Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

Publié le par I. Girard
Publié dans : #Semiologie, #Victimologie, #Maltraitance
Maltraitance dans l'enfance - un enfant meurt chaque semaine

Dimanche 8 avril 2018

zone interdite porte son regard sur la maltraitance infantile.

 

 

Un enfant par semaine meurt sous les coups de ses parents.
67.
C'est le chiffre donné par la police en 2016. Pour éviter ces drames, les brigades des mineurs, les juges des enfants et l'Aide sociale à l'enfance (ASE) mettent tout en œuvre pour détecter les enfants en danger et les protéger. Zone Interdite montre comment ces enfants maltraités sont pris en charge, quel est leur quotidien, leurs souffrances...
 

 

67. Ce chiffre est à rapprocher d'un autre, celui des maltraitances.
27 000 plaintes pour violences physiques ou sexuelles au sein de la famille ont été enregistrées en France.
Les procureurs ont placé, en urgence, plus de 13 000 enfants pour les mettre à l’abri.

22%.
C'est le pourcentage de personnes ayant reconnu avoir subi des actes assimilables à de la maltraitance, notamment de caractère sexuel dans leur enfance.
Ce sondage commandé par l'association L'enfant Bleu montre que plus d'un français sur cinq a été victime de maltraitance qu'elle soit physique ou psychique dans leur enfance. Quand on les interroge sur leur entourage, une personne sur deux déclare connaître au moins une personne ayant subi des maltraitances dans le passé.
Ces chiffres viennent d'une enquête menée l'année dernière par l'institut Harris Interactive* pour l'association L'enfant Bleu.

Cette étude était nécessaire pour se rendre compte du défi qui est à mener, car il n'y a pas de chiffres officiels, les plaintes étant encore trop rares.
79% des personnes reconnaissant que le sujet est tabou et donc difficile à exposer au grand jour surtout quand la maltraitance se passe à l'intérieur de la famille et qu'elle est d'ordre sexuel.
68% des 16% de victimes d'abus sexuels révèlent que ces actes se sont déroulés au sein de leur famille et qu'il touche plus particulièrement les filles.

Peu à peu cependant la parole se libère, notamment grâce aux appels qui dénoncent ces maltraitances. Le chiffre a augmenté de 50% en 2016 par rapport à 2015 et concerne en premier lieu les adolescents qui n'hésitent plus à faire part de leur souffrance.  
L'enfant Bleu, association contre la maltraitance infantile déclare gérer en moyenne 700 situations de ce type chaque année. Certains appellent pour recueillir des conseils, d'autres pour dénoncer un comportement inapproprié d'un proche.
D'anciennes victimes, devenues adultes n'hésitent plus elles aussi à appeler pour enfin parler.
Mais si ce chiffre est encourageant, il faut bien reconnaitre que nombre de cas de maltraitance ne sont pas dénoncés.

38% des personnes interrogées ont reconnu qu'il y a probablement eu de la maltraitance dans leur entourage, mais qu'elles n'ont pas adopté de comportement de vigilance à ce sujet.
Parmi ce panel 8% ont fait état d'une maltraitance psychologique (menaces, insultes, humiliations), 5% de coups portés, 3% de négligence répétée en matière de soins et d'hygiène.

Pour rappel, la maltraitance infantile est définie par la Convention des Droits de l'enfant de l'ONU signée par la France en 1989. La maltraitance est donc reconnue comme "toute forme de violences, d'atteinte ou de brutalités physique et mentale, d'abandon et de négligence, de mauvais traitements ou d'exploitation, y compris la violence sexuelle".

Un volet de la loi portée devant le parlement par Nicole Belloubet et Marlène Schiappa, le 21 mars dernier comprend un allongement du délai de prescription des crimes sexuels sur les mineurs, qui pourront déposer plainte jusqu'à 30 ans après leur majorité contre 20 ans actuellement, ainsi qu'une présomption de non-consentement de l’acte sexuel partant du principe qu’un mineur de moins de 15 ans ne peut être consentant. 

Il est important de rappeler que toute violence physique, cruauté mentale, abus sexuels, négligences a des conséquences graves sur le développement physique et psychologique d'un enfant et de l'adulte qu'il deviendra...

 

Numéro à appeler en cas de signalement/de danger :  le 119

Site :  l' Association L'Enfant Bleu ou  N°Tel :  01 56 56 62 62
Site : La voix de l'Enfant ou N° Tel :  01 40 22 04 22
 

 

* Enquête réalisée par Harris Interactive en ligne du 18 au 20 octobre 2017. Échantillon de 1 030 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes: sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l'interviewé(e).

 

Commenter cet article