Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

 

Cette échelle a été développée par Smith & Frieze en 2003 pour comprendre la nature empathique de l’observateur envers la victime de viol.
Il s’agit d’un total de 18 items cotés sur l’échelle de Linkert à 7 points allant de  » fortement en désaccord  » à  » fortement en accord.
Certains items utilisés ont été tirés du RES (Rape Empathy Scale, Dietz et al.,1982)
Le test mesure l’empathie pendant et après le viol, de sorte que des scores d’empathie élevés signifient une grande empathie pour la victime. L’échelle est conçue de manière à être neutre sur le plan du genre, afin de pouvoir mesurer l’empathie des hommes et des femmes victimes et auteurs de violence.

 

 

 

Intitulé

 

Quotation

 

1-

 

Je trouve facile de prendre le point de vue d’une victime de viol.

 1 2 3 4 5 6 7
2-

 

Je peux imaginer ce que ressent une victime pendant un viol.

 1 2 3 4 5 6 7
3-

 

Je m’implique vraiment dans les sentiments d’une victime de viol dans un film.

 1 2 3 4 5 6 7
4-

 

Je peux comprendre à quel point une victime de viol peut se sentir impuissante.

 1 2 3 4 5 6 7
5-

 

Je peux sentir l’humiliation d’une personne d’être forcée d’avoir des rapports sexuels contre sa volonté.

 1 2 3 4 5 6 7
6-

 

Entendre parler de quelqu’un qui a été violé me fait sentir combien cette personne est bouleversée.

 1 2 3 4 5 6 7
7-

 

Il n’est pas difficile de comprendre les sentiments d’une personne qui est forcée d’avoir des relations sexuelles.

 1 2 3 4 5 6 7
8-

 

Je peux comprendre la honte et l’humiliation qu’une victime de viol ressent lors d’un procès pour prouver son viol.

 1 2 3 4 5 6 7
9-

 

Je sais que si je parlais à quelqu’un qui a été violé, je serais bouleversé.

 1 2 3 4 5 6 7
10-

 

J’imagine le traumatisme émotionnel qu’une victime de viol pourrait ressentir si le procès du viol était rendu public dans la presse.

 1 2 3 4 5 6 7
11-

 

J’imagine le courage qu’il faut pour accuser une personne de viol devant un tribunal.

 1 2 3 4 5 6 7
12-

 

Je peux comprendre pourquoi une victime de viol se sent mal pendant longtemps.

 1 2 3 4 5 6 7
13-

 

J’imagine la colère qu’une personne ressent après avoir été violée.

 1 2 3 4 5 6 7
14-

 

J’ai du mal à savoir ce qui se passe dans la tête d’une victime de viol.

 1 2 3 4 5 6 7
15-

 

Je ne comprends pas comment une personne violée peut être bouleversée.

 1 2 3 4 5 6 7
16-

 

Je ne comprends pas comment quelqu’un qui a été violé peut blâmer son partenaire et ne pas prendre une partie de la responsabilité.

 1 2 3 4 5 6 7
17-

 

Je peux voir comment quelqu’un qui a été violé serait bouleversé lors de son procès pour viol

 1 2 3 4 5 6 7
18-

 

Je peux sentir le tourment émotionnel qu’une victime de viol subit lorsqu’elle a affaire avec la police.

 1 2 3 4 5 6 7

 

Commenter cet article

Caroline 17/03/2020 13:53

Bonjour,

Je vous remercie grandement de votre réponse.

Je me pose cependant de nouvelles questions :
Savez vous par qui a été traduite cette échelle ?
Et savez vous si elle déjà été utilisée dans une recherche menée en France ?

AU DETOUR D'UN LIVRE-LITTERATURE 17/03/2020 17:44

Bonjour,
Non, à vos deux questions. Certains items ont été utilisé pour ce que j'en ai vu, mais je n'ai pas regardé toutes les recherches faites en ce sens. En même temps, en France, la psychologie des victimes est peu présente encore comparé au Canada. Il faudrait plus, je pense, se tourner vers les universités du Québec (certaines mettent leurs recherches en ligne) ou rechercher dans les thèses publiées ou les bases de données des revues accessibles si vous avez un compte à la bibliothèque de votre fac (ex : psycArticles ; PsyInfo ; Pubmed ; Science Direct, etc..)

Caroline 13/03/2020 13:41

Bonjour,

Etudiante en psychologie, je souhaitais utiliser la RVES pour l'une de mes recherches.
Je souhaitais donc savoir : la traduction de cette échelle a-t-elle été validée scientifiquement ?

Cordialement,

Caroline

AU DETOUR D'UN LIVRE-LITTERATURE 13/03/2020 14:32

Bonjour,

A ma connaissance, cette échelle est plus spécifiquement utilisée aux USA et Canada (ex d'une recherche l'utilisant : https://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/1077801215610864?journalCode=vawa).
Voici ici le pdf reprenant l'échelle traduite et les items d'origine : http://psychocriminologie.free.fr/wp-content/uploads/%C3%89chelle-dempathie-pour-les-victimes-de-viol-RVES-1.pdf
l'article originel de la publication par Smith et Frieze de leur échelle : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/j.1559-1816.2003.tb01907.x
Vous devez vérifier à ce que :
- L'équivalence des contenus de chaque item de votre outil clinique est pertinent dans la culture où son utilisation est envisagée.
- L'équivalence sémantique doit être équivalente d'une langue à l'autre, après traduction, en référence à l'outil d'origine.
- vous devez vous assurer que les résultats obtenus d'une culture à l'autre ne sont pas affectés par des variables liées aux méthodes. (ex : dissonance entre culture européenne et culture asiatique)
- que l'outil peut être évalué avec la même construction théorique d'une culture à une autre.
Cette échelle si vous l'utilisez en France regroupe tous ces critères. Pour une étude ou un devoir, vous pouvez donc l'utiliser en notant les concepteurs d'origine, en mettant les items d'origines, et la traduction qui en est faite ou que vous en ferez.