Non
Enfants : 1
Parents :  Père, Stephen - Mère, Moira, réceptionniste - 1 frère et 1 sœur aînés 
Niveau d'études : Doctorat 
QI :  non connu, mais supérieur
Diagnostic : Psychopathe schizoïde, trouble de la personnalité narcissique 
Condamnation : Prison à vie sans libération conditionnelle
Type de tueur : tueur de type organisé - Cannibale
Type d'armes utilisées : Couteau, arbalète  
Modus Operandi : Fréquentait les rues chaudes du quartier de Bradford et attirait
les prostituées jusqu'à son domicile où il les tuait avec son arbalète, avant de démembrer
leur corps et de les jeter dans la rivière.

Totem : Aucun  

 ___________

 

   Les faits :

    L'Angleterre se pose des questions. Qui, en 2009 vient de tuer Susan Rushwood ? La réponse trouvera sa réponse l'année suivante avec l'arrestation de Stephen Griffiths, 40 ans, tueur en série, solitaire, cultivé, étudiant en doctorat de criminologie qui aura assassiné trois femmes avec... une arbalète.

"Stephen Griffiths, le tueur à l'arbalète, jeune" - "www.psycho-criminologie.com"

Stephen Griffiths, jeune

   L'enfance, l'Université

    Stephen Shaun Griffiths nait la veille du jour de noël en l'année 1969, et si cette journée doit être synonyme de bonheur et de bonheur familial, il n'en sera rien dans la famille de Stephen
    Ses parents se séparent quand il est jeune et Stephen (qui porte le même prénom que son père) part vivre à Wakefield avec sa mère Moira et son frère et sa sœur aînés. Il ne reverra d'ailleurs son père que lorsqu'il sera arrêté pour meurtre.

"Stephen Griffiths, jeune" - "www.psycho-criminologie.com"

Stephen Griffiths, jeune


    Sa mère Moira, est réceptionniste et se sacrifie pour offrir à son fils chéri de belles études. Ce sera chose faite quand Stephen intègrera pour 9000£ par an le lycée Queen Elizabeth (lycée qu'a également fréquenté le tueur en série John George Haigh, le tueur aux bains d'acide). On imagine que de savoir cela a fait une forte impression à Stephen Griffiths et va contribuer à le guider sur sa future voie meurtrière.
    A l'école, Stephen Griffiths n'avait pas vraiment d'amis et préférait s'isoler très souvent des autres, mais chacun reconnait qu'il était un gros bosseur. Griffiths demeure à la Queen Elizabeth Grammar School trois ans, jusqu'à ses 17 ans. C'est l'année où il commet son premier acte criminel. Il va, en effet, à l'aide d'un couteau s'en prendre à un directeur de supermarché et va écoper pour cela trois ans de prison.

 

"Stephen Griffiths, étudiant" - "www.psycho-criminologie.com"

Stephen Griffiths, étudiant

   Prison

    Pendant sa détention, il déclare vouloir devenir un meurtrier. Cette assertion alerte bien évidemment les psychiatres qui détectent en lui un tueur en série potentiel. "Il est désespérément avide de gloire", remarquent-ils. Griffiths finit par sortir. Du côté de ses fréquentations, il se lie avec Kathy Bolton, une amie d'enfance avec qui il va avoir un enfant.
Elle dépeindra Stephen Griffiths dans des termes peu flatteurs : violent, manipulateur et fera savoir plus tard à la police qu'il l'a harcelée longtemps après leur séparation en 1998. C'est cette séparation, et le fait que son ego soit touché au plus profond, qui va conduire Griffiths au meurtre.

Stephen Griffiths et Kathy Bolton "www.psycho-criminologie.com"

Stephen Griffiths et Kathy Bolton


    Il commence alors à se droguer : à l'héroïne et à la cocaïne, et connait plusieurs dépressions qui le conduise en hôpital psychiatrique, puis en ressort sans traitement ni suivi. 
Plus tard, il va être condamné à deux ans de prison pour avoir brandi un couteau à la gorge d'une fille, mais sera quand même autorisé à étudier à l'Université de Leeds.

"Stephen Griffiths" - "www.psycho-criminologie.com"

Stephen Griffiths

   La psychologie et le doctorat

   Il obtient quelques années plus tard, son diplôme en psychologie ce qui lui permet d'étudier la criminologie à l'université de Bradford en 2009 dans le but d'obtenir un doctorat. Il faut dire que son intérêt pour les Tueurs en série ne fait que s'accroitre au fil des années jusqu'à devenir obsessionnel. Sa passion, ce sont les homicides du XIXème siècle, surtout les meurtres commis par Jack L'éventreur et il commence une thèse qu'il va intitulée "Les techniques victoriennes comparées aux méthodes d'investigation modernes". Il s'intéresse aussi beaucoup au violeur du Yorshire, Peter Sutcliffe, également originaire de Bradford et au tueur de prostituées d'Ipswich, Steve Wright. Pendant de nombreuses années, Stephen Griffiths va étudier l'esprit troublé des tueurs en série, des terroristes et des criminels de guerre les plus infâmes.

"Les armes de Stephen Griffiths" - "www.psycho-criminologie.com"

 

   Les réseaux sociaux

    Quand il n'étudie pas, Stephen Griffiths passe la plupart de son temps sur internet selon ses voisins qui le croisent très peu. En effet, sur la toile, Griffiths se fait connaitre sous le pseudonyme "Ven Pariah" et surfe souvent sur des sites en relation avec la thématique des Tueurs en série. Sur le net, il développe une personnalité jugée extravagante, se décrivant comme quelqu'un de "misanthrope qui apporte la haine au paradis". Il apparait sur une photographie où il pose la poitrine à nue et cite la Bible et le psaume 25:17 d'Ezéchiel : "Le chemin du juste est assailli de tous côtés". Cette citation, il l'a vu dans le film Pulp Fiction de Quentin Tarantino et a décidé de l'utiliser. Sur son compte MySpace, il met en message : "L'humanité n'est pas seulement une condition biologique, c'est aussi un état d'esprit. Sur cette base, je suis au mieux un pseudo humain, au pire un démon."
   Son mur de photos sur son MySpace comptent de nombreux visuels de criminels, de terroristes et d'arbalètes. Ses goûts musicaux ou cinématographiques sont plutôt «éclectique». Il aime aussi bien Nirvana que les Beatles ou Alanis Morissette. Parmi ses contacts MySpace figurent par ailleurs essentiellement des femmes.

 

   Les meurtres de Bradford

    Cela fait deux ans que la police surveille Stephen Griffiths chez qui elle a déjà saisi des armes de chasse et trouve des livres sur le démembrement. En effet, ses propos sur les réseaux sociaux ont attirés l'attention de la justice. La police alerte également l'association qui possède son logement. L'association fait alors équiper l'immeuble d'un système de surveillance en prévision d'un incident.
    L'homme ne passe pas inaperçu dans les rues du quartier chaud de la ville qu'il fréquente. Il est accro aux prostituées et se promène en étant vêtu d'un manteau de cuir, d'un pantalon, de bottes noires, été comme hiver, des lunettes sur le nez.
    Stephen Griffiths a aussi une autre particularité. Il possède deux gros lézards carnivores, d'environ un mètre de long, qu'il aime promener en laisse dans le quartier. Ce qui lui vaut le surnom de «Lizard man» (l'homme lézard). Selon l'une de ses voisines, il possédait aussi chez lui une énorme boîte en carton où il élevait des rats pour nourrir ses bêtes. Sur les murs de son studio : des dizaines de photos de serial killers et, un peu partout dans la pièce, des tas de livres sur le sujet. «La pièce était lugubre», résumera cette voisine au Sun.

Victimes de Stephen Shaun Griffiths

 

    Ses victimes seront Susan Rushwood, 43 ans, qui disparait le 22 juin 2009 suivie de Shelley Armitage, 31 ans, le 26 avril 2010. Un mois plus tard, c'est Suzanne Blamires, 36 ans qui s'évapore le 21 mai. Ces femmes sont toutes des prostituées et travaillent à Bradford.
    Sur des images de vidéosurveillances, on le voit poursuivre Suzanne Blamires dans le couloir de son hall d'immeuble avant de lui planter une flèche dans la tête. On le voit ensuite repasser devant la caméra quelques heures plus tard, les bras chargés de plusieurs sacs poubelles et brandir son arbalète et adresser un doigt d'honneur à la caméra.

Le meurtre filmé de Suzanne Blamirès


    Les images montrent encore comment une autre proie est passée à deux doigts du même destin funeste. Dans l'heure qui a suivi la mort de Suzanne Blamires, Griffiths a failli convaincre une droguée en sevrage de lui acheter de la drogue et de le rejoindre dans son appartement.
    La jeune femme, finalement refuse d'entrer, ce qui lui vaudra la vie sauve.
    La police est alors avertie par l'employé chargé de vérifier les enregistrements des caméras le lundi suivant. Quand les agents arrivent, ils trouvent Griffiths tranquillement installé chez lui et qui semble les attendre. 
    Le 25 mai, des membres du corps de Suzanne sont retrouvés dans la rivière Aire à Shipley, près de Bradford. La police mettra la main sur d'autres tissus humains dans la même rivière, qui appartiennent à Shelley Armitage.

Stephen Griffiths

 

    L'arrestation

    Stephen Shaun Griffiths, 40 ans, est arrêté le 24 mai et est accusé, lors d'une comparution devant le tribunal de la Couronne le lendemain après-midi d'avoir tué les trois femmes, mais laissera entendre qu'il en a tué en fait cinq. Griffiths ne daigne ensuite ouvrir la bouche que pour dire  : «Je suis le cannibale à l'arbalète». Il fait en effet savoir qu'il a mangé certaines parties du corps de ses victimes. Ces assertions ne pourront être vérifiées, mais du sang sera retrouvé dans son appartement.
    Il est placé alors en détention provisoire jusqu'à sa prochaine comparution qui a lieu par vidéo le 7 juin depuis la prison de Wakefield où la date de son procès, le 16 novembre 2010 est fixée. Griffiths décide de faire appel au cabinet d'avocats, Lum & Macgill qui avait également défendu le tueur en série, Peter Suttcliffe, trente ans auparavant, pour le défendre.

   Le 21 décembre 2010, il est reconnu coupable des trois meurtres devant le tribunal de Leeds. En costume gris, l'accusé répond d'une voix calme "coupable" pour chacun des chefs d'inculpation énoncés au tribunal, avant de s'asseoir tête baissée. Le juge Openshaw le condamne alors à la réclusion à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle.

 

"Lieu de découverte des corps des victimes de Stephen Shaun Griffiths" - "www.psycho-criminologie.com"

Lieu de découverte des corps des victimes de Stephen Shaun Griffiths


   La prison

    Stephen Griffiths va tenter de se suicider à plusieurs reprises et va entamer une grève de la faim qui va durer 2 mois au cours de laquelle il refuse tout contact avec d'autres personnes.

"Stephen Shaun Griffiths" - "www.psychologie.com"

 

    Sémiologie

     Stephen Griffiths a été expertisé par le psychiatre Cullen. Celui-ci pense que le tueur est passé à l'acte à la suite de sa rupture avec Katy Bolton en 1998. Kathy parvenait par sa présence a maintenir les pulsions de Griffiths. Selon le psychiatre, le fait d'avoir un diplôme tel que le doctorat en criminologie lui permettait d'étudier les détails complexes des meurtres et donc de se rapprocher de ses idoles tout en étant "couvert" par la "sanction académique formelle" qu'est le diplôme.
    Griffiths a fini par franchir la ligne passant d'étudiant à pratiquant. Cullen pense que le tueur a pu considérer le meurtre comme étant une forme expérimentale de son travail de doctorant. La soif de notoriété et le fait de pouvoir rejoindre ses idoles a déclenché chez lui le plaisir ultime de l'élève devenant acteur et en quelque sorte "professeur".
     L'appartement du tueur contenait des centaines de livres sur Sutcliffe, sur les assassins des Maures, sur Jack l'éventreur et sur d'autres tueurs.

 

 

 

__________________

LIVRES (en anglais)

Prix : 9.36€ (Broché) - 4.49€ (epub, mobi)

_____________

Sources :
- https://en.wikipedia.org/wiki/Bradford_murders#Conviction_of_Stephen_Griffiths
- https://murderpedia.org/male.G/g/griffiths-stephen.htm
- https://www.lefigaro.fr/international/2010/06/07/01003-20100607ARTFIG00643-stephen-griffiths-le-cannibale-a-l-arbalete.php
- https://www.parismatch.com/Actu/International/Stephen-Griffiths-tueur-en-serie-Yorkshire-eventreur-151169
- https://www.7sur7.be/monde/le-dernier-meurtre-du-cannibale-a-l-arbalete-filme~a8ce8e02/
- https://www.dailymail.co.uk/femail/article-8047659/Stephen-Griffiths-turned-serial-killer-rejection-girl-damaged-fragile-ego.html

Commenter cet article