Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

Publié le par Criminologie
Publié dans : #2020, #Actualités, #Salon de provence, #Crime, #Cannibalisme, #Meurtre
Photo d'illustration

 

Un homme de 36 ans, souffrant de problèmes psychologiques, aurait tué et démembré sa mère. La police le soupçonne  d'avoir eu des idées cannibales.

 

 Dans la nuit de samedi à dimanche, un homme de 36 ans résidant à Salon-de-Provence, dans les Bouches-du-Rhône, a été interpellé à son domicile, relate La Provence.

L'homme est soupçonné d'avoir tué et démembré sa mère et aurait même, selon les premières constatations des enquêteurs, pu vouloir en ingérer des morceaux. Le trentenaire, qui souffre de problèmes psychiatriques, a reconnu les faits et a été placé en garde à vue.

Les pompiers avaient été appelés par des proches de la mère de cet homme, inquiets de ne plus avoir nouvelles d'elle depuis plusieurs jours. Vers 1h30 ce dimanche 16 février, ces derniers appellent la police, car le fils de l'habitante de 57 ans refuse de leur ouvrir. Il cède finalement après une phase de négociation. Les forces de l'ordre entrent alors dans l'appartement, qui s'avère être le théâtre d'une macabre scène de crime.

Le corps de la quinquagénaire a été retrouvé découpé, et placé dans des sachets plastiques entreposés dans plusieurs zones du logement, dont le frigo, le four et le congélateur. Ce qui laisse penser que l'homme aurait pu vouloir manger leur contenu, souligne La Provence, s'appuyant sur des déclarations du parquet d'Aix-en-Provence, qui a ouvert une enquête pour « assassinat ». Des analyses ont été menées afin de déterminer le contenu de l'estomac du suspect et l'autopsie pratiquée lundi « n'a pas permis de dire de quelle façon la victime a été tuée », ni la date exacte de sa mort durant le week-end.

« Déjà condamné pour usage de stupéfiants et appels téléphoniques malveillants », l'homme interpellé dimanche « aurait déjà séjourné dans des hôpitaux psychiatriques », a souligné le procureur d'Aix-en-Provence. Depuis sa dernière hospitalisation il vivait chez sa mère à Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhône).

L'homme doit également faire l'objet d'une expertise psychiatrique afin de déterminer s'il peut faire être placé ou non en détention.

 

___________________________

Commenter cet article