Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

Publié le par I. Girard
Publié dans : #Tueurs en série, #John Christie, #Tueurs en série Européen, #Tueurs en série GB, #Années 40
John Christie, l'étrangleur de Rillington Place

Nombre de victimes :    8
Nom :   John Reginald Halliday Christie
Surnoml'étrangleur de Rillington Place 
Date de naissance :   8 avril 1898
Lieu de naissanceHalifax (Yorshire - Angleterre)
Décès : 15 juillet 1953
Famille :   3 frères et sœurs
QI : 128
Victimes :   Prostituées blanches âgées entre 20 et 54 ans
Soupçonné du meurtre deRuth Fuerst, Muriel Amelia Eady, Beryl et Geraldine Evans, Ethel ChristieRita NelsonKathleen MahoneyHectorina Maclennan
 
Modus operandi :  
étranglait ses victimes après leur avoir fait respirer du monoxyde
de carbone. Les assassinait chez lui. Utilisait divers ustensiles à cet effet après les avoir violées et torturées.
Les agressait sexuellement après leur mort et gardait les poils pubiens de ses victimes dans une bague à tabac.

Type de tueurOrganisé, nécrophile
Profil :  Hypocondriaque,  narcissique, désirs violents et morbides

_____________________________________

 

john-christie-scout-psycho-criminologie-com
John Christie, jeune

  Enfance

 

  John Christie naît dans une famille stricte un 8 avril 1898 à Halifax, au nord-ouest de l'Angleterre dans le Yorkshire.
Très tôt, il semble qu'il soit fasciné par la mort et notamment par celle de son grand-père alors qu'il n'est âgé que de 8 ans. On le surprend à ouvrir le cercueil de celui-ci. Il faut dire que son grand-père le terrorisait. C'était peut-être pour John Christie, le moyen de s'assurer de la mort de ce tortionnaire.
  Troisième enfant de quatre, il est très tôt dominé par ses sœurs, sa mère et maltraité par son père qui le bât fréquemment. 
  A 11 ans, il reçoit une bourse d'études pour étudier au collège d'Halifax et se distingue dans plusieurs matières comme les mathématiques et en particulier l'algèbre où il se révèle minutieux. (on lui découvrira plus tard un quotient intellectuel de 128). Parallèlement à ses études, il chante dans une chorale, devient scout, mais parvient difficilement à se faire aimer de ses camarades qui se moquent de lui en le surnommant "Reggie-p'tite bite" ou "Christie la panne". 
  Deux ans plus tard, il entame des petits boulots et devient assistant-opérateur dans un cinéma de la ville, le Gem Theater.
   Sa première expérience sexuelle à 15 ans avec une jeune fille est un échec sur toute la ligne. Il se montre impuissant. Fasciné par la mort, il associe le sexe à la domination (à l'âge de 10 ans, il se sentait attiré par ses sœurs qui le martyrisaient) et à la violence.
Adolescent, il se montre hypocondriaque, feint la maladie et pique des crises d'hystérie quand l'attention n'est pas tournée vers lui.

 

John-Christie-young-psycho-criminologie-com
John Christie, jeune adulte

  Avant les meurtres

  Nous sommes en 1916, il a 19 ans et commence à voir des prostitués. Après un vol, ses parents le mettent dehors. C'est aussi l'année où il s'engage dans l'armée comme signaleur dans les 2e et 6ème bataillon du régiment Notts et Derby. C'est durant cette Première Guerre mondiale, en 1918, qu'il est hospitalisé après avoir inhalé du gaz moutarde, ce qui va le rendre aveugle durant plusieurs mois. Il souffrira également d'Aphonie fonctionnelle, un trouble fréquent chez les hystériques. Cela aura peut-être pour conséquence le chuchotement dont il sera affublé le reste de sa vie. Concernant sa cécité, rien n'a été noté dans ce sens, c'est Christie lui-même qui en parlera.

 

john-christie-murders--militaire-psycho-criminologie-com
John Christie à l'armée

  En 1919, il quitte l'armée et devient greffier avant de retourner travailler un peu plus tard comme opérateur de cinéma. A 21 ans, il épouse Ethel Waddington Simpson, originaire de Sheffield. L'union est rapidement bancale. Les relations sexuelles du couple sont difficiles à cause de l'impuissance de John Christie, ce qui fait jaser les voisins.
  Christie devient postier et va voir les prostitués le soir. En 1923, il est mis en probation après avoir fraudé en obtenant des clients de l'argent sous forme de mandat. Il sera également accusé de violence et se verra condamné pour ces faits à trois et six mois de prison en septembre 1924. 
  Cinq ans plus tard, il se sépare d'Ethel qui retourne chez ses parents. Lui emménage à Londres. Il est condamné en mai de la même année  à six mois de travaux forcés pour avoir agressé une prostituée avec qui il vivait à Battersea, avec une batte de cricket. Ce sera à nouveau trois mois de détention en 1933 pour vol de voiture, celle d'un prêtre.
  Il écrit à sa femme, lui demande de venir le rejoindre et de réemménager avec lui à sa libération. Le couple s'installe dans l'appartement du rez-de-chaussée au 10, Rillington Place dans le quartier de Ladbroke Groke à Notting Hill. Les relations du couple sont toujours houleuses et John Christie continue de fréquenter les prostituées, développant ses besoins sexuels de plus en plus violents qui vont finir par la suite en acte de nécrophilie (faire l'amour à des morts).
  En 1939, durant la Seconde Guerre mondiale, il devient bénévole en tant que gendarme et est affecté au poste de police d'Harrow Road. Il entame dès lors plusieurs liaisons, dont une avec une femme de soldat se battant sur le front. Liaison qui durera jusqu'en décembre 1943, c'est-à-dire jusqu'au moment où ledit mari les surprend et passe John Christie à tabac. Le même mari demandera ensuite le divorce en mettant en avant cette liaison. 

 

timothy-evans-rellington-hill-relington-place-murderer-serial-killer-psycho-criminologie-com
Timothy John Evans

  Les meurtres

 

  Le 24 août 1943, Ruth Fuerst disparait. La jeune fille a 21 ans, elle se prostitue. Ce sera le premier meurtre de John Christie. Il avouera l'avoir étranglé sous le coup d'une impulsion durant un rapport sexuel brutal et avoir enterrer son corps dans le jardin de son immeuble.

 

Ruth Fuerst-john-christie-murder-psycho-criminologie-com
ruth fuerst

  L'année suivante, en octobre 1944, il assassine cette fois-ci une collègue de travail, Muriel Amelia Eady, 32 ans après lui avoir promis de soigner sa bronchite avec une potion qui utilisait le gaz. Il la fait venir trois fois à son domicile en l'absence de sa femme pour qu'elle ne se doute de rien, puis une fois Muriel Eady inconsciente sur son fauteuil, John Christie l'étrangle et la viole post-mortem. Là aussi, il enterre le corps dans le jardin.
  Une autre affaire va secouer ensuite le 10, Rillington Place.
  Il s'agit de l'affaire Evans.
 Timothy Evans, chauffeur et sa femme Beryl viennent d'emménager dans l'appartement au dernier étage de l'immeuble en avril 1948. Beryl donne naissance à une petite fille prénommée Géraldine. Peu après, elle tombe de nouveau enceinte. Craignant avec son mari de ne pouvoir élever deux enfants eu égard à leur peu de ressources financières, John Christie leur propose de pratiquer un avortement. Il utilise pour ce faire, son fameux "gaz spécial" et immobilise Beryl Evans qu'il finit par étrangler et violer post mortem là encore. Quand Timothy Evans rentre du travail, Christie lui apprend la mort "accidentelle" de sa femme et lui avoue avoir dissimulé son corps. Il convainc Evans de vendre ses meubles et de s'enfuir au Pays de Galles après lui avoir confié Géraldine.

 

John-Christie-murders-geraldine-evans-psycho-criminologie-com
la petite Geraldine Evans

  Plus tard, Timothy Evans dira être retourné à l'appartement des Christie pour prendre des nouvelles de sa fille, mais Christie refusera de le laisser la voir. 
  Le 30 novembre 1949, Timothy Evans, désespéré, se rend au poste de police de Merthyr Tydfil et avoue la mort accidentelle de Beryl. Il leur déclare avoir fait boire à sa femme une boisson donnée par un homme pour la faire avorter et avoir ensuite dissimulé le corps dans la fosse de l'immeuble.

 

fouilles-fosse-10-rillington-place-evans-john-christie-psycho-criminologie-com
Fouille de la police

  Les policiers se rendent alors sur place et examinent la fosse en question. Ils ne trouvent rien et Evans est réinterrogé. Cette fois-ci, il avoue que c'est John Christie qui a eu l'idée de l'avortement et que c'est lui qui a procédé à la chose.
  La police retourne sur les lieux et procède à une nouvelle fouille. Elle découvre alors les corps de Beryl et de Geraldine dans un petit lavoir derrière l'immeuble. Toutes les deux ont été étranglées.
  Timothy Evans prendra à sa charge la responsabilité des deux morts.

John-Christie-evans-daily-mirror-psycho-criminologie-com
Daily Mirror

  Timothy Evans avouera avoir étranglé sa femme Beryl au cours d'une querelle d'argent le 8 novembre 1949 et avoir étranglé sa petite fille deux jours plus tard avant de s'enfuir au Pays de Galles. Sa mère ne croira jamais à la culpabilité de son fils. On apprendra plus tard que les aveux d'Evans ont été soutirés après un long interrogatoire qui a mené jusque tard dans la matinée. L'homme au QI de 70, n'était pas difficile à faire craquer.
Evans reviendra sur ses aveux et le procès s'ouvrira le 11 janvier 1950 où John Christie sera l'un des témoins-clefs de l'accusation. Le verdict fut donné en moins de 40 minutes et se soldera par la pendaison de Timothy Evans, le 9 mars 1950 à la prison de Pentonville.
L'affaire suscita par la suite une forte indignation ce qui contribua à la suspension de la peine de mort en 1965, avant que celle-ci ne soit totalement abolie.

 

la-famille-evans-john-christie-rillington-place-psycho-criminiologie-com
la famille Evans

  A la suite de la révélation des antécédents criminels de Christie lors du procès Evans, John Christie perd son emploi de postier et sombre dans une dépression profonde durant laquelle il perd pas mal de poids (13 kg). Au chômage le reste de l'année 1950, il sera finalement engagé en tant que secrétaire dans la société British Road Transport Services et y restera jusqu'au 6 décembre 1952 où il démissionne. Six jours plus tard, il tue sa femme Ethel en l'étranglant avec un bas nylon (pour sa défense, il avancera lors de son procès qu'elle a eu des convulsions après avoir ingéré des barbituriques), fait croire à ses voisins qu'il a trouvé un nouvel emploi et qu'il doit quitter Londres prochainement. Alertés par la disparition d'Ethel, John Christie leur dit qu'elle est partie la première emménager dans leur nouvelle maison et qu'il va bientôt la rejoindre. Le 16 décembre, il vend l'alliance d'Ethel à un bijoutier, puis se met à écrire de fausses lettres à l'intention de sa belle-sœur pour faire croire que sa femme est toujours vivante. Au mois de janvier, il prétexte des rhumatismes pour expliquer qu'elle ne peut plus écrire, vend les meubles de l'appartement, mais garde pour lui, trois chaises, la table de cuisine et un matelas pour dormir. Le 2 février, il imite la signature d'Ethel et vide son compte bancaire.
  Les trois mois suivants, il tue trois femmes : en janvier 53, Rita Nelson, 25 ans - en février, Kathleen mahoney, 26 ans originaire de Southampton - et en avril, Hectorina Maclennan, 26 ans également.

 

John-Christie-murders-psycho-criminologie-com
La découverte des cadavres

  L'arrestation

  John Christie déménage le 20 mars 1953 et escroque le couple qui vient s'installer dans son appartement sans l'accord du propriétaire ce qui aura pour conséquence leur expulsion. Il loue une chambre au Rowton Houses à King's cross et y loge quatre nuits au lieu des sept payés.
  Beresford Brown, le nouveau locataire décide de faire quelques travaux dans l'appartement qu'il vient de louer au 10 rillington place. Dans la cuisine, il veut installer des étagères pour que sa femme puisse y ranger des produits alimentaires. Il décolle pour se faire l'ancien papier peint et découvre alors une armoire close. Il tire l'armoire par l'un des coins et, muni d'une lampe torche, tombe alors sur l'innommable. A l'intérieur, le cadavre d'une femme presque nue manque de lui tomber dessus. La victime, Kathleen Mahonney, est enveloppée d'un drap, et ligotée avec un fil électrique. Puis c'est celui de Rita Nelson et d'Hectorina Maclennan qui lui apparaissent.

 

10, Rillington Place

  Alertée, la police arrive aussitôt et se met à fouiller l'appartement. Les agents soulèvent les lattes du plancher et découvrent un quatrième corps, celui d'Ethel Christie enveloppée dans un linceul. A l'extérieur, les agents retrouvent un fémur humain et déterrent deux autres cadavres.
  Dans une bague à tabac, la police découvre les poils pubiens de quatre des victimes.
  La police interroge les voisins qui parlent de l'impuissance du mari d'Ethel, de sa fréquentation des prostituées, de son air bizarre et de sa façon de chuchoter...
...et puis il y a l'affaire Evans...


  Recherché, John Christie erre dans les rues de Londres. Il dort la nuit sur les bancs publics de la ville et se fait arrêter le 31 mars au petit matin après six jours de recherches, près du pont Purtney au cours d'un simple contrôle d'identité. Au policier qui lui demande son adresse et son nom, Christie répond machinalement "John Waddington, 35 westbourne Grove". Mais il ôte son chapeau et l'agent le reconnait alors grâce à son portrait qui est diffusé sur les pages en Une de tous les journaux de la capitale. John Christie est arrêté, avec pour seuls papiers sur lui, sa carte d'identité, un carnet de rationnement, une carte de syndicaliste, un insigne d'ambulance et une coupure de journal qui relate la mise en prison de Timothy Evans...

 

John-Christie-arrives-in--008-psycho-criminologie-com
Arrestation de John Christie

  Le procès

  Lors de son interrogatoire au poste de police, John Christie passe aux aveux. Il avoue l'assassinat des quatre femmes, dont celui d'Ethel, mais invoque la légitime défense. Selon lui, ce sont les prostituées qui l'auraient agressées. Il n'aurait fait que se défendre. Cependant, le médecin légiste va contrecarrer ses assertions en expliquant la chronologie des meurtres, la façon dont les victimes ont été tuées.

 Le 22 juin 1953, le procès pour le meurtre de son épouse s'ouvre à Old Bailey. John Christie plaide la folie. Seulement, les experts psychiatriques n'en croient pas un mot et avance tout le contraire. L'homme est considéré comme normal et peut donc être jugé en tant que tel. Les plaidoiries sont rapides, et la décision du jury tout autant. Il ne faut en effet que 22 minutes aux jurés pour le déclarer coupable du meurtre de son épouse, le 25 juin, soit trois jours après le début du procès.
  Le 29 juin, les avocats de Christie annoncent que leur client ne fera pas appel. Plusieurs parlementaires tentent de retarder l’exécution afin que John Christie puisse s'expliquer sur ses autres meurtres ce que refusera le procureur de sa Majesté, David Maxwell Fyfe.
  Il est 9h, le 15 juillet 1953, quand John Christie apparaît sur l'échafaud de la prison de Pentonville.
Albert Pierrepoint, le célèbre bourreau lui passe la corde au cou.
  Le plancher s'ouvre, Christie meurt de la main de celui qui a aussi appliqué la sentence pour Timothy Evans.

 

 

John-christie-rellington-proces-hill-relington-place-murderer-serial-killer-psycho-criminologie-com

  L'après-procès

 

  John Christie n'a jamais avoué le meurtre de la jeune Geraldine Evans, mais le doute est peu permis même si Timothy Evans a reconnu les faits.
Timothy Evans fut gracié à titre posthume en 1966.
  L'immeuble du 10 Rillington Place fut rasé et la place débaptisée.
  Un film fut tourné sur l'affaire, en 1971 avec Richard Attenborough dans le rôle type, puis un feuilleton,
Rillington Place, en 2016 sur la BBC.

 

©Toute reproduction du texte interdite

___________________________________

Source :
- Université de Radford/portrait de John Christie/departement de Psychologie/michael gourley, christopher mullen, eva graves
- Ramsland, K., Number 10 Rillington Place. Retrieved March 28,2008, from Crime Library Web 

 

_______________________________

Les livres disponibles sur John Christie :

dossier-meurtre-les-meurtres-de-rillington-place-psycho-criminologie-com

Langue : Française
Prix : 5.99€ (Broché)
ACHETER SUR AMAZON

 

john-christie-the-killington-place-strangler-psycho-criminologie-com

Langue : Anglaise
Nombre de pages : 140
Parution : 22 mars 2016
Prix : 11.12€ (Broché) - 3.40€ (epub, mobi)
ACHETER SUR AMAZON

 

john-christie-crime-archive-psycho-criminologie-com

Langue : Anglaise
Nombre de pages : 144
Parution : 26 octobre 2007
Prix : 1.71€ (occasion)
ACHETER SUR AMAZON

 

john-christie-rillington-place-psycho-criminologie-com

Langue : Anglaise
Nombre de pages : 224
Parution : 19 janvier 2013
Prix : 20.33€ (Broché) - 8.49€ (epub, mobi)
ACHETER SUR AMAZON

Le film :

l-etrangleur-de-rillington-place-film-psycho-criminologie-com

DVD - Langue Française
Prix : 8.70€ (DVD) - 13€ (Blu-Ray)
ACHETER SUR AMAZON

Tags : john christie psycho-criminologie.com, john christie portrait, portrait john christie, john christie murderer, john christie meurtres, john christie book, john christie livres, john reginald christie, john reginald christie movie, john reginald christie bbc, john reginald christie documentaire, john reginald christie biographie, john reginald christie film, john reginald christie wikipedia, 10 rillington place, 10 rillington place film, 10 rillington place book, 10 rillington place london, 10 rillington place murders, 10 rillington place attenborough, 10 rillington place amazon, 10 rillington place bbc, 10 rillington place christie, 10 rillington place download, 10 rillington place dailymotion, 10 rillington place youtube, john christie serial killer, john christie tueur en serie, john christie tueurs en serie, livres sur john christie, timothy evans, procès de john christiejohn reginald christie, john christie ethel simpson

 

Commenter cet article