Psycho-Criminologie

Psycho-Criminologie

psychologie et criminologie

Publié le par I. Girard
Publié dans : #Tueurs en série, #Tueurs en série USA, #Daniel Joseph Blank, #Années 90
Daniel Joseph Blank, le tueur de la rivière Parish

Nombre de victimes :   6
Nom :   Daniel Joseph Blank
Surnom :  Le tueur de la rivière Parish
Date de naissance :   28 juin 1962
Lieu de naissance :  Paulina (Louisiane)
Parents : père, ouvrier de raffinerie de sucre - Mère, Alice
Famille : 7 frères et sœurs - Marié, 4 enfants
Victimes : Victor Rossi (41 ans), Barbara Bourgeois (58 ans), Lilian Philippe (71 ans),
Sam Arcuri (76 ans), Louella Arcuri (69 ans), Joan Brock (55 ans)
Niveau scolaire : 8th grade (collège - 12/13 ans)
QI : 85
 
Modus operandi :   Pénétrait chez les victimes, les forçait à lui donner leur argent puis les assommait avec une batte de base-ball ou autre instrument avant de les poignarder.  
Type de tueur : Folie criminelle alimentée par sa dépendance au jeu 
tueur de type semi-organisé
Diagnostic :  trouble paranoïaque schizo-affectif

______________________________________________

  Les faits :

  Daniel Blank a tué six personnes avant de se faire arrêter. Ses victimes se trouvaient autour du périmètre de la Parish River.  Les meurtres ont eu lieu sur une durée de deux ans avant que Blank ne se fasse arrêter par la police grâce, d'une part à un profil établi par le FBI, et d'autre part grâce à un portrait-robot. Le motif de ces meurtres était l'argent, mais peut-être avaient-ils également une connotation affective, car il connaissait toutes ses victimes. Celles-ci étaient toutes blanches et plutôt âgées.

  Enfance :

  On ne sait pas grand-chose de l'enfance de Daniel Blank si ce n'est qu'il est l'un des huit enfants d'une fratrie composée de frères et de sœurs. Son père était ouvrier dans une raffinerie de sucre et sa mère s'appelait Alice. A l'âge de huit ans, il abandonne l'école et quatre ans plus tard, à 12 ans, il est renversé par une voiture alors qu'il fait du vélo. Les médecins lui diagnostiquent alors un léger dysfonctionnement cérébral et un trouble de l'apprentissage qui le gêne dans ses capacités verbales ainsi que dans la conception des concepts abstraits. Son premier travail en temps que vendeur sera chez un certain Ralph Saint-Pierre, avant de travailler pour le garage "Chez Doug" comme mécanicien, puis chez Robert Duplessis chez qui il restera un moment avant de se faire employer par sa future victime, Victor Rossi.

 

Les meurtres :

Le 17 octobre 1996, Daniel Joseph Blank commet son premier crime en tuant Victor Rossi, 41 ans. Il le bat à mort dans la maison de celui-ci, située à Saint-Amant en Louisiane. C'est sa fille qui le découvrira, allongé sur son lit. Elle pensera d'abord que son père est en train de dormir avant de remarquer les nombreuses traces de sang qui jonchent le dessus de lit et ses vêtements.
Daniel Blank l'a tué à l'aide d'une batte de base-ball retrouvée dans la maison.
Blank avait travaillé pour lui en tant que mécanicien dans son atelier de réparation automobile.

Le 19 mars à 7h45 du matin, la police de St-James Parish en la personne du shérif Martin appelle l'officier de police Sid Berthelot. Il lui demande de venir le rejoindre chez Barbara Bourgeois, 58 ans, institutrice qui aime aider les enfants dans le besoin. Là, ils remarquent que toutes les fenêtres et les portes sont fermées à clés et pour pénétrer à l'intérieur de la demeure, les deux officiers sont obligés de forcer le passage. Ils allument la lumière de la cuisine puis du salon et remarquent alors le dos de la victime.
Barbara git sur le sol, et semble avoir été poignardée à plusieurs reprises. Le couteau sera retrouvé d'ailleurs quelques instants plus tard dans l'évier de la cuisine. Près du corps se trouve un aspirateur sur lequel les deux policiers repèrent du sang. Il a lui aussi été utilisé pour tuer Barbara.
On apprendra plus tard qu'elle habitait à moins d'un quart de miles de chez Blank.

 

barbara-bourgeois-daniel-joseph-blank-the-river-parish-killer-victim-psycho-criminologie-com
Barbara Bourgeois

  Le 9 avril 1997, Daniel Blank assassine Lilian Philippe, 71 ans chez elle à Gonzales, (Louisiane). Comme Barbara, il a poignardé Lilian de plusieurs coups.
  C'est le lendemain que son corps fut découvert. Lilian devait en effet passer chercher sa belle-sœur, Viola Breaux Philippe pour assister ensemble à une retraite religieuse. Celle-ci, inquiète de ne pas avoir de nouvelles, appelle un autre membre de la famille, le Dr Doyle Philippe qui se déplace alors.
  Le véhicule de Lilian se tient dans l'allée, la porte de la maison est déverrouillée, et le système d'alarme désactivé. Doyle Philippe découvre le corps de la vieille femme vers 8h30 du matin, reposant près de son lit, la tête en sang, un couteau près d'elle et un trophée sanguinolent en guise d'arme. Plus tard, on apprendra que le mari de Lilian avait acheté des pièces au magasin où travaillait Daniel Blank.

 

lillian-philippe-daniel-joseph-blank-the-river-parish-killer-victim-psycho-criminologie-com
Lilian Philippe

  Dès lors les meurtres s’accélèrent. Blank tuera trois autres personnes au mois de mai.
  Le 9, il bat à mort Sam et Louella Arcuri, respectivement âgés de 76 et 69 ans, dans leur maison de LaPlace (Louisiane) avec là aussi une batte de base-ball faisant voler en éclat les lunettes de Sam. Un couteau sera également retrouvé sur les lieux.

 

Sam-and-Louella-Arcuri-daniel-joseph-blank-the-river-parish-killer-victim-psycho-criminologie-com
Sam et Louella Arcuri

  Le 14, il assassine Joan Brock, 55 ans dans la cour de la demeure de celle-ci également située à LaPlace. Daniel Blank avait travaillé dans la boutique de réparation automobile du mari de Joan. La violence est là omniprésente. En effet, Blank a presque décapité sa victime tant les coups portés ont été violents. Les policiers remarquent sur place que la ligne de téléphone a été sectionnée comme sur les autres lieux de meurtres.

 

joan-brock-daniel-joseph-blank-the-river-parish-killer-victim-psycho-criminologie-com
Joan Brock

  La police du comté est sur les dents. Elle comprend qu'elle a affaire à un tueur en série et ne possède aucune trace ADN, ni d'empreintes digitales qui pourrait lui permettre de retrouver le meurtrier dans ses bases de données.
  Le 7 juillet 1997, Blank tente d'assassiner à l'intérieur de leur maison, Léonce et Joyce Millet, 66 ans tous les deux. Le couple qui dormait lors de l'agression en réchappera par miracle. Blank les force à se lever et à lui donner l'argent qu'ils possèdent avant de frapper Léonce au visage. Il se rend ensuite dans le salon, prend sa batte de base-ball et frappe le couple.   Ce qu'il ne sait pas quand il repart, c'est que les deux époux sont toujours en vie. Transportés en urgence à l'hôpital, ils vont aider la police à établir un portrait-robot.
  La police, secondée par le FBI, établit alors le profil du tueur : il s'agit de quelqu'un opérant dans sa zone de confort qui est celle se situant autour de la rivière Parish. L'homme a l'obsession de l'argent facile, voire joue aux casinos.

 

portrait-robot-daniel-joseph-blank-the-river-parish-killer-victim-psycho-criminologie-com
Portrait-Robot

  Peu à peu, leurs recherches les mène à Daniel Blank. Ses relevés bancaires révèlent de nombreux mouvements d'argent et il est connu des casinos du coin. De plus, il possède le pick-up de la première victime.
  L'inspecteur de police le joint au téléphone au Texas où il se trouve et l'interroge brièvement sur sa relation avec Victor Rossi. Il lui parle également de ses allées et venues au casino, de ses gains.  Apprenant que Blank doit revenir en Louisiane sous peu, l'inspecteur lui donne son numéro de téléphone et lui demande de le rappeler.
  Daniel Blanks accepte.
  Pendant ce laps de temps, la police essaye de le relier aux autres victimes, et fait le lien avec le mari de Joan Brock pour qui Blank a un temps travaillé. Ils remarquent également qu'il vivait non loin de chez Barbara Bourgois et qu'il avait acheté une voiture au mari de Lilian Philippe.
  La police, forte de ces recoupements, décide de se rendre au Texas pour l'arrêter avant qu'il ne puisse s'enfuir.
  Le 14 novembre, le shérif Jeff Whiley et le FBI l'arrêtent à Onalsaka.
  Blank est en train de payer deux cafés avec un billet de 100 dollars quand ils lui tombent dessus. Ils le conduisent aussitôt au poste de police pour l'interroger. 

 

daniel-joseph-blank-the-river-parish-killer-interrogatoire-psycho-criminologie-com
L'interrogatoire de Daniel Blank

 

  Blank révèle qu'il se trouvait au Texas pour acheter un atelier de réparation automobile pour 65 000 dollars en espèces. Il y avait fait l'acquisition auparavant d'un Mobil home pour 20 000 dollars en cash, puis d'une piscine pour 4000 dollars, une salle à manger pour 900 dollars ainsi qu'une Ford Escort pour 7000 dollars.
  A peine dans la salle d'interrogatoire, les policiers installent une certaine proximité pour le détendre et l'interrogent sur ses rapports avec les victimes, ses alibis. Ils cherchent aussi à en savoir un peu plus sur lui, sur sa famille et d'où vient son argent. Ce à quoi Blank répond qu'il lui arrive de gagner jusqu'à 3000 dollars le week-end au casino.
  Les policiers savent qu'il ment. Ses relevés bancaires montrent en effet une perte sèche de 50 000 dollars.
  Les officiers de police le mettent donc rapidement devant le fait accompli. Ils lui proposent de passer au détecteur de mensonges.
  Blank accepte.
  Après qu'il ait passé le test, les inspecteurs lui font à nouveau parler de sa mère, décédée à Noël deux ans plus tôt...
  Deux ans plus tôt, soit le début des meurtres.  

  Finalement, au bout de plusieurs heures d'interrogatoire, Daniel Blank avoue avoir tué pour assouvir son amour du jeu. Quelques jours plus tard, sa petite-amie, Cynthia Bellard est elle aussi arrêtée et accepte de témoigner contre lui en échange de l'abandon des charges de complicité à son encontre.
  Le 15 mai 1998, Daniel Blank est reconnu coupable de meurtre au premier degré pour l'assassinat de Joan Brock.
  Au mois de décembre, il parvient lors d'une pause dans son audience à s'enfuir en sautant par la fenêtre du deuxième étage du tribunal. Il  est repris après une courte course-poursuite.
  Le 30, ses avocats dénoncent la garde à vue de leur client et tentent de démontrer que la police a extirpé de force et par manipulation des aveux à leur client. En raison de la trop grande émotion publique suscitée, ils demandent par ailleurs que la juridiction soit extériorisée. 

 

daniel-joseph-blank-the-river-parish-killer-cour-d-appel-psycho-criminologie-com
Appel des avocats de Daniel Blank

  Parmi les revendications des avocats lors de l'appel figureront les points suivants :

  - Daniel Blank affirme avoir été arrêté illégalement sans motif probable.
  - Il a été interrogé durant douze heures d'affilée sans manger, boire, dormir, fumer
  - Il pensait qu'il serait libre de partir s'il avouait
  - Ses aveux ont été contraints et le test du polygraphe a été falsifié
  - Il a été psychologiquement manipulé pour qu'il se confesse
  - sa capacité mentale était telle qu'il n'a pas pu faire face consciemment à la renonciation à ses droits.
  - son état émotionnel l'a privé de sa capacité à donner de manière adéquate une confession volontaire.
 - Sa confession est constitutionnellement invalide parce qu'il n'a pas reçu les avertissements, dits "avertissements Miranda" ( droit à garder le silence et le droit de bénéficier d’un avocat).

 Ces arguments seront rejetés par la Cour Suprême de La Nouvelle-Orléans.

 

  En septembre 1999, Daniel Blank est reconnu coupable d'avoir tué Lilian Philippe. Il est condamné à mort par injection. L'année suivante, il est condamné pour l'assassinat de Joan Brock. Il plaide en 2001, coupable pour deux chefs d'accusation de meurtre au premier degré pour les meurtres de Sam et Louella Arcuri.
  A nouveau, il est condamné à la perpétuité sans remise de peine possible.

  Après le procès :

  Daniel Blank passe 16 ans de sa vie dans le couloir de la mort du pénitencier d'Angola (État de Louisiane) avant que son exécution ne soit programmée le lundi 14 mars 2016.
  Celle-ci est suspendue par la Cour suprême qui émet un sursis le 17 février 2016.
  En cause, un problème de médicaments destinés a exécuté Daniel Blank.

 

daniel-joseph-blank-the-river-parish-killer-2-psycho-criminologie-com
Daniel Joseph Blank

 

  Profil :

  Selon les agents du comportement du FBI, Daniel Blank tuait pour tenter de parvenir au rêve américain : celui d'être riche. Il tuait les gens pour leur argent. Argent qu'il jouait au jeu et notamment aux machines à sous et au poker. Le montant de ses vols est estimé à 200 000 dollars dont une grande partie fut gaspillée dans trois casinos. Toutes les victimes étaient principalement âgées, faisant d'elles des victimes plus faciles à maintenir et à tuer. Daniel Blank tuait dans un périmètre proche de sa maison familiale (un quart de miles) et connaissait ses victimes. La police a retrouvé dans sa maison, plusieurs caravanes, et une moto Suzuki rouge sur laquelle il aimait parader.
  Les experts psychiatres lui ont diagnostiqué un trouble paranoïde schizo-affectif ( présence simultanée d'épisodes dépressifs et de manie couplée à une schizophrénie). Ils apprendront que Daniel était très proche de sa mère, que la mort de celle-ci la fait énormément souffrir et qu'après cela, ses ressentis ont changé.

 

moto-daniel-joseph-blank-the-river-parish-killer-victim-psycho-criminologie-com

 

 

 

 

©Toute reproduction du texte interdite

_________________________________________________

Tags : Daniel Joseph Blank le tueur de la rivière Parish, Daniel Joseph Blank, le tueur de la Parish River, Daniel Joseph Blank rivière Parish, Daniel Joseph Blank Parish River, Daniel Joseph Blank river Parish, Daniel Joseph Blank serial killer, Daniel Blank serial killer, daniel blank louisiana, daniel blank louisiane, daniel blank confession, daniel blank execution date, daniel joseph blank, daniel joseph blank killer, daniel joseph blank articledaniel blank meurtres, meurtres de daniel blankdaniel joseph blank documentairedaniel joseph blank documentary, faits divers, actualité faits divers, actualités faits divers, faitsdivers, les divers insolites, actualités insolites

Commenter cet article