Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

Peter dupas arrestation psycho-criminologie.com

 

Nombre de victimes :  3, mais probablement 6 - 16 victimes d’agressions sexuelles
Type de victimes : femmes (19 à 58 ans) 
Période :  25/07/1974 - 19/04/1999
Surnom :
Nom :  Peter Norris Dupas  
Date de naissance : 6 juillet 1953 
Lieu de naissance :  Sydney (Nouvelles Galles du sud, Australie) 
 
Sexualité : Hétérosexuel 
Mariage :  Grace McConnell (1987/1990)
Enfants : Non
Parents :  2 frères 
Niveau d'études :  Lycée
QI : Non connu
Taille : Non connu
Type de tueur : Organisé avec motif sexuel - sadique 
Diagnostic : psychopathe 
Modus operandi :  Préparait ses meurtres en repérant à l'avance ses victimes afin de les
attaquer au moment le plus opportun et sans se faire remarquer. A l'aide d'un couteau, il
les agressait, les frappait, parfois les menottait, et les violait avant de les tuer.
Il découpait ensuite leurs seins qu'il conservait le plus souvent comme totem.

Type d'armes utilisées : Couteau, ruban, menottes 
Totem : conservait les seins de ses victimes 

Peter dupas enfant psycho-criminologie.com
Peter Dupas à l'école

   Les faits :

   Peter Dupas a purgé trois peines de prison à perpétuité pour trois meurtres sadiques, mais a probablement assassiné près de 16 femmes dans la région de Melbourne dans les années 80/90, faisant de lui l'un des plus grands tueurs en série australien.

   Enfance :

   Cadet de trois enfants, Peter Norris Dupas, naît le 6 juillet 1953 à Sydney, en Nouvelle-Galles du sud (Australie) dans une famille plutôt normale. Il est encore dans les couches quand sa famille déménage pour Melbourne. Ses frères étant plus âgés que lui, il est considéré par ses parents comme un enfant unique et traité comme tel.

Peter dupas jeune psycho-criminologie.com
Peter Dupas, jeune

   Premiers délits

   A l'école, il ne se montre pas très assidu et commence très tôt à se conduire mal. C'est en 1968, alors qu'il a 15 ans qu'il commet son premier acte d'agression. A la sortie du lycée, la Waverly High School, dans la banlieue est de Melbourne, Peter Dupas se rend chez sa voisine et lui emprunte un éplucheur à légumes. Pris de furie, il lui plante l'éplucheur au visage, dans le cou, puis sur la main alors qu'elle cherche à se défendre. A la police qui l'appréhende très vite, Peter Dupas avoue ne pas savoir pourquoi au juste il l'a attaqué et reconnaît qu'il n'a pas pu s'empêcher de se ruer sur elle et de l'agresser. La justice le condamne à 18 mois de probation et le fait interner en hôpital psychiatrique pour une évaluation et un traitement. Il est cependant libéré après deux semaines.

   En octobre 1969, il attaque la morgue de l'hôpital Austin et mutile les corps de deux femmes âgées notamment en les poignardant dans la cuisse à l'aide d'un scalpel.

Peter dupas  psycho-criminologie.com

   Premier viol et premier séjour en prison

   Interpellé, il sera condamné le 25 juillet 1974 à neuf ans de prison avec cinq ans minimum de détention pour l'agression d'une femme dans sa maison. Dupas a en effet fait irruption chez la victime et l'a menacé d'un couteau, avant de la ligoter, de la violer, en lui faisant comprendre que si elle n'obéissait pas, il s'en prendrait à son bébé.
   Le juge dira de cet acte que c'est "l'un des pires viols que l'ont peut imaginer". Le détective Ian Armstrong décrit Dupas en 1969 comme étant au fond un "homme faible" "Pour moi, ce type est le mal pur, qui planifiait ses crimes soigneusement. Il ne montre aucun remords et c'est un fieffé menteur. C'est une personne dangereuse qui continuera à commettre des agressions contre les femmes s'il n'est pas surveillé".
   Le docteur Allen Barthélémy qui examine Peter Dupas note que celui-ci est dans le déni de ses actes et qu'il "a un sérieux problème psychosexuel. Il utilise le déni comme un dispositif d'adaptation. Il doit être considéré comme très dangereux".

Peter dupas crimes-psycho-criminologie.com
Peter Dupas griffé par une de ses victimes

   Deuxième séjour en prison et série de meurtres

   Peter Dupas est malgré tout libéré en 1979 et il ne lui faut que deux mois pour agresser à nouveau des femmes. Il s'en prend en moins de dix jours à quatre femmes qu'il viole et frappe. Interpellé, il est à nouveau condamné le 28 février 1980 à cinq ans minimum de prison pour trois accusations de viol, coups et blessures volontaires, voies de faits, attentat à la pudeur et intention de vol. Les médecins le décrivent comme étant "extrêmement perturbé, immature et dangereux et le libérer serait dangereux".
   Mais malgré les mises en garde des psychiatres, Dupas est libéré de prison en 1985. Cette fois, au bout d'un mois, il se remet à commettre des délits et viole une jeune femme de 21 ans sur une plage de Blairgowrie. Dupas a suivi sa victime et l'a attaqué en la menaçant d'un couteau avant de la violer. A la police qui l'arrête une nouvelle fois, il déclare "Je suis désolé pour ce qui est arrivé, je ne pensais pas que ça allait se passer à nouveau. Je voulais juste vivre une vie normale".

Helen MacMahon-psycho-criminologie.com
Helen MacMahon

   Le 13 février 1985, Peter Dupas assassine Helen MacMahon, une femme de 47 ans sur une plage de Rye, alors qu'il venait d'être libéré de prison. MacMahon se faisait bronzer, seins nus sur le sable quand elle a été attaqué. Son corps fut découvert nu, recouvert de sa serviette de plage. Malgré le fait que la police ait pensé que Dupas ait pu commettre le meurtre, celui-ci resta officiellement non résolu.
   Condamné le 28 juin 1985, il écope de 12 ans de prison pour l'agression sur la plage.

   Mariage

   Alors qu'il est emprisonné à la prison Pentridge de Melbourne, Peter Dupas noue des liens avec Grace McConnell, une infirmière en psychiatrie, âgée de 26 ans. Le couple se marie en 1987 à l'intérieur de la prison de Castlemaine.

   McConnell a décrit son mariage avec Dupas lors de l'enquête sur le meurtre de Mersina Halvagis :

    "Il a insisté sur le fait qu'il était amoureux de moi ... et qu'avec mon aide, il pourrait devenir une personne normale. J'ai accepté de l'épouser, non par amour particulier pour cet homme, mais par un certain sens des responsabilités afin de l'aider à devenir un membre utile pour la communauté. Dans mon esprit, notre relation était plutôt celle d'une mère avec un fils. "Notre vie sexuelle était très rudimentaire, presque inexistante. J'acceptais cela par sens des responsabilités… J'en suis arrivée au point où je ne pouvais pas supporter qu'il me touche."

   Son épouse le trouve narcissique, paresseux, snob, et ils divorcent au milieu des années 1990.

   Dupas est  relâché deux ans plus tard pour bonne conduite, en 1992.
  Cette fois, il ne se fera prendre que deux ans plus tard pour une séquestration qui s'est déroulé au lac Eppalock en janvier 94. Armé d'un couteau, de ruban isolant, de menottes, le visage dissimulé sous une cagoule, il suit une femme qui part pique-niquer avec des amis. Il attend qu'elle aille aux toilettes pour l'agresser, mais se fait rattraper par les amis de la jeune femme alors qu'il tente de s'échapper en voiture. Arrêté, Dupas plaide coupable le 18 août 1994 et est condamné pour séquestration par la cour du comté de Bendigo, à trois ans et neuf mois.
   Libéré en septembre 1996, après deux ans et demi de détention, Peter Dupas se réfugie dans une maison de la banlieue de Pascoe Vale, à Melbourne.

 

Margaret Maher psycho-criminologie.com
Margaret Maher

   Une nouvelle série de meurtres

   En 1993, il est suspecté du meurtre de Renita Brunton, 31 ans, à Sunbury, dans la ville de Victoria, finalement classé sans suite.

   Le 4 octobre 1997, Peter Dupas, assassine Margaret Josephine Maher, 40 ans, une prostituée qui travaillait dans la région de Melbourne. Elle a été vue vivante la dernière fois au supermarché Safeway à 12h20.
   Son corps a été découvert sous une boite en carton contenant des pièces d'ordinateur le même jour à 13h45 par Ronald Frank McDonald. L'homme a fait cette découverte alors qu'il ramassait des canettes d'aluminium à côté de Cliffords Road avec sa femme Eva et ses enfants. Un gant de laine noire a été retrouvé près du corps de Margaret. La police confirmera plus tard que l'ADN retrouvé sur le gant correspondait à celui de Dupas.
   L'examen post-mortem a révélé que la prostituée avait été blessée au poignet gauche, à la gorge, au cou, et avait été frappé sur la tête près de l'arcade sourcilière droite et au bras droit. Son sein gauche avait été placé dans sa bouche. Au moment du meurtre, Peter Dupas n'était plus sous la surveillance de l'agence pénitentiaire gouvernementale de Victoria.

Mersina Halvagis-psycho-criminologie-com
Mersina Halvagis

   Le 1er novembre 1997, Peter Dupas s'en prend à Mersina Halvagis, une jeune femme de 25 ans originaire de Melbourne, alors qu'elle visitait la tombe de sa grand-mère dans la section orthodoxe grecque du cimetière de Fawker. Le fiancé de Mersina appela la police quand elle ne se rendit pas au rendez-vous qu'ils avaient prévus.
   Son corps fut découvert à 5h35 le matin, le 5 novembre par son fiancé à trois sépultures de celle de la grand-mère, dans une parcelle encore vide. La police appelée sur les lieux pensent alors que la jeune femme a été attaqué par derrière alors qu'elle était à genoux en train de s'occuper des fleurs. Elle est morte des suites des 87 coups de couteaux qui lui furent portés aux genoux, au cou et autour des seins. Son haut lui avait été retiré.
   La maison de Peter Dupas située sur la rue Coane, était proche du cimetière. La police offrit un million de dollars de récompense pour des informations pouvant conduire à une arrestation. Franck Cole, un résident âgé de Pascoe Vale affirma avoir vu Dupas quitter le cimetière le jour du meurtre.
   Une femme anonyme qui rendait visite sur la tombe de ses parents, dira plus tard, avoir également vu Dupas ce jour-là sortant du cimetière.
   Neuf témoins déclareront finalement l'avoir vu. Lui dira avoir été au cimetière pour voir la tombe de son grand-père, situé à quelques dizaines de mètres de celle de la grand-mère de Mersina Halvagis
   L'avocat de Dupas, David Drake, va indiquer lors de l'enquête que le seul élément de preuve qui relie son client au meurtre de Halvagis est le fait que ce dernier vivait à proximité du cimetière Fawkner et que sa réputation reposait sur des condamnations antérieures pour des infractions similaires. Il ajoute que les policiers se sont fondés sur leur conviction que Dupas avait tendance à attaquer les femmes avec des couteaux, le liant ainsi au crime.
   Devant le manque de preuves directes, Dupas est relâché.

 

Kathleen Downes-psycho-criminologie.com
Kathleen Downes

   Le 31 décembre 1997, Dupas est suspecté du meurtre de Kathleen Downes, âgée de 95 ans, tuée au foyer de soins de Brunswick Lodge. Downes a été poignardé à mort à 6h30 un mois après le meurtre de Halvagis. L'enquête policière a révélé que Dupas avait téléphoné à la maison de retraite quelques temps avant le meurtre. Aucune accusation n'a été portée pour le meurtre de Downes

NicolePatterson-psycho-criminologie.com
Nicole Patterson

   En 1999, il agresse une psychothérapeute et conseillère pour jeunes toxicomanes, Nicole Amanda Patterson, 28 ans. La jeune femme avait son cabinet chez elle, à Northcote. Elle avait placé plusieurs petites annonces dans le journal local, The Northcote Leader, dans le but d'élargir sa clientèle.
   Deux voisins vont donner l'alerte quand ils vont entendre des cris survenir de la maison de la psychologue, le jour de son meurtre, sous les coups de 9h-9h30. Les tentatives du petit-ami de Patterson de la joindre ce jour-là sont demeurées vaines. Il fut d'ailleurs soupçonné quand un ami retrouva le corps d'Amanda, dans le salon de celle-ci. Cet ami passa chez elle alors qu'il avait un dîner non loin de là. C'est en entendant de la musique provenant d'une radio et en voyant la porte d'entrée ouverte, qu'il est entré et trouva le corps d'Amanda gravement mutilé.
   La jeune femme a été tué des suites de 27 coups de couteau à la poitrine et dans le dos. Son corps a été retrouvé gisant nu, sa jupe dans sa chambre à coucher et ses sous-vêtements autour de ses chevilles. Des morceaux de ruban de PVC jaune étaient attachés à son corps et ses deux seins avaient été retirés à l'aide d'un couteau. Son sac à main et son permis de conduire avaient disparus. L'arme du crime et les seins n'ont jamais été retrouvés.

Peter dupas arrestation patterson murder-psycho-criminologie.com
Peter Dupas lors de son arrestation pour le meurtre de Nicole Patterson

   L'enquête policière sur les lieux du crime a révélé qu'Amanda Patterson avait rendez-vous selon son carnet avec un nouveau client du nom de Malcom à 9h le matin. Le numéro de la personne correspondait à un étudiant indien de l'université de La Trobe, nommé Harry. La police a appris ensuite que Peter Dupas avait approché Harry avec une offre de travail.
   Le 22 avril 1999, la police arrête Dupas le midi à l'hôtel Excelsior de Thomastown où il résidait.
   Lors de son audition avec la police, il avoua qu'il avait téléphoné à trois reprises à la psychologue pour organiser un rendez-vous afin de traiter une dépression et une dépendance au jeu, six semaines avant le meurtre. Durant ces six semaines, il lui a passé plusieurs autres coups de fil pour tenter de déterminer sa vulnérabilité. Dupas a déclaré lors de sa garde à vue qu'il avait annulé son rendez-vous après avoir informé Patterson que son problème pouvait être résolu finalement de son propre-chef.
   Sur son visage et sa main, Peter Dupas avait de nombreuses égratignures qui correspondaient à une lutte récente entre deux personnes. A la police, il assura qu'il s'était fait ces égratignures alors qu'il travaillait dans sa remise et qu'un morceau de bois l'avait frappé alors qu'il utilisait un tour. Mais Dupas ne possédait pas de tour. Il a ensuite changé de récit, en affirmant que les blessures avaient été causées alors qu'il travaillait dans le hangar. Une perquisition effectuée par la police à son domicile, a révélé des vêtements souillés de sang, du ruban adhésif en PVC similaire à celui retrouvé sur le lieu du crime, un masque de ski, des coupures de journaux détaillant le meurtre de la psychologue et le journal qui contenait l'annonce passée par celle-ci.

Peter dupas proces1- psycho-criminologie.com

   1er procès et appel

   Il a fallu moins de trois heures pour que le jury ne prononce un verdict de culpabilité, le 22 août 2000.  En août 2001, Dupas se présente devant la Cour d'appel de la Cour suprême de Victoria pour faire appel de sa condamnation, concernant le meurtre de Nicole Patterson. Sa demande fut rejetée. 

Peter dupas proces2- psycho-criminologie.com

   2ème Procès

   Le procès de Peter Dupas va durer trois semaines où des éléments de preuve ont été présenté au jury. Parmi ces preuves, les photos montrant les corps mutilés des victimes avec les seins manquant, démontrant une même signature concernant les victimes Patterson et Maher.
   Avant le verdict, Kylie Nicholas, la sœur de Nicole Patterson a déclaré aux journalistes que pour elle Dupas était "un prédateur diabolique, un psychopathe, une personne repoussante. C'est le mal qui est entré dans nos vies et qui a détruit la vie de ces femmes. Je prie pour qu'il soit tenu responsable de tout ce qu'il a fait".
   Le jury qui ne savait pas que Dupas purgeait déjà une peine d'emprisonnement à vie pour le meurtre de la psychologue a condamné Dupas à une seconde peine à perpétuité, le 16 août 2004.

Peter dupas nouveau proces- psycho-criminologie.com

   Le psychiatre qui a examiné Peter Dupas expliqua le comportement du tueur en série :
"Dupas a attaqué des femmes pour réaliser des fantasmes de conquête et de contrôle. Pour lui, l'attaque n' a pas été à la hauteur du fantasme imaginé. Ne se sentant pas rassuré par sa performance sexuelle ni par la réponse de sa victime, il s'est remis en chasse afin de trouver une autre victime "la bonne" capable de réaliser son dit fantasme."


   Le président de la cour à l'annonce du verdict eut ces mots pour Peter Dupas :

   "Compte tenu de vos antécédents criminels et de la gravité particulière du crime pour lequel vous avez été condamné, il est tout à fait approprié que vous soyez condamné à la réclusion à perpétuité. Même si le meurtre de Nicole Patterson n'avait jamais eu lieu, Je n'hésiterais pas à vous imposer une peine de réclusion à perpétuité. Il est clair, tant dans la présente affaire que dans vos précédentes condamnations pour viol et infractions assimilées, que vos meurtres sont liés à la nécessité pour vous de justifier un acte pervers, une haine sadique des femmes et un mépris pour elles et leur droit de vivre. En tant que telle, l'infraction en cause doit être caractérisée comme appartenant à l'une des catégories de meurtres les plus graves dont la Cour est saisie. Vous avez intentionnellement tué une femme sans défense qui, comme toutes vos autres victimes, n'avait aucune chance de se protéger de vous. À l'époque où vous avez commis ce crime, vous avez terrorisé les femmes de cet État pendant presque trois décennies. Vous avez à maintes reprises violé la norme d'une société civilisée décente. Vous n'avez pas reconnu vos actes répréhensibles. Vous avez plutôt répété le même délit, avec encore plus de brutalité, 18 mois après l'assassinat de Margaret Maher. Compte tenu de vos infractions répétées et de la gravité de cette infraction, il n'y a aucune perspective pour votre réadaptation. Rien n'a été avancé de votre part pour nous faire croire qu'il y aurait la moindre lueur d'espoir pour vous. Même s’il celle-ci existait, toute question de réhabilitation doit dans ce cas être subordonnée à la gravité de votre infraction, à la nécessité d’imposer une peine équitable et au principe de la dissuasion. Toutes ces circonstances se combinent, à mon avis, non seulement pour justifier, mais aussi pour exiger que je ne fixe pas de durée minimale à votre peine d'emprisonnement. "

   Appel

   Le 25 juillet 2005, Peter Dupas a comparu devant la Cour d'appel de la Cour suprême de Victoria pour interjeter appel de sa condamnation pour le meurtre de Maher. Une nouvelle fois, son appel a été rejeté.

   Nouvelle enquête 

   Après avoir obtenu une ordonnance du tribunal autorisant à interroger Dupas, la police fit sortir le tueur en série de prison pour l'emmener dans ses bureaux de St Kilda Road à Melbourne afin d'y être interrogé. Le 11 septembre 2006, Peter Dupas est inculpé du meurtre de Mersina Halvagis.

George et christina Halvagis-mersina halvagis-psycho-criminologie.com
George et christina Halvagis, les parents de Mersina

   3ème procès

   Le 26 septembre 2006, Peter Dupas comparait devant la Cour suprême de Victoria, par vidéoconférence. Accusé du meurtre de Mersina Halvagis, il plaide coupable. Le 14 novembre, il se présente en personne devant le juge John Coldrey et le 12 décembre, la Cour suprême ordonne qu'il se présente pour son procès qui débute le 9 juillet 2007 de l'année suivante. Ce nouveau procès dure 22 jours. Dupas est reconnu coupable le 9 août et comparaît huit jours plus tard pour assister à l'audience préliminaire et se faire dire la sentence. Il est condamné à une troisième peine d'emprisonnement à perpétuité sans peine minimale.
   C'est la première peine enregistrée par une caméra de télévision en Australie depuis 1995, qui avait vu la condamnation du meurtrier d'enfants, Nathan John Avent.
   Le 10 septembre 2007, les avocats de Dupas ont interjeté appel qui a finalement eu lieu en 2010, sans succès, car les condamnations ont été confirmées. 

Peter dupas - psycho-criminologie.com

   La vie en prison

   Depuis 2006, Dupas purge sa peine entre l'unité de protection à sécurité maximale du centre correctionnel de Port Phillip, à Laverton, et la prison de Barwon à Lara, dans la banlieue nord de Geelong.
   Il a tenté de se suicider à plusieurs reprises.

 

   Victimes décédées : 

- Helen MacMahon, 48 ans (non reconnu)
- Renita Brunton, 31 ans (non reconnu)
- Kathleen Downes (non reconnu)
- Margaret Josephine Maher, 40 ans
- Mersina Halvagis, 25 ans
- Nicole Amanda Patterson, 28 ans

 

   Condamnation

   Avant sa première condamnation pour meurtre, Dupas avait déjà été reconnu coupable de violences sexuelles à 16 reprises et avait participé à six comparutions devant le tribunal du 27 mars 1972 au 11 novembre 1994.

 25 juillet 1974 - Viol - Condamné à 9 ans d'emprisonnement.

 28 février 1980 - Viol - Commis deux mois après sa libération de prison. Condamné à 5 ans d'emprisonnement.

 Le 13 février 1985, Peter Dupas assassine Helen MacMahon

 28 juin 1985 - Viol - Commis 4 jours après sa libération de prison. Condamné à 12 ans d'emprisonnement.
 1993- Meurtre -
Renita Brunton

 18 août 1994 -Condamné à 3 ans d'emprisonnement.
 31 décembre 1997- Meurtre -  Kathleen Downes

 22 août 2000 - Meurtre - Nicole Patterson. Condamné à la prison à vie sans période minimale.

 16 août 2004 - Meurtre - Margaret Maher. Condamné à la prison à vie sans période minimale.

 9 août 2007 - Meurtre - Mersina Halvagis. Condamné à la prison à vie sans période minimale le 27 août 2007.

 

Peter dupas prison psycho-criminologie.com
Peter Dupas en prison

©Toute reproduction du texte interdite

    

____________________________________________

Références :
- http://murderpedia.org/male.D/d/dupas-peter.htm
- https://www.abc.net.au/news/2018-02-27/peter-dupas-charged-with-murder-of-95yo-woman-kathleen-downes/9486974
- https://en.wikipedia.org/wiki/Peter_Dupas

Tags : Peter Dupas le tueur en série de Melbourne, peter dupas, les meurtres de peter dupas, peter dupas tueur en série australien, les tueurs en série australiens, les plus grands tueurs en série australien, plus grands tueurs en série, peter dupas wiki, peter dupas victimes, peter dupas enfance, peter dupas kathleen downes, peter dupas australie, peter dupas appel, peter dupas procès, les meurtres de peter dupas, peter dupas biographie, peter dupas crimes, peter dupas profil criminel, peter dupas killer, peter dupas meurtres, peter dupas margaret maher, peter dupas nicole patterson, peter dupas pascoe vale, peter dupas serial killer, peter dupas you tube, Ces crimes qui ont choqué le monde, qui est peter dupas, le meilleur site de psycho-criminologie, le meilleur site de criminologie, les meilleurs sites de criminologie

 

Commenter cet article