Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

Publié le par Criminologie
Publié dans : #Jeffrey Epstein, #France, #Agenda, #Carnet noir, #Actualités, #News

 

Le multimillionnaire dont le suicide a fait le tour du monde et qui interroge sur la teneur de son décès a remué jusque dans la sphère politique française. Marlène Schiappa a demandé qu'une enquête soit ouverte après que l'association Innocence lui ait signalé que Jeffrey Epstein aurait commis des actes sexuels répréhensibles sur le territoire français.
Tant qu'il n'y a cependant pas de plainte, une instruction ne peut être ouverte, Jeffrey Epstein étant mort. Seuls peuvent être inquiétés ceux qui l'aidaient à faire son trafic de massage sexuel et parmi eux, un nom revient qui figure dans le carnet noir d'Epstein : le français et directeur d'une agence de mannequins, Jean-Luc B.
Ce n'est pas le seul nom figurant dans l'agenda de celui qui avait en France plusieurs résidences, dont une à Nice, à Biarritz et avenue Foch à Paris. En effet, une quarantaine de noms de personnalités, d'aristocrates, jet-setteurs, tradeurs, directeurs d'entreprise internet, et d'autres y figurent. Aux côtés de ces noms, on peut y trouver ceux des masseuses sexuelles recrutées par Epstein et son équipe, dont Ghislaine Maxwell qui se cache depuis son procès avec l'une de ces masseuses, Vanessa Giufre, en 2015.
Mais le nom qui intéresse le plus les sphères de la justice française est celui de Jean-Luc B., directeur des agences  MC2 et Karin Models dont se serait servi Epstein pour recruter ses futures proies, dixit le Parisien. Une autre agence que fréquente B., Next Model est elle aussi dans le viseur.
Une des masseuses recrutées raconte concernant Epstein « Oui, il était très porté sur les jeunes filles et ne s’en cachait pas », reconnaît Suzan qui témoigne dans Le Parisien. « Mais c’était pour des massages, défend-elle. Elles prenaient 200 ou 300 $ de l’heure et c’était tout. » Elle rajoute plus loin avoir passé des vacances dans l'une des propriétés d'Epstein, celle de Palm Beach (Floride) et n'y a rien noté de répréhensible. Mais elle reconnait « Après, je ne sais pas ce qu’il faisait quand j’étais partie… ».

Dans ce carnet noir, on peut trouver également différents palaces, restaurants où le multimillionnaire avait ses habitudes. Epstein aimait la France et s'y rendait souvent. C'est d'ailleurs au retour d'un de ses voyages qu'il s'est fait arrêté à New York, le 6 juillet 2019. Peut-être venait-il y visiter la sœur aînée de Ghislaine Maxwell qui habite d'ailleurs en banlieue parisienne.
Mais alors qu'hier, tout le monde aimait se montrer avec Jeffrey Epstein, aujourd'hui tout le monde dans la sphère française et américaine semble être frappé d'amnésie, ne se rappelant pas de lui ou de l'avoir côtoyé... sinon de très loin.
Mais après tout, qui voudrait se rappeler d'un homme qui rappelait au journaliste James B. Stewart qui l'interviewait  que "criminaliser les rapports sexuels avec des adolescentes est une aberration culturelle" ?  

 

 

_____________________________________

Commenter cet article